Stratégie

Le Qatar dévoile ses stades pour la Coupe du Monde 2022

Quelques mois après avoir présenté le stade Al Wakrah, le comité d’organisation du Mondial 2022 au Qatar a dévoilé au grand public son deuxième projet, le stade Al Bayt dont les travaux préliminaires ont déjà débuté. Le Qatar a accéléré le timing de présentation de ses stades afin de mettre la pression sur la FIFA. Explications…

En fin de semaine dernière, le comité d’organisation du Qatar a présenté au grand public le projet de stade Al Bayt dont les travaux préliminaires ont déjà débuté. Cette enceinte, d’une capacité de 60 000 places, présentera la particularité de posséder un toit en forme de tente traditionnellement utilisée par les populations nomades de la région.

Al Bayt Stadium

Le stade situé à Al-Bayt aura la forme d’une tente traditionnellement utilisée par les populations nomades de la région.

Outre sa forme architecturale, le stade possède également une partie de sa tribune démontable. D’ailleurs, cette partie sera retirée de l’enceinte à l’issue du Mondial ce qui dotera le stade d’une capacité de 32 000 places, plus conforme aux affluences enregistrées par le championnat qatari. La structure démontable sera alors confiée à des pays en développement afin de moderniser leurs infrastructures.

Les coûts de construction n’ont pas été dévoilés mais ils devraient se chiffrer aux alentours de 500 millions d’euros. Cela représente 10% de l’enveloppe totale allouée par l’émirat pour l’édification des nouveaux stades. Le Qatar tient également à respecter ses engagements en matière d’environnement auprès de la FIFA : la nouvelle enceinte devrait respecter les normes LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) et GSAS (Global Sustainability Assessment System).

Cette annonce intervient quelques mois après le dévoilement du premier projet de stade au grand public. En effet, en novembre 2013, le comité d’organisation du Mondial 2022 avait présenté le stade Al Wakrah d’une capacité de 45 000 places. Un stade qui avait soulevé la polémique lors de sa présentation sur Youtube : alors que son architecte, l’Irakienne Zaha Hadid (première femme à gagner le prix Prixter Architecture), souhaitait conférer au stade une forme de bateau traditionnel qatari (Dhow), les internautes ont plutôt été frappés par la ressemblance du stade avec… un sexe géant féminin ! Une polémique qui n’a pas été appréciée par Zaha Hadid, mettant ces remarques sur le compte d’un sexisme primaire.

stade Al Wakrah

Le stade Al Wakrah a suscité de nombreuses controverses au sujet de sa forme.

Le Qatar accélère son planning de présentation des stades pour le Mondial 2022

Le coût de construction du stade Al Wakrah est estimé à 300 millions d’euros même si aucun chiffre officiel n’a été dévoilé. Lors des différentes présentations, le comité d’organisation s’est également engagé à livrer les deux stades pour 2018, soit quatre ans avant le début de la compétition. Une anticipation qui tranche avec les retards connus lors des travaux de construction des stades brésiliens.

Mais cette accélération du planning n’est pas innocente du côté du comité d’organisation qatari. En effet, le Qatar souhaite aller de l’avant pour contrer les critiques concernant l’attribution de ce mondial. En accélérant la construction, le Qatar met la pression sur la FIFA qui pourrait ainsi hésiter à retirer l’attribution du Mondial en cas d’avancement trop important dans les travaux.

En effet, l’attribution du Mondial 2022 au Qatar souffre de diverses polémiques. Courant 2013, un premier scandale a secoué l’émirat concernant les conditions des travailleurs immigrés sur les chantiers de la Coupe du Monde. L’Inde a officiellement recensé de nombreux cas de décès de ses ressortissants partis au Qatar pour satisfaire les besoins en main d’œuvre sur les chantiers de la Coupe du Monde. Si le gouvernement du Qatar a nié en bloc les statistiques révélées par certains membres officiels des gouvernements et repris par diverses ONG ; il a également donné des garanties sur l’amélioration des conditions de travail de ses ouvriers.

En plus de ce scandale, les médias britanniques ont publié ces derniers mois différents éléments tendant à alimenter les différentes thèses de corruption autour de l’attribution du Mondial 2022. Certaines voix s’élèvent pour affirmer que des officiels qataris ont soudoyé certains membres du comité exécutif de la FIFA. Ces différentes tentatives de corruption auraient été orchestrées par Bin Hammam, ancien président de la Confédération Asiatique du Football et exclu en 2011 du comité exécutif de la FIFA pour … achat de voix au sein du congrès de la CONCACAF et malversations au sein de la confédération asiatique.

Si la commission d’enquête interne de la FIFA n’a pas trouvé de preuves formelles de corruption de la part de dirigeants qataris, les différents sponsors de la FIFA (dont Sony notamment) ont sommé l’instance internationale de poursuivre les investigations. En secret, la FIFA travaillerait sur une solution de repli aux Etats-Unis pour l’organisation du Mondial 2022. Une solution qui aurait l’avantage de ravir les fédérations européennes, n’approuvant pas le déplacement du Mondial en hiver.

Pour contrer toute cette agitation autour de la désignation du Mondial 2022, le comité d’organisation du Qatar a pris les devants en avançant l’échéancier des travaux liés à cet événement. Une stratégie opportune qui pourrait peser dans les décisions prises par la FIFA. Mais d’ici 2022, l’attribution du Mondial devrait encore connaitre de nombreux rebondissements…

Google Plus

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez7
Partagez