Economie

Une querelle financière empoisonne la vie de l’ETG

Quinzième de Ligue 1 après sa sévère défaite à Lille, le club d’Evian Thonon Gaillard se prépare à vivre une saison sportive délicate. Mais en coulisse, une véritable guerre d’actionnaires a éclaté ce qui ne favorise pas la stabilité du club haut-savoyard. Explications…

En cette fin de semaine, une rumeur circulait du côté de la pression régionale. Il se murmure que Franck Riboud, président d’honneur de l’ETG et PDG de Danone, sponsor principal du club, souhaiterait remplacer l’entraineur actuel du club Pascal Dupraz par Alain  Boghossian ou Nicolas Weber, actuel entraîneur de l’équipe réserve. Patrick Trotignon, président du club, a tenu à démentir cette rumeur.

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Officiellement, Franck Riboud reproche des résultats sportifs médiocres à l’actuel coach de l’ETG. Officieusement, le PDG de Danone trouve que Dupraz possède des liens très proches avec le duo d’actionnaires Bakhtiar-Tumbach, qui possèdent 58% des parts du club. L’axe Bakhtiar-Tumbach soutient ouvertement Pascal Dupraz et d’après certaines sources proches du club, Richard Tumbach aurait proposé récemment un contrat de manager sportif à l’entraineur de l’ETG.

pascal dupraz

Pascal Dupraz, l’entraineur de l’ETG, se situe au milieu d’une querelle d’actionnaires…

Derrière l’avenir de Pascal Dupraz se cache une lutte d’actionnaires

En coulisse de l’ETG, il existe une véritable lutte d’actionnaires pour définir la stratégie future du club haut-savoyard. Cet été, le duo Franck Riboud et Patrick Trotignon ont annoncé un projet d’ouverture du capital du club à de nouveaux actionnaires locaux. Ce projet a été rejeté en bloc par le duo Bakhtiar-Tumbach, actionnaire majoritaire du club.

Franck Riboud souhaite absolument cette ouverture de capital. Danone, actionnaire très minoritaire du club par l’intermédiaire de Boubacar Macalou, souhaite baisser les revenus de sponsoring accordés à l’ETG. Estimés aujourd’hui 3 millions d’euros par an, Franck Riboud estime que Danone ne pourra plus assurer cet investissement dans les années à venir. Franck Riboud a alors chargé Patrick Trotignon, dont il est très proche, de mener à bien ce projet pour apporter de l’argent frais au club. Cette ouverture du capital, destinée à des entreprises locales, possède la bénédiction de toute la classe politique régionale.

Le poste de Patrick Trotignon est menacé

L’actuel président du club haut-savoyard s’est rapidement heurté aux actionnaires majoritaires du club. Esfandiar Bakhtiar et Richard Tumbach ont jugé que cette opération était une OPA déguisée visant à réduire leur influence au sein du club. Pour le moment, ils rejettent en bloc cette ouverture du capital. De plus, ce projet a éveillé leurs doutes quant aux intentions de Patrick Trotignon, proche du groupe Danone.

Enfin, le duo Bakhtiar et Tumbach ont récupéré un allié de poids dans cette affaire. Jo Dupraz, père de l’actuel entraineur de l’ETG, ne semble pas très intéressé pas cette ouverture du capital. Actuel actionnaire minoritaire du club, il ne veut pas voir ses parts (et son pouvoir) dilués par l’arrivées de nouveaux investisseurs.

Ce remue-ménage aura-t-il des conséquences sportives sur l’avenir de l’ETG ? En tout cas, il semble bien que le club haut-savoyard connaisse sa première crise de croissance…

Google Plus

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer