Stratégie

Vers une renaissance du championnat soviétique ?

Idée lancée en février 2013, la reconstitution d’un championnat soviétique fait son chemin. Les instigateurs de ce projet espèrent démarrer la compétition à l’automne 2014 ou au printemps 2015. Mais la fusion de plusieurs championnats pose de nombreuses questions qui n’ont toujours pas trouvé de solutions…

Alexeï Miller est déterminé. Le patron du géant russe du gaz Gazprom et du Zenith Saint-Petersbourg  souhaite unifier les championnats des ex-républiques soviétiques afin de créer une compétition d’un niveau plus élevé et capable de rivaliser avec les championnats ouest-européens.

Certains détracteurs affirment que le lancement de cette initiative provient d’un coup de sang du patron de Gazprom en février 2013 dû à une sanction infligée par la fédération russe au club du Zenith pour un jet de fumigène de ses supporters à l’encontre du gardien du Dynamo Moscou. Le club avait alors perdu la rencontre sur tapis vert et s’était vu infliger un match à huit clos.

Un championnat soviétique rémunérateur

Si ce projet a été lancé sur un coup de sang ; l’idée a tout de même séduit de nombreux acteurs des championnats concernés. Début 2013, différentes réunions se sont tenues en la présence des dirigeants de 16 clubs russes et de 6 clubs ukrainiens. Parmi les clubs russes, seuls les présidents du Terek Grozny et de Mordovie Saransk manquaient à l’appel.

Si l’idée primaire était de fusionner uniquement les championnats russes et ukrainiens ; les discussions ont été aujourd’hui ouvertes avec les clubs des championnats arméniens, biélorusses et azéris. Des clubs provenant d’autres pays pourraient rapidement se glisser dans le projet (Estonie, Lettonie, Géorgie). Les futurs dirigeants de cette nouvelle compétition ont prévu de créer dans un premier temps deux divisions de 18 équipes.

Abonnement Ecofoot Premium – S’abonner à notre version premium, c’est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot
  • Bénéficier de nos meilleurs contenus au format magazine
  • Soutenir le développement d’un média que vous appréciez




  • Alexeï Miller n’a pour le moment pas de mal à convaincre les dirigeants de club à soutenir son projet. Les revenus financiers promis par l’émergence de cette nouvelle compétition sont considérables. Tout club participant à la compétition se voit promettre la somme de 22 millions d’euros. Le vainqueur du championnat obtiendrait lors de la première édition 92 millions d’euros !

    alexei miller

    Alexei Miller est convaincu que la création d’un nouveau championnat soviétique permettra aux clubs participants de générer de plus gros revenus.

    Le patron de Gazprom compte sur la réunification des championnats pour générer des droits TV bien plus importants. Cette augmentation de revenus permettrait aux clubs « soviétiques » d’affronter plus sereinement la mise en place de fair-play financier tout en ne perdant pas en compétitivité face aux championnats européens majeurs.

    L’idée d’un retour du championnat soviétique possède de nombreux détracteurs

    Aujourd’hui, l’UEFA n’est pas opposée à la création d’un championnat soviétique. Cependant, le dossier devra être étudié  par les experts de l’instance européenne. Les questions liées à l’organisation et à l’obtention des places pour les compétitions européennes (Ligue des Champions et Europa League) n’ont pas encore été évoquées.

    Si l’UEFA n’est pas fermée à l’idée ; la FIFA rejette en bloc l’initiative. Sepp Blatter déclarait en début d’année 2013 qu’une telle initiative détruirait les bases du football mondial. Sepp Blatter défend en bloc les différentes fédérations des pays concernés qui militent contre l’ouverture de ce championnat soviétique. Les petits clubs des différents championnats, non conviés aux discussions par Alexeï Miller, se rangent tous derrière la parole du président de la FIFA.

    Beaucoup de questions restent en suspens concernant l’organisation d’un championnat soviétique. Cependant, la détermination affichée par Alexeï Miller combinée à la porte non-fermée par l’UEFA pourrait permettre à ce nouveau championnat de voir le jour. En attendant, la République Tchèque et la Slovaquie envisagent un projet similaire. Les championnats est-européens pourraient connaitre de gros chamboulements dans les années à venir…

    Google Plus

    Articles populaires

    To Top

    Send this to a friend

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer