Economie

Comment Sevilla FC a réussi à construire un modèle économique autour de la C3 ?

Alors que le club andalou a remporté pour la troisième saison consécutive et la cinquième fois de son histoire la C3, la direction de Sevilla FC vient de dévoiler son bilan financier concernant l’exercice 2014-15. Malgré l’existence d’un déséquilibre structurel assumé, le club parvient toujours à générer des excédents budgétaires grâce à son bon parcours européen et à son sens de la négociation sur le marché des transferts. Explications…

Le désormais quintuple vainqueur de la C3 n’évolue toujours pas dans les mêmes sphères financières que les autres géants de Liga BBVA. Le dernier bilan financier dévoilé par la direction du club, concernant l’exercice 2014-15, confirme cette tendance. Le club andalou a affiché un chiffre d’affaires opérationnel de 88,5 M€ pour un résultat avant impôt tout de même bénéficiaire de l’ordre de 10,5 M€.

Clairement, le bon parcours en C3 enregistré lors de chaque saison aide le club à accroître considérablement ses recettes. Alors que Sevilla FC avait déjà perçu 17 M€ pour son titre lors de la saison 2013-14, les recettes se sont élevées à hauteur de 20,7 M€ lors de l’exercice 2014-15 grâce notamment à une hausse des revenus marketpool enregistrés par le club. Les recettes générées par la compétition européenne représentent désormais près de 25% du chiffre d’affaires opérationnel du club.

Outre les recettes directement perçues pour son bon parcours, le club de Sevilla FC est parvenu à valoriser deux autres sources de revenus grâce à ses exploits européens. Tout d’abord, la formation rojiblanca a renégocié fortement à la hausse son contrat domestique de droits audiovisuels. Percevant un peu plus de 30 M€ lors des saisons 2012-13 et 2013-14, ce dernier a été réévalué à hauteur de 39 M€ en 2014-15. Néanmoins, en raison de la mutualisation des droits, Sevilla FC n’aura plus besoin de faire valoir son nouveau statut pour obtenir une revalorisation télévisuelle lors des saisons à venir.

Abonnement Ecofoot Premium – S’abonner à notre version premium, c’est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot
  • Bénéficier de nos meilleurs contenus au format magazine
  • Soutenir le développement d’un média que vous appréciez




  • En plus des recettes TV, la direction de Sevilla FC se sert de l’exposition continentale offerte par la C3 pour valoriser au mieux ses joueurs sur le marché des transferts. Un travail qui est optimisé par l’expertise du directeur sportif Ramón Rodríguez Verdejo, alias Monchi. Le club a ainsi généré des plus-values comptables supérieures à 30 M€ au cours des trois derniers exercices concernant la cession de joueurs. Lors de la saison 2014-15, cette activité a même atteint un montant très important de 37,2 M€, somme intégrant notamment les cessions de Carlos Bacca au Milan AC et Aleix Vidal au FC Barcelone.

    Néanmoins, les plus-values réalisées sur le marché des transferts sont indispensables pour maintenir la continuité des activités du club sans avoir recours à l’endettement. En effet, la direction de Sevilla FC prend d’importants risques au niveau de sa masse salariale, engloutissant lors de chaque exercice plus de 80% des revenus opérationnels du club. Un ratio élevé qui crée un déséquilibre au niveau de la gestion opérationnelle du club mais ce choix est complètement assumé et anticipé par la direction financière et sportive de l’institution.

    Un choix qui est d’autant plus facile à supporter que le club ne possède presque aucune dette envers les établissements bancaires. Le club doit tout juste 60 000 € à un institut financier au 30 juin 2015 alors qu’il possède des réserves financières à hauteur de 17,045 M€. Cependant, le club possède quelques dettes fiscales à l’image d’une créance de 2,7 M€ due à la ville de Seville concernant à un retard de paiement d’impôts locaux. Un passif salarial à hauteur de 33 M€ figure également dans ses comptes mais des accords avec des échéances respectées ont été trouvés avec les différentes parties prenantes.

    Enfin, grâce aux qualifications obtenues en Champions League via ses précieuses victoires en C3, le club de Sevilla FC pourrait réduire sa dépendance au marché des transferts pour équilibrer ses comptes lors des exercices à venir. D’après le budget prévisionnel dévoilé par le club, la participation à la phase de poules de la C1 devrait permettre à la formation andalouse de générer des revenus opérationnels supérieurs à 91 M€ pour l’exercice 2015-16 sans enregistrer aucune hausse de masse salariale. Petit à petit, le club de Sevilla FC est en train de bâtir un modèle capable de soutenir sa croissance sportive tout en atteignant structurellement l’équilibre financier.

    Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous abonner à notre compte Twitter


    Source photo à la Une : © Sevillafc.es

    Articles populaires

    To Top

    Send this to a friend

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer