Droits TV

Sky pourra-t-il supporter cette hausse des droits TV de Premier League ?

Alors que l’opérateur britannique Sky a lourdement contribué à l’inflation des droits TV domestiques du championnat de Premier League sur la période 2016-19, certains analystes financiers se posent déjà la question de la rentabilité du groupe. Une inflation qui pourrait avoir des conséquences sur le modèle économique de l’opérateur.

Les sommes atteintes par la commercialisation des droits TV domestiques du championnat de Premier League ont surpris tout le monde. Alors que le championnat britannique bénéficiait déjà de 1,006 milliard de recettes télévisuelles par an sur la période 2013-16, le comité de direction est parvenu à faire monter les enchères pour désormais atteindre 1,713 milliard de livres par an concernant 2016-19. Des sommes qui ne prennent pas en compte les droits TV internationaux qui devraient connaitre également une belle inflation.

Le groupe audiovisuel britannique British Sky Broadcasting, plus communément appelé Sky, a lourdement contribué à cette inflation. Le groupe a accepté de débourser 4,176 milliards de livres sur la période 2016-19 pour diffuser 126 rencontres par saison. Une somme qui correspond à une inflation de 81,5% pour diffuser seulement 10 matchs supplémentaires par exercice. Ainsi, sur la période 2016-19, chaque diffusion de rencontre de Premier League coûtera à Sky 11 047 619 £.

Sky continuera-t-il à enregistrer des bénéfices avec une telle hausse des droits TV de Premier League ?

Si les experts du secteur footballistique s’interrogent sur une telle envolée des prix, les analystes financiers sont très sceptiques quant à la rentabilité du modèle Sky suite à une telle inflation. Alors que le groupe a enregistré un résultat net de « seulement » 190 millions de livres en 2013, ces derniers se demandent comment Sky pourra maintenir son niveau de rentabilité avec une telle hausse des prix des droits de son produit phare. Les marchés financiers ont d’ailleurs partagé l’avis des analystes : le cours de l’action Sky a chuté de 2,20% lors de la journée du 11 février et ce matin, il est encore en baisse de près de 1%.

Afin de rassurer ses actionnaires et les marchés financiers, le groupe Sky a déjà dévoilé quelques mesures visant à maintenir le niveau de rentabilité du groupe. Ainsi, l’opérateur britannique a annoncé un plan de réduction des coûts de production de 200 millions de livres par an. Dans l’air depuis un petit moment, Sky devrait également faire supporter la hausse des droits TV de Premier League à ses clients. Ainsi, les 5 millions d’abonnés du bouquet Sky Sports devraient supporter une hausse de 2 £ par mois de leur abonnement à partir de la saison 2016-17. Une hausse qui ne rapportera qu’une centaine de millions de livres supplémentaires par saison au groupe.

Le combat de Sky se situe ailleurs

Selon Pascal Perri, consultant économique de RMC Sport, cette hausse spectaculaire des droits TV domestiques de Premier League est dangereuse. « Il n’y a pas de modèle économique aujourd’hui qui soit capable de financier un tel spectacle. On peut prendre le problème dans tous les sens, la télévision n’aura sans doute pas les moyens de financer, y compris d’ailleurs avec des revenus subordonnés » déclare ainsi Pascal Perri.

premier league

Chaque rencontre de Premier League coûtera plus de 11 millions de livres à Sky en droits TV à partir de la saison 2016-17.

Pour Bastien Drut, docteur en économie, Sky a déjà accepté de perdre de l’argent sur le football anglais. « En réalité, Sky et BT perdent déjà de l’argent dans le cadre de la diffusion des matchs de Premier League au sein de l’accord actuel (2013-16) » déclare Bastien Drut dans L’Obs.

Pour le docteur en économie, les droits TV de Premier League servent de produit d’appel pour Sky et BT afin de vendre d’autres services à leurs clients. Les deux groupes sont notamment leaders du marché britannique des fournisseurs d’accès à internet. Grâce à la Premier League, ils peuvent dynamiser leurs autres activités comme internet ou coupler le football à d’autres bouquets de télévision payante leur appartenant.

En d’autres termes, la perte de la diffusion de la Premier League représentait une menace financière bien plus importante pour Sky qu’une réévaluation importante des droits TV. Et devant la concurrence annoncée d’Eurosport, soutenu par le groupe Discovery, Sky n’a pas pris de risque en émettant de jolies offres sur les différents lots commercialisés par le Board de la Premier League. Sky a désormais un an et demi pour trouver une excellente stratégie complémentaire entre ses différentes activités pour maintenir son niveau de rentabilité…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer