Economie

La fiscalité française pénalise-t-elle la Ligue 1

Le régime fiscal français est un argument qu’on entend souvent auprès des supporters voire des dirigeants de club pour exprimer les performances des clubs français dans les compétitions européennes. L’Equipe a mené une enquête très pertinente sur la fiscalité de nos voisins européens…

Dans son édition de Samedi, l’Equipe a mené une petite enquête sur la fiscalité européenne. Pour cela, elle a comparé ce que représente en net un salaire brut de 150 000 euros d’un joueur de football professionnel célibataire. Et contrairement aux idées reçues, il n’est plus si intéressant que cela pour un joueur français de quitter son pays natal.

Le pays où la fiscalité est la plus douce est l’Espagne. Pour un salaire de 150 000 euros, le joueur perçoit 75 350 € net. Le joueur doit s’acquitter d’une somme forfaitaire de 13 000 € de charges sociales et il est imposé à hauteur de 45% de ses revenus. Jusqu’en 2009, les joueurs étrangers bénéficiaient d’une fiscalité privilégiée avec un taux de 24%. Mais ce passe-droit a été supprimé en raison de la crise. De plus, un joueur du championnat espagnol n’est pas certain de recevoir la totalité de son salaire annuel. En cas de problème financier, un club a le droit de ne payer que la moitié des salaires dus. Des grèves ont retardé le début du championnat cette saison en raison de cette loi…

Le deuxième pays où la fiscalité est la plus douce est l’Italie. Pour 150 000 €, un joueur du championnat italien perçoit 74 920€. Il est imposé à hauteur de 45% et 9,19% de son salaire est prélevé en matière de charges sociales. Si les clubs italiens n’ont pas de problème de paiement, ils ne s’acquittent pas toujours de ce qu’ils doivent au fisc. Un joueur peut ainsi avoir quelques soucis avec les autorités italiennes…

La France devant l’Angleterre

La France se classe en troisième position. Un joueur de Ligue 1 perçoit 69 030 € pour un salaire brut de 150 000 €. Il est imposé à hauteur de 41% et les charges sociales s’élèvent à 22% de son salaire. Ces dernières années, la France a réduit l’écart en matière de fiscalité et a même dépassé certains de ses concurrents. De plus, grâce à la mise en place de la DNCG, les clubs français sont très bien gérés et il y a très peu de problème de paiement. Cependant, le rang français pourrait être remis en cause très rapidement en fonction des résultats de l’élection présidentielle. Rappelons que le candidat socialiste François Hollande compte taxer les hauts revenus à 75% ce qui impacterait très lourdement la compétitivité du football français.

L’Angleterre se situe au 4ème rang. La fiscalité outre-Manche a énormément évolué entre 2006 et 2010. Le taux d’imposition est passé de 40 à 50%. Pour 150 000 €, un joueur de Premier League perçoit 66 000 €. Mais le championnat anglais compense cette lourde fiscalité par des droits télévisuels exorbitants et des capitaux venant de l’étranger. Ainsi, la Premier League attire toujours la majorité des plus grands joueurs mondiaux.

Enfin, l’Allemagne se situe au dernier rang de l’enquête. Pour un salaire de 150 000 €, un joueur de Bundesliga perçoit 63 000 €. Le taux d’imposition est de 47,5% et les charges représentent 20%. Et l’Allemagne pratique depuis très longtemps la politique du salaire variable en fonction des résultats sportifs. Et cette fiscalité n’empêche pas la Bundesliga de progresser d’année en année dans l’échelon européen. Aujourd’hui troisième championnat européen à l’indice UEFA, l’Allemagne bénéficiera l’an prochain de quatre clubs en Ligue des Champions au détriment de l’Italie. Les clubs Allemands disposent d’un modèle économique exemplaire avec comme exemple de bonne gestion la possession de leur propre stade. Le modèle à imiter pour l’ensemble des championnats européens se situe surement outre-Rhin.

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer