Economie

Quelle est la situation financière de VAFC ?

A moins d’un miracle, le club nordiste de Valenciennes est condamné à évoluer en Ligue 2 la saison prochaine. En marge de cet échec, le président-actionnaire Jean-Raymond Legrand a indiqué publiquement que le club allait affronter des difficultés financières importantes. Quelle est la situation financière du club nordiste et peut-il survivre à une descente en Ligue 2 ? Ecofoot.fr mène l’enquête…

Actuellement 19ème de Ligue 1, le club nordiste vit une saison très difficile. Alors que son président Jean-Raymond Legrand avait budgété en début de saison une douzième place, le club risque fort d’évoluer en Ligue 2 la saison prochaine. Un échec sportif qui a des conséquences financières au sein du club.

Dernièrement, Jean-Raymond Legrand n’a pas éludé la question financière. Au contraire, il fait appel à de potentiels actionnaires intéressés et aux collectivités locales afin de sauver « le football professionnel » au sein de la commune. Ce message alarmant envoyé par le président-actionnaire du club inquiète les supporters qui ont peur que la descente du club soit plus abrupte que prévue.

Les problèmes financiers du club nordiste ne datent pas d’aujourd’hui. Lors du rachat du club par Jean-Raymond Legrand en 2011, Valenciennes a connu une importante inflation de sa masse salariale (de l’ordre de 25%). La nouvelle équipe dirigeante pensait pouvoir supporter cette hausse grâce aux revenus engendrés par l’arrivée du nouveau stade. Une équation économique qui s’est avérée inexacte et qui a conduit le club à devoir repenser sa stratégie financière.

Lors de la saison 2012-13, le club a rendu des comptes positifs de l’ordre de 896 000 €. Ce résultat positif est en parti du à la bonne saison des Valenciennois qui avaient achevé l’exercice en 11ème position. Mais ce n’est pas la seule explication. Sur cet exercice, le club avait également réalisé un excédent net de la balance des transferts de 2,3 millions d’euros et le président Valenciennois avait investi 1,5 millions d’euros de son argent personnel dans le club. Le résultat réel d’exploitation (recettes moins dépenses en excluant les mouvements financiers en provenance des transferts ou d’augmentation de capital) est déficitaire de 2,6 millions d’euros. Malgré sa bonne performance sportive de la saison dernière, le club était structurellement déficitaire.

Quel sera le déficit d’exploitation de VAFC pour les saisons à venir ?

Compte tenu des résultats sportifs du VAFC lors de la saison 2013-14, le déficit d’exploitation risque d’être bien plus important. Pour cet exercice, le club accusera une baisse de près de 5 millions d’euros en provenance des droits TV. Les revenus de billetterie connaitront également une contraction d’un peu plus de 200 000 € par rapport à la saison précédente. Les recettes hors transferts devraient ainsi se situer aux alentours de 25,7 millions d’euros contre 30,8 million d’euros en 2012-13.

En contrepartie, le club a tout de même fait des efforts sur ses charges. Grâce à la cession de joueurs à gros salaires (Danic, Bong…), le club a réduit sa masse salariale d’environ 5%. Cela permet au club de faire une économie d’environ 1 million d’euros. Cet effort n’est néanmoins pas suffisant et le club devrait accuser un déficit d’exploitation aux alentours de 6,5 millions d’euros.

La problématique financière risque encore de se corser lors de la saison 2014-15 avec la descente en Ligue 2. Les revenus du club passeront alors de 25 à environ 12 millions d’euros dus aux baisses des droits TV, des recettes de billetterie et de sponsoring. Le club n’est pas forcément prêt à connaitre une contraction si importante de ses revenus.

Comment le VAFC peut-il se sortir de cette situation ?

Si le déficit de la saison 2013-14 ne parait pas insurmontable, Jean-Raymond Legrand a tout de même indiqué qu’il ne mettrait plus d’argent personnel pour assurer la survie financière du club. Une nouvelle fois, la formation nordiste pourra compter sur une balance des transferts positive. Si le transfert de Nicolas Isimat-Mirin (4 M€) a été comptabilisé dans le bilan 2012-13, les ventes de Rémi Gomis ou encore Gaetan Bong seront intégrées dans le bilan 2013-14. Des cessions qui permettent au club de posséder actuellement une balance positive d’environ 1 million d’euros. Une nouvelle vente avant le 30 juin 2014 pourrait permettre de réduire significativement le déficit.

Mais la vraie problématique du club concerne la saison 2014-15 avec la lourde contraction des revenus dus à la relégation en Ligue 2. Pour pouvoir présenter un budget convenable à la DNCG, le club devra revoir intégralement et en profondeur sa structure de coûts. Avec 12 éléments en fin de contrat à l’issue de la saison, Valenciennes devrait pouvoir agir efficacement sur sa masse salariale. Mais le club devra également renégocier son contrat avec l’exploitant du stade Vert Marine afin que la location du stade du Hainaut n’asphyxie point les finances du club. Or la direction possède des relations tendues avec son exploitant.

jean raymond legrand

Jean-Raymond Legrand, président actionnaire du VAFC, espère attirer de nouveaux investisseurs afin de respirer financièrement.

En plus d’une restructuration complète de ses charges, le club aura également besoin d’argent frais pour survivre en Ligue 2. Jean-Raymond Legrand espère vivement l’arrivée de nouveaux actionnaires dans le capital du club. Depuis un an, le président nordiste s’attèle à chercher de nouveaux partenaires financiers sans être parvenu à les attirer.  Avec la descente en Ligue 2 et une valorisation moindre du club, de nouveaux partenaires pourraient être tentés par l’aventure. Enfin, le président nordiste attend également des aides plus conséquentes de la part des collectivités locales pour aider le club à traverser cette période difficile.

Si la situation financière de Valenciennes n’est pas désespérée, elle est néanmoins préoccupante. Elle ressemble au cas de l’AJ Auxerre lors de sa relégation en 2011-12. Si le club était parvenu à combler son déficit de l’exercice menant à la descente (16 millions d’euros), l’AJA avait vécu une saison 2012-13 très difficile sur le plan financier avec une cession du club à un nouvel actionnaire pour éviter la faillite. La direction de VAFC est prévenue…

Google Plus

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer