Stratégie

Vers un renforcement du protectionnisme en Premier League ?

Greg Dyke, patron de la Fédération Anglaise de Football (FA), compte surfer sur les mauvais résultats européens de la Premier League et sur l’émergence d’Harry Kane pour proposer un certain nombre de réformes visant à accentuer le protectionnisme au sein du championnat anglais. Le but est de redynamiser la formation de jeunes talents anglais afin d’accroître la compétitivité de la sélection nationale. Explications…

Alors que le retour du protectionnisme est un argument phare de certains partis conservateurs européens s’opposant aux règles présumées libérales de l’Union Européenne, le sujet est également évoqué dans le football anglais par les plus hautes instances. Depuis déjà plusieurs années, le patron de la Fédération Anglaise (FA) Greg Dyke mène un combat acharné afin de limiter la libéralisation complète des transferts au sein du championnat de Premier League.

Pourtant, la Premier League possède déjà un arsenal de mesures qui est certainement le plus dissuasif d’Europe en matière de recrutement de joueurs étrangers. En effet, les joueurs ne bénéficiant pas d’une nationalité d’un pays membre de l’Union Européenne doivent obtenir un permis délivré par le Home Office afin de pouvoir évoluer au sein du championnat de Premier League. Pour obtenir ce permis, le joueur en question doit avoir disputé 75% des rencontres de sa sélection nationale au cours des deux dernières années et sa sélection doit avoir un classement moyen inférieur à la 70ème place FIFA lors des deux dernières saisons. Néanmoins, si le permis n’est pas délivré en première instance, le club peut faire appel de la décision. Evidemment, ces dispositifs ne s’appliquent pas aux joueurs possédant une nationalité de l’Union Européenne en vertu des règles régissant la liberté de circulation des travailleurs au sein de l’UE.

Greg Dyke souhaite réformer les conditions d’obtention du permis de travail

Devant le déclin du niveau de performance de la sélection nationale anglaise, l’accroissement des ressources financières de la Premier League et le nombre en baisse de joueurs anglais dans les effectifs de l’élite anglaise, le patron de la FA Greg Dyke souhaite changer les règles d’obtention du permis aux joueurs étrangers. Si les règles en vigueur sont déjà sévères, Greg Dyke estime qu’elles ne sont pas correctement appliquées. En effet, en appel, les clubs obtiennent régulièrement le permis pour leur joueur alors qu’ils ne répondent pas aux deux critères d’obtention du permis.

Ainsi, Greg Dyke a proposé une réforme visant à mettre en place un barème dégressif du quota de matchs disputés en sélection nationale en fonction du classement FIFA de la nation. Ainsi, les joueurs jouant pour une sélection du top 10 du classement FIFA ne devront uniquement avoir joué 30% des matchs internationaux au cours des 2 dernières années. Le ratio s’élève jusqu’à 75% pour les nations se situant entre la 31ème et la 50ème place du classement FIFA. A noter que les joueurs provenant de nations classées au-delà de la 50ème position ne pourront plus intégrer le championnat. Auparavant, la limite se situait au 70ème rang.

En plus d’un durcissement des conditions d’obtention du permis de travail – avec une application stricte des règles  – Greg Dyke souhaite également mettre en application des restrictions plus lourdes au sujet du nombre de joueurs formés au club dans les effectifs de Premier League. Alors que les clubs anglais peuvent actuellement inscrire 17 joueurs non-formés au club dans les compétitions nationales, Greg Dyke veut un abaissement du seuil à 13 joueurs.

Et le patron de la Fédération Anglaise souhaite aussi un durcissement de la définition de « joueur formé au club ». Actuellement, tout joueur ayant passé un minimum de 3 ans au club avant ses 21 ans est considéré comme un élément ayant été formé au club. Greg Dyke souhaite baisser l’âge à 18 ans afin de réduire le recrutement de joueurs à fort potentiel dans les centres de formation situés à l’étranger.

Greg Dyke, principal frein au développement sportif de la Premier League ?

Par le biais des nouvelles mesures, Greg Dyke souhaite réduire le pouvoir d’investissement des clubs de Premier League dans le recrutement de joueurs étrangers afin de les sensibiliser au développement de jeunes talents nationaux. Le patron de la FA veut profiter d’un contexte favorable pour imposer ses réformes : malgré des moyens financiers conséquents, tous les clubs du championnat anglais ont été éliminés des compétitions continentales et Harry Kane, pur produit de la formation de Tottenham, est l’actuel meilleur buteur de Premier League.

Néanmoins, les patrons de Premier League ne goûtent que très moyennement à l’ingérence protectionniste dont fait preuve Greg Dyke à l’égard du championnat anglais. Si les règles de durcissement de l’obtention du permis de travail ont une grande chance d’être adoptées, en revanche, la mise en place de nouveaux quotas de joueurs formés au club devrait être rejetée massivement par le Board de la Premier League. De plus, cette initiative pourrait se retrouver en conflit avec certaines directives de l’Union Européenne.

greg dyke

Selon plusieurs spécialistes, Greg Dyke ne prend pas le problème de la formation par le bon bout.

Selon une note publiée par le cabinet Soccernomics, les tentatives de réformes initiées par Greg Dyke ne sont pas forcément les bonnes mesures permettant de relancer la compétitivité de la sélection nationale anglaise. L’organe de consulting suggère plutôt d’initier un travail auprès du gouvernement au sujet d’un réinvestissement massif dans les infrastructures dédiées à la pratique du football au sein du pays. De même, Soccernomics suggère à la FA d’encourager les jeunes talents anglais ne parvenant pas à percer en Premier League à tenter une expérience dans des championnats étrangers. Un mouvement qui est quasi-inexistant aujourd’hui et qui favoriserait l’enrichissement culturel et sportif du football anglais.

Cette vision n’est pour le moment pas partagée par Greg Dyke. Ce dernier préfère ouvrir un espace d’expression aux jeunes talents anglais en Premier League – quitte à brider la compétitivité sportive du championnat anglais – au lieu de s’attaquer à certains problèmes de fond au sujet de la formation de jeunes talents anglais dont la qualité n’a cessé de se dégrader au cours des dernières années.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer