Stratégie

L’ASSE a-t-elle les moyens de recruter Loïc Rémy ?

Alors que l’ancien attaquant de l’OM ne parvient pas à s’imposer à Chelsea, Loïc Rémy songerait à un prêt de 6 mois pour pouvoir se relancer et obtenir une chance de disputer l’Euro 2016 avec l’équipe de France en juin prochain. Plusieurs clubs de Ligue 1 dont l’AS Saint-Etienne sont positionnés sur ce dossier…

C’est plus qu’une simple rumeur. Christophe Galtier l’a confirmé lui-même lors d’un forum organisé par le magazine But ! avec les supporters stéphanois. « Loïc Rémy a un profil très intéressant. Il évolue dans un très grand club où il joue peu […] Mais Loïc est listé, en effet. J’ai le droit de penser qu’un joueur comme lui serait performant en venant chez nous, et que cela lui permettrait d’attirer l’attention du sélectionneur pour l’Euro. Des joueurs comme Joshua Guilavogui et Benoît Trémoulinas s’étaient relancés en venant à Saint-Étienne en prêt » aurait alors indiqué le technicien stéphanois.

S’il est certain que l’ASSE recrutera un avant-centre cet hiver pour pallier la longue absence de Robert Beric, le club a-t-il les moyens de s’offrir un attaquant de la qualité de Loïc Rémy ? Le défi semble de taille pour le club forézien d’autant que d’autres formations de Ligue 1 (LOSC) et surtout de Premier League (Newcastle United, Crystal Palace) surveillent avec attention la situation du pensionnaire des Blues.

Néanmoins, l’AS Saint-Etienne possède quelques arguments qui pourraient laisser penser que l’opération financière est à la portée du club. Tout d’abord, grâce à sa qualification pour les 16èmes de finale d’Europa League, le club engrangera quelques primes supplémentaires. Alors que le parcours actuel des Verts a permis au club de sécuriser une prime d’ores et déjà supérieure à 2 M€ – hors billetterie – l’ASSE pourrait compter sur une enveloppe supplémentaires de 350 000 € en cas de qualification pour les huitièmes de finale face à un adversaire costaud mais à priori abordable (FC Bâle).

En plus de cette rentrée supplémentaire de recettes, le club stéphanois n’a cessé au cours des derniers exercices d’accroître ses liquidités disponibles. D’après la comptabilité du club dévoilée au 30 juin 2014, les Verts possèdent des réserves financières à hauteur de 10,9 M€. Et même si le club a certainement pioché dans ses réserves pour couvrir un léger résultat net négatif lors de l’exercice 2014-15, le club a les moyens de réaliser un effort financier sans alourdir sa dette brute se situant à hauteur de 40 M€.

Abonnement Ecofoot Premium – S’abonner à notre version premium, c’est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot
  • Bénéficier de nos meilleurs contenus au format magazine
  • Soutenir le développement d’un média que vous appréciez




  • Si l’ASSE possède la surface financière pour s’offrir un prêt de 6 mois de Loïc Remy, la stratégie mise en place par le club pour assainir ses finances serait en revanche mise à mal par ce recrutement. Afin de maintenir une masse salariale en-deçà de la barre des 45 M€ au cours des dernières saisons, le club a imposé un salary cap. Ce mode de rémunération, basé sur un salaire mensuel fixe maximum de 120 000 € par mois et sur l’obtention de primes importantes en cas de bonnes performances, empêche l’ASSE d’obtenir en prêt des joueurs provenant de championnats majeurs européens sans prise en charge importante du salaire par le club propriétaire.

    Actuellement, Loïc Remy perçoit un salaire estimé à 4,5 M£ à Chelsea. Une rémunération qui correspond à un salaire de 500 000 € par mois. Stéphane Ruffier, joueur le mieux payé de l’effectif stéphanois, possède un salaire fixe de 120 000 € mensuel, atteignant le seuil du salary cap imposé par les dirigeants des Verts. Chelsea FC devrait alors assumer plus de 75% du salaire du joueur pour que ce dernier puisse venir évoluer à l’ASSE. Un scénario difficilement concevable d’autant que certaines formations de Premier League, pouvant assumer pleinement le salaire du joueur, sont intéressées par son profil.

    Enfin, un dernier obstacle mineur pourrait compliquer la tâche de l’ASSE dans l’obtention du prêt de Loic Remy. L’agent du joueur, Frédéric Guerra, a pour habitude de travailler avec des clubs comme l’OL ou encore le LOSC. Il gère notamment les intérêts de joueurs comme Maxime Gonalons et Florent Balmont. Or, la formation nordiste s’est également positionnée sur ce dossier au cours des dernières semaines pour renforcer son secteur offensif défaillant. De plus, l’attitude des dirigeants stéphanois lors du transfert avorté de Mounier vers le club forézien à l’été 2013, a laissé des traces du côté de Frédéric Guerra, gérant également les intérêts de l’actuel joueur de Bologne.

    Ainsi, la sortie du nom Remy pourrait être une tentative de diversion réalisée par les dirigeants de l’ASSE afin de conclure des dossiers bien plus avancés. Les noms de l’international norvégien Alexander Toft Söderlund (Rosenborg) ou encore de Yevhen Seleznov (FK Dnipro) ont été également évoqués au cours des dernières jours du côté du Forez. L’agent du joueur norvégien aurait même été aperçu aujourd’hui au centre d’entraînement de l’Etrat…

    Indice de faisabilité de l’opération Loic Rémy à l’ASSE : 10%

    Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire foot-business. 


    Source photo à la Une : © Squawka.com

    Articles populaires

    To Top

    Send this to a friend

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer