Stratégie

Didier Quillot dévoile ses réformes pour moderniser le foot français

dider quillot dg lfp

Didier Quillot, fraichement nommé Directeur Général de la LFP, a accordé une interview à nos confrères de L’Equipe au sein de laquelle il a annoncé les premières réformes qu’il souhaite mener pour améliorer au plus vite l’attractivité du football professionnel français. Pour le moment, son dynamisme et sa volonté de rassembler parviennent à séduire les différents patrons de club. Explications…

Alors que Didier Quillot a pris ses fonctions il y a moins d’un mois, le nouveau Directeur Général de la LFP n’a pas chômé depuis son intronisation. Même s’il n’est pas à l’origine des dossiers, ce dernier a dévoilé l’accord de naming conclu entre Domino’s Pizza et la L2 et il est parvenu à résoudre la situation de crise concernant la réforme du système de promotion/relégation qui cristallisait les relations entre les clubs professionnels depuis plus d’an via l’instauration des barrages. Il a également initié le chantier de la réforme de l’arbitrage visant à professionnaliser progressivement un certain nombre d’acteurs officiant sur les pelouses de L1 et L2

Mais l’ancien patron d’Orange ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Lors d’un entretien accordé à nos confrères de L’Equipe et publié aujourd’hui, il s’est confié sur les prochains chantiers qu’il compte mener sans perdre de temps afin de renforcer l’attractivité économique et sportive des championnats de L1 et L2. Le prochain combat du DG de la LFP devrait se situer au niveau du transfert du numéro d’affiliation des clubs professionnels de l’association vers la société commerciale. Aujourd’hui, ce numéro attribué par la FFF est indispensable pour participer aux compétitions hexagonales. Une situation qui peut créer des conflits importants comme ce fut le cas à l’été 2014 à l’Olympique de Marseille concernant notamment la négociation du loyer du Vélodrome. « Un investisseur qui verrait que la participation au Championnat peut lui être retirée à tout instant par l’association peut légitimement s’interroger… » a alors confié Didier Quillot. Une réforme qui ne sera néanmoins pas aisée à mener car il faudra parvenir à conquérir le soutien de Noël Le Graët sur ce dispositif. Le nouveau dirigeant de la LFP souhaite également faciliter l’introduction des clubs dans l’actionnariat des enceintes sportives qu’ils exploitent. Une étape intermédiaire qui permettrait aux formations de faciliter l’accession à la propriété de leur outil d’exploitation.

Outre le transfert du numéro d’affiliation ou la propriété des stades, d’autres sujets économiques ont déjà été pris en main par le DG pour accroître les revenus du football professionnel français. Au niveau des droits TV, Didier Quillot accordera attention particulière à l’appel d’offres domestique lancé par le TOP 14 concernant la retransmission de la compétition pour la période 2019-23. Si les diffuseurs venaient à se livrer une bataille féroce menant une à une forte inflation des droits, l’appel d’offres concernant les droits TV de L1/L2 pour la période 2020-24 pourrait alors être anticipé. Indépendamment des droits TV, Didier Quillot souhaite également accroître les recettes de la LFP de 3% par exercice grâce notamment à la signature de nouveaux accords commerciaux. La Ligue 1 cherche d’ailleurs son prochain partenaire de naming.

Enfin, Didier Quillot souhaite moderniser les formats des compétitions organisées par la LFP pour renforcer l’attractivité de ces dernières. L’instauration d’un barrage entre le 18ème de L1 et le 3ème de L2 illustre sa volonté réformatrice. Et elle ne devrait pas s’arrêter là : le DG de la LFP envisage également de délocaliser la finale de la Coupe de la Ligue dans des stades en province lors des prochaines éditions. Un appel d’offres vient d’être lancé.

En termes de gouvernance, Didier Quillot souhaite s’inspirer du modèle mis en place en Premier League avec un Président qui représente la Ligue au sein des institutions et un Directeur Général qui dirige la structure. Sur le plan économique, Quillot veut apporter une vision entrepreneuriale au secteur afin de valoriser au maximum le football professionnel français. Pour le moment, son dynamisme et sa vision ont séduit de nombreux dirigeants de L1 et L2. Espérons que cette bonne dynamique se poursuive lors des saisons à venir afin de favoriser le développement du football professionnel hexagonal qui possède une longueur de retard sur ses principaux rivaux européens…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire 


Source photo à la Une : © Capture d’écran vidéo BFM Business (Youtube)

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer