Stratégie

Le scandale de la FIFA affecte-t-il l’attractivité commerciale de la fédération brésilienne ?

Pleinement impliqués dans le scandale du FIFA Gate, les dirigeants de la fédération brésilienne (CBF) tentent tant bien que mal de faire bonne figure afin de maintenir l’administration de l’institution à flot. Néanmoins, la CBF vient de subir deux revers commerciaux coup sur coup…

Si les révélations des autorités suisses et américaines ont fait de gros dégâts auprès de la direction de la FIFA, elles causent également d’importants troubles au sein des fédérations se trouvant au cœur de l’affaire. C’est notamment le cas de la fédération brésilienne (CBF) au sein de laquelle son ex-dirigeant, José Maria Marin, doit comparaître le 16 décembre prochain devant la justice américaine afin de répondre aux accusations de corruption.

Marin n’est pas le seul haut-dirigeant brésilien soupçonné par la justice américaine d’avoir organisé un vaste système de corruption permettant de percevoir d’importants pots de vin lors de la vente des droits commerciaux des différentes Copa America. Son prédécesseur, Ricardo Terra Teixeira et son successeur Marco Polo Del Nero, sont également dans le collimateur de la justice américaine.

Devant ce scandale de grande ampleur impliquant différents responsables de la CBF, certains partenaires commerciaux ont décidé de rompre leur contrat les liant avec la fédération sportive la plus puissante du pays. Ainsi, la firme Procter & Gamble a été la premier partenaire à manifester l’arrêt de ses activités de sponsoring auprès de la CBF. Sans donner de détails sur les négociations, la CBF a acté le départ de Gillette en tant que partenaire officiel de la Seleçao.

A l’image de la FIFA, cette première rupture de contrat d’un partenaire commercial a donné des idées à d’autres sponsors. Ainsi, la société d’assurances Unimed a également manifesté au cours des dernières semaines sa volonté d’arrêter ses activités de sponsoring. Arrivée dans le giron de la CBF en 2013, la société avait pourtant signé un contrat jusqu’en 2019 avec la fédération brésilienne.

Si Unimed a souhaité rompre son contrat en toute discrétion avec la CBF, cette dernière est responsable de la fuite de l’information dans la presse en contre-attaquant directement Unimed. La fédération brésilienne estime qu’Unimed ne possède pas la possibilité de se désengager unilatéralement d’un contrat signé jusqu’en juin 2019.

Pour pouvoir sortir de ce partenariat,  Unimed a alors fait jouer une clause permettant à un acteur de se désengager à tout moment en cas dégât causé à son image. Unimed a alors estimé que le scandale de corruption de la FIFA, dans lequel sont impliqués plusieurs dirigeants de la CBF, constitue un élément valide pour activer cette clause.

Ces clauses de désengagement signées avec les différents partenaires pourraient poser un véritable casse-tête financier pour la CBF. Actuellement, les recettes commerciales constituent 70% des revenus opérationnels de la fédération brésilienne. Une situation qui pourrait conduire la CBF à faire le ménage auprès de ses cadres le plus rapidement possible afin d’éviter une véritable crise financière.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 


Source photo à la Une : © sport.es

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer