Economie

La Serie A s’interroge sur la propriété des stades

Alors que la Juventus a pris une grosse longueur d’avance sur le plan sportif et financier depuis plusieurs saisons, de nombreux clubs italiens étudient la possibilité de devenir propriétaire de leur enceinte sportive. Malheureusement, peu de projets avancent concrètement pour le moment. Explications…

Le stade, c’est le meilleur renfort de la Juventus. Cette phrase est répétée à chaque intersaison par Adriano Galliani, administrateur du Milan AC. Et les dirigeants Rossoneri ne sont pas les seuls à admirer l’ascension sportive et financière de la Juventus depuis la livraison de son nouveau stade. De nombreux clubs italiens songent à se doter d’une nouvelle enceinte – en tant que propriétaire – afin de franchir une étape important sur le plan sportif et financier.

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Au regard des performances de la Juventus, le modèle économique de la propriété d’un stade moderne est vendeur. Au cours de la saison 2013-14, le club turinois a directement généré plus de 45 M€ de recettes de billetterie grâce à son nouvel outil. Le Milan AC, plus proche poursuivant de la Juventus dans ce domaine, a généré 16,4 M€ de moins que le club Bianconero. L’AS Roma, principal rival de la Juventus sur le plan sportif au cours des dernières saisons, a accusé un revenu près de deux fois inférieur à celui de la formation turinoise.

revenus de billetterie serie a 2013-14

Certes, la Juventus doit également rembourser un crédit lié au financement des travaux du stade. Mais en plus de dynamiser les revenus de billetterie, le nouveau stade de la Juventus contribue également à l’accélération des autres sources de revenus grâce notamment à la création d’un véritable lieu de vie autour de ce stade moderne. Le Juventus Stadium abrite entre autre 8 restaurants et 20 bars.

Dès sa première année d’exploitation, le Juventus Stadium a rapporté 23,5 M€ de chiffre d’affaires additionnel à la formation turinoise. Après déduction des charges et des frais financiers dus à l’emprunt contracté, la direction turinoise estime que la nouvelle enceinte du club rapporte un flux de trésorerie positif de l’ordre de 16,5 M€ par an.

D’autres clubs de Serie A cherchent à acquérir la propriété d’un stade moderne

Même si le modèle turinois est encore éloigné des recettes générées par l’exploitation de certains stades anglais ou allemands – un sous-dimensionnement de la capacité du stade et des offres de billetterie haut-de-gamme limitées pourraient empêcher la croissance de revenus du club – le nouvel outil permet tout de même à la Juventus de se rapprocher de la barre des 280 M€ de revenus opérationnels (2013-14) tout en atteignant le top 8 européen sur le plan sportif (2014-15).

La réussite sportive de la Juventus depuis son changement de modèle économique pousse de nombreux clubs de Serie A à étudier la possibilité d’acquérir la propriété d’un nouveau stade moderne. Le Milan AC de Barbara Berlusconi a entamé les démarches dernièrement pour construire un stade nouvelle génération proche de son nouveau centre administratif. Le but du club Rossonero est de bâtir un véritable quartier Milan dont l’accès serait facilité par les transports. A l’image de la Juventus, le Milan AC opterait également pour une réduction de capacité : le nouveau stade comporterait seulement 48 000 places permettant d’exercer une pression sur les prix pratiqués.

nouveau stade milan ac

Les dirigeants du Milan AC ont dernièrement dévoilé une maquette de leur projet de nouveau stade.

Doté de ce nouvel outil, le Milan AC espère accroître rapidement ses revenus opérationnels de l’ordre de 20 à 25%. Si les démarches auprès de la municipalité sont en bonne voie afin d’obtenir les autorisations, il existe néanmoins un gros point bloquant : le financement du projet. Estimée à 320 M€, la nouvelle enceinte des Rossoneri pourrait forcer la famille Berlusconi à céder une partie du capital social afin de faire entrer de l’argent frais permettant de boucler le dossier. Avec la création prévue de 500 emplois au sein de ce nouveau quartier Milan, les dirigeants milanais attendent également un coup de pouce des collectivités locales.

L’AS Roma, principal rival de la Juventus sur la scène nationale au cours des dernières années, cherche également à se doter d’un nouveau stade dont il serait propriétaire. Le club de la Louve a un besoin urgent d’accroître ses sources de revenus opérationnels afin de respecter à la lettre le règlement du fair-play financier. Un projet de nouveau stade de 52 000 places a été présenté aux collectivités locales.

Malheureusement, les dirigeants de la Louve se heurtent à deux écueils majeurs. Le premier frein est d’ordre administratif. De nombreux élus politiques s’opposent au projet pharaonique de la Roma au sujet de la construction d’un nouveau quartier dédié aux activités du club. En plus d’un nouveau stade, le club compte également bâtir avec ses partenaires financiers de nouveaux bureaux, une zone commerciale et un parc d’attraction ouvert 7 jours sur 7. La municipalité doit rendre un premier verdict dans les semaines à venir mais le dossier devra ensuite recevoir l’accord de la région afin d’obtenir les différents permis de construire.

En plus des problèmes administratifs, l’AS Roma pourrait connaître des difficultés financières concernant le projet. Alors que le financement total du projet  – à hauteur de 1,2 milliard d’euros – était finalisé, les différents retards commencent à dissuader certains investisseurs à miser sur ce nouveau complexe. De plus, des difficultés de trésorerie sont dernièrement apparues auprès de certaines sociétés contribuant au projet. La direction de la Roma espère pouvoir résorber rapidement les volets financiers et administratifs pour pourvoir démarrer les travaux de ce nouveau complexe qui doit permettre au club d’accroître ses recettes de plus de 50% au cours des prochaines saisons.

nouveau stade as roma

Les dirigeants de l’AS Roma comptent bâtir un immense projet coûtant 1,2 milliard d’euros afin de dynamiser l’activité économique du club.

Enfin, Diego Della Valle, PDG de la marque Tod’s et actionnaire majoritaire de l’ACF Fiorentina, souhaite également ériger un nouveau stade pour son club. Ce dernier prévoit d’investir 300 M€ dans la réalisation d’une nouvelle enceinte de 40 000 places. Le nouvel outil de la Fiorentina serait accompagné d’un lieu de vie appartenant au club, combinant bars, restaurants et boutiques de luxe. Deux hôtels, un jardin florentin et un musée d’art contemporain sont également prévus dans le projet. Grâce à ce projet combinant une dimension touristique, la Fiorentina espère générer 10 M€ de revenus additionnels par saison. La présentation de ce nouveau complexe a reçu un accueil favorable auprès de la municipalité qui pourrait livrer rapidement des autorisations de construction. La Viola pourrait bien supplanter ces rivaux et être le 2ème club italien à bénéficier d’un véritable lieu de vie lui permettant de dynamiser ses rentrées financières.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer