Economie

Comment le Stade de Reims parvient-il à gérer si sereinement sa descente en Ligue 2 ?

Alors que le Stade de Reims évoluera en Ligue 2 lors de la saison 2016-17, le club champenois ne s’est pas pour autant précipité pour céder ses meilleurs éléments lors de début de mercato estival. Pourtant, certains joueurs du club font l’objet d’une cour assidue d’après les informations délivrées par les médias nationaux. Eclairage…

Aïssa Mandi, Nicolas de Préville, Prince Oniangue, Antoine Conte… il ne se passe pas un jour depuis la fin du championnat 2015-16 sans qu’une nouvelle rumeur concernant un joueur du Stade de Reims alimente la chronique « transferts » des principaux médias spécialisés. Pourtant, et malgré sa relégation, le club champenois n’a pour le moment cédé aucun de ses meilleurs éléments hormis le départ prévu de joueurs en fin de contrat. Un choix qui est pleinement assumé par la présidence rémoise, qui ne souhaite pas vendre au premier club venu ses principaux actifs.

« Aujourd’hui, on est dans une situation économique très tranquille. Nous ne sommes pas dans l’obligation de vendre d’ici au 30 juin pour équilibrer le budget 2015-2016 et nous avons déjà validé un budget pour l’exercice 2016-2017 qui devrait être le plus gros de Ligue 2 et qui n’est pas tributaire d’éventuelles ventes de joueurs » a alors dernièrement indiqué Jean-Pierre Caillot, Président du Stade de Reims, à nos confrères de But Football, afin d’expliquer sa position actuelle sur le mercato estival 2016.

Et, en effet, le dirigeant rémois allie la parole aux actes. Non seulement le club n’a pas encore procédé à une vente majeure, mais il a déjà bien entamé son mercato en actant les arrivées du défenseur central Samuel Bouhours en provenance du Tours FC et du gardien Edouard Mendy (OM). Et l’attaquant Grégory Berthier, évoluant ces dernières saisons à l’AJ Auxerre, devrait également très bientôt s’engager avec le Stade de Reims.

Comment le Stade de Reims parvient-t-il à préparer si sereinement son retour à l’échelon inférieur alors que ces dernières années, de nombreux clubs relégués en L2 ont été contraints de céder rapidement leurs meilleurs joueurs pour supporter une sévère contraction de revenus ? Cette tranquillité renvoyée par la direction champenoise est due à l’excellente gestion financière pratiquée par le club au cours des dernières années. Depuis son retour en L1, le club n’a cessé de présenter un exercice financier positif, affichant notamment un résultat net bénéficiaire supérieur à 6 M€ sur la période 2012-15.

Le Stade de Reims récolte les fruits de sa bonne gestion financière

Fait encore plus exceptionnel au sein de notre Ligue 1, le Stade de Reims a régulièrement affiché un résultat opérationnel positif au cours des dernières saisons. Cela signifie donc que le club n’était pas contraint de céder des joueurs pour équilibrer son bilan en fin d’exercice. Un équilibre structurel qui était obtenu grâce notamment à une excellente gestion de sa masse salariale : cette dernière dépassait très rarement la barre des 70% de chiffre d’affaires opérationnel !

Ainsi, malgré la relégation, le Stade de Reims ne subit pas le poids d’une gestion financière déficitaire. De plus, le club affrontera une contraction de revenus réduite lors de la saison prochaine grâce à l’entrée en vigueur des nouveaux contrats télévisuels. Alors que la chute des revenus TV est généralement supérieur à 10 M€ lors d’une descente en L2, le club devrait subir une contraction moins importante. Et concernant l’adaptation de sa masse salariale à son nouveau budget – qui devrait avoisiner la barre des 20 M€ – le club a d’ores et déjà profité des nombreux départs en fin de contrat pour réduire ce poste de dépenses (Tacalfred, Signorino, Fofana, N’Gog).

Clairement, sans pression financière, le Stade de Reims est actuellement en position de force pour entamer les négociations au sujet du départ de ses joueurs cadres. Le président Jean-Pierre Caillot aimerait notamment attendre l’entrée en action des clubs de Premier League, en capacité de surenchérir grâce à leurs nouveaux droits audiovisuels, avant de se prononcer définitivement sur la cession des éléments qui souhaitent partir. Pour De Préville, le club a fixé la barre à 5 M€. Concernant Aïssa Mandi, le club pourrait se montrer moins gourmand en raison d’un bon de sortie accordé au joueur depuis plus d’un an. Les clubs intéressés sont prévenus…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous abonner à notre compte Twitter


Source photos : © Stade de Reims (Facebook)

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer