Stratégie

Quel est le profil du supporter de football ?

L’agence d’étude marketing Repucom a réalisé un rapport sur le profil du supporter de football à travers la planète. Les conclusions de cette enquête mettent à mal les clichés dressés à propos des supporters de football. L’étude met également en évidence de nouvelles zones géographiques qui pourraient devenir de véritables sources de croissance de revenus pour l’industrie footballistique dans les années à venir. Ecofoot.fr vous dévoile les éléments à retenir…

Le football est régulièrement décrit comme un sport majoritairement pratiqué et supporté en Europe et dont les supporters sont essentiellement de sexe masculin, appartenant aux classes sociales modestes et bénéficiant d’un petit niveau d’étude. L’étude menée par Repucom met à mal ce schéma régulièrement véhiculé par les élites françaises qui prennent de haut un sport si populaire.

Selon l’étude menée par Repucom, près de la moitié de la population mondiale s’intéresse au football et un cinquième pratique ce sport. Le supporter se situe principalement dans la tranche d’âge 25-34 ans (28%) et est marié ou en concubinage (64%). En revanche, la part de femmes s’intéressant à ce sport ne cesse de progresser au cours des dernières années : désormais, les femmes représentent 36% des amateurs de ce sport. De plus, 46% des supporters possèdent un niveau d’éducation élevé.

Si cette étude détruit les clichés entourant le football, l’étude révèle également que le supporter est un grand consommateur de médias. 47% des supporters de football consultent notamment l’actualité sur leur mobile contre 33% en moyenne. Le supporter possède également une grande affinité avec les voyages : 80% des supporters revendiquent cette activité comme un de leurs loisirs préférés.

Le continent africain, terre de football

L’étude menée par Repucom met également en avant les niveaux d’intérêt pour le football en fonction des zones géographiques. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’Europe n’est plus la zone géographique où l’intérêt pour le football est le plus grand. Elle ne se situe qu’en quatrième position (57%) derrière le Moyen Orient (67%), l’Amérique du Sud et Centrale (69%) et  surtout l’Afrique (76%). Le continent africain est devenu le continent où le football suscite le plus d’intérêt et où il est le plus pratiqué. A l’inverse, l’Amérique du Nord et les Caraïbes constitue la région où le football engendre le moins d’intérêt (28%).

intérêt football par continent

L’Afrique est le continent où l’intérêt pour le football est le plus fort. ©Repucom

Au niveau du détail pays par pays, le Nigéria – premier pays africain en termes de population et de PIB – vire en tête au niveau de la pratique et de l’intérêt pour le football. 83% de sa population porte un intérêt pour le football et 65% pratique ce sport. L’Egypte se glisse également dans le top 10 sur les deux critères : le pays se situe au huitième rang en termes d’intérêt (69%) et au deuxième rang en termes de pratique (50%). L’Espagne, première nation européenne en termes d’intérêt, ne se situe qu’au dixième rang. En termes de pratique, le Royaume-Uni est le seul représentant européen du top 10 (7ème avec 33%).

[table id=112 /]

Cet engouement du continent africain ne se traduit pas uniquement au niveau des deux critères étudiés : 88% de la population égyptienne et 85% de la population nigériane déclarent le football comme leur sport favori à suivre à la télévision. De plus, il y a 50 ans, l’Afrique ne représentait qu’un taux marginal de la capacité mondiale des enceintes de football. Aujourd’hui, le continent africain représente 8% de la capacité mondiale. Un taux qui devrait encore s’accroitre dans les années à venir.

Cet intérêt important du continent africain ouvre de nouvelles perspectives pour l’industrie du football. Certains clubs européens ont compris l’enjeu et ont commencé à développer leurs liens avec ces pays. C’est notamment le cas de nombreux clubs français : le FC Metz a notamment misé sur le Sénégal en devenant actionnaire d’un centre de formation de ce pays. Outre la détection de nouveaux talents, le club lorrain espère accroitre sa popularité dans la région afin de bénéficier de nouvelles rentrées de merchandising et de sponsoring. D’autres acteurs français de l’industrie footballistique, les constructeurs de stade (Vinci, Eiffage, Bouygues), tentent de se positionner sur les projets de nouvelles enceintes. La CAN étant organisé tous les deux ans, cela engendre de nombreux appels d’offres afin de moderniser les infrastructures existantes.

Si l’intérêt important de l’Afrique envers le football constitue un formidable potentiel de croissance, il sera nécessaire que le continent fasse des progrès au niveau de la stabilité politique et de la croissance économique pour que l’industrie footballistique investisse massivement sur le continent. En effet, malgré des niveaux d’intérêt plus faibles, les grands clubs européens préfèrent investir en Chine, en Inde ou encore aux Etats-Unis pour assurer leur développement. Ils optent pour des pays où l’intérêt pour le football est aujourd’hui plus faible mais où le potentiel économique est bien plus important.

Intégralité de l’étude Repucom

Google Plus

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez5
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer