Economie

La prime exceptionnelle de Richard Scudamore

Richard Scudamore, directeur général de la Premier League (EPL) depuis 1999, s’est peu vanté de l’envolée des droits TV du championnat anglais alors que les négociations ont été citées en exemple dans toute l’Europe. Si l’homologue britannique de Frédéric Thiriez joue profil bas dans les médias, il a reçu en coulisse une jolie prime pour le travail accompli. Explications…

Dernièrement, Richard Scudamore, directeur général de l’EPL, signalait à un média britannique que son rôle était mineur dans la négociation des droits TV du championnat de Premier League pour la période 2013-16. Il indiquait que le suspens incroyable dont avait bénéficié l’édition 2011-12 avec un dénouement shakespearien (titre délivré à Manchester City dans les ultimes minutes de la dernière journée au détriment de l’ennemi Manchester United) avait joué un rôle majeur dans l’augmentation des droits TV de la Premier League.

Pour rappel, Richard Scudamore a vendu les droits domestiques de la Premier League pour la période 2013-16 aux groupes Sky et British Telecom contre la modique somme de … 3,7 milliards d’euros ! Cela représente une augmentation de 70% par rapport aux montants accordés lors de la période précédente. En plus de cette somme, la Premier League devrait également percevoir sur la période près de 1,5 milliard d’euros en provenance des droits TV étrangers.

Richard Scudamore a reçu une jolie prime pour le travail accompli

Tous les patrons des clubs de Premier League ont salué le travail accompli par Richard Scudamore. Les dirigeants des grands clubs anglais saluent les qualités de négociateur du directeur général de l’EPL qui gère en direct toutes les problématiques de droits TV ainsi que de sponsoring.

En conséquence de cet excellent travail mené par Scudamore, le conseil d’administration de l’EPL a décidé d’octroyer une prime à son dirigeant. Ainsi, en complément de ses revenus annuels estimés à 930 000 £ (soit 1 100 000 €), Richard Scudamore a perçu une prime estimée à 2 500 000 £ (soit 2 957 000 €).

Cette prime versée au patron de l’EPL ne choque pas l’écosystème du football anglais. Les directeurs généraux des différents clubs anglais ont touché sur l’exercice 2012-13 des primes avec des montants similaires. Ainsi, Ivan Gazidis, directeur général d’Arsenal, a perçu lors du dernier exercice des émoluments se chiffrant à 1 925 000 £. Le directeur général de Tottenham, Daniel Levy, a perçu de la part de l’actionnaire majoritaire du club Joe Lewis un salaire annuel se chiffrant à 2 200 000 £.

Richard Scudamore n’a pas que des amis au sein du football anglais

Si Richard Scudamore est très apprécié par les patrons des grands clubs anglais, il n’est pas aimé de tout le monde. Les autres clubs professionnels d’Angleterre, qui n’évoluent plus en Premier League, sont mécontents de ne pas être associés à la redistribution des droits TV de l’élite anglaise par un système de solidarité (présent dans beaucoup de pays européens).

Greg Dyke, nouveau patron de la Fédération Anglaise, n’est pas non plus le meilleur ami de Richard Scudamore. Fraichement élu, Greg Dyke soumet l’idée d’imposer des quotas de joueurs étrangers au sein des effectifs de Premier League pour relancer la formation face à la tentation de surinvestir sur le marché des transferts des millions de livres gagnés par l’intermédiaire des droits TV. Cette proposition trouve un écho favorable auprès de l’opinion publique et de certains joueurs de Premier League comme Rio Ferdinand. En revanche, elle n’est pas au goût des riches investisseurs étrangers propriétaires de certains clubs de Premier League.

Afin de contrer cette vague de protectionnisme, Richard Scudamore a favorisé lors du dernier appel d’offres la vente des droits TV domestiques à des diffuseurs britanniques. Devant le déroulement de la procédure, le groupe qatari Al-Jazeera avait décidé de se retirer des négociations. En procédant ainsi, Scudamore espère annihiler son image libérale et sa non-défense de la cause britannique. Ses détracteurs n’hésitent pas à affirmer qu’il serait prêt à vendre les joyaux de la couronne britannique aux plus offrants pour gagner plus d’argent…

Google Plus

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer