Economie

Royal Charleroi : la direction fait preuve d’une belle solidarité à l’attention de sa communauté locale

royal charleroi solidarité cohésion sociale

Alors que l’agglomération de Charleroi vient d’apprendre une très mauvaise nouvelle sur le plan économique avec le départ d’un des acteurs industriels majeurs de la ville, la direction du club du Royal Charleroi SC souhaite aider les personnes touchées par une telle décision. Décryptage…

A l’heure où certains clubs cherchent avant tout à conquérir de nouveaux marchés pour internationaliser leur marque et s’assurer d’une belle croissance de revenus ; d’autres formations européennes n’oublient leurs missions responsabilité de sociale à l’égard de leur communauté locale.

C’est notamment le cas du club du Royal Charleroi SC dont la direction a décidé de réaliser un geste envers les personnes touchées par la fermeture définitive de l’usine Caterpillar, située à Gosselies, dans la banlieue nord de Charleroi. Si cette fermeture n’affecte pas directement le club de Jupiler Pro League – Caterpillar avait cessé depuis plusieurs années ses activités de sponsoring auprès de l’actuel leader du championnat belge – la direction estime qu’une telle décision impactera indirectement l’environnement du club belge. En effet, de nombreux employés de Caterpillar sont des habitués du stade du Pays de Charleroi.

Le Royal Charleroi SC souhaite favoriser la cohésion sociale au sein de sa communauté

« Le Sporting jouera à nouveau un rôle d’exemple. Et je m’engage à essayer d’engager au club un maximum d’ouvriers issus de Caterpillar une fois que toutes les procédures sociales seront terminées. Et j’ai demandé à tous les partenaires du club d’en faire de même ! Même si on n’a rien à voir dans cette fermeture, assumons nos responsabilités de chefs d’entreprise en tentant de rendre au plus vite un travail à toutes ces personnes. C’est toute la région qui doit se mobiliser » a alors indiqué Mehdi Bayat, patron du club belge, lors d’une allocution réalisée devant les représentants des sponsors du Royal Charleroi SC. La formation dirigée par l’homme d’affaires franco-iranien a déjà promis d’engager deux ex-employés de l’usine de Caterpillar en attendant de mener d’autres actions pour contribuer à la reconversion du personnel de l’entreprise américaine.

L’annonce de la fermeture de l’usine Caterpillar de Gosselies, intervenue début septembre, constitue une véritable catastrophe économique pour l’agglomération de Charleroi. Une fermeture qui s’inscrit dans un contexte global difficile pour l’entreprise américaine : le chiffre d’affaires de Caterpillar est passé de 66 milliards de dollars en 2012 à 40 milliards en 2016. Ayant déjà subi un plan social en 2013 donnant lieu à la suppression de 1 400 emplois, la direction du groupe américain justifie la fermeture de l’usine de Gosselies par le niveau de surcapacité du site et sa compétitivité. Une partie de l’activité devrait être réaffectée à l’unité de production du groupe située à Grenoble.

2 000 emplois seront concernés par cette fermeture. En faisant preuve instantanément de solidarité et en mobilisant l’ensemble du tissu économique régional, la direction du Royal Charleroi SC illustre sa volonté d’ancrer au maximum le club dans la vie économique, politique et sociale de sa communauté.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire foot-business. 


Source photo à la Une : © Wikipedia.org (Bapt ty95)

Articles populaires

To Top
Tweetez8
Partagez
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer