Economie

Le Spartak Moscou succombe au naming

Après l’Angleterre, l’Allemagne ou encore la France, un nouveau pays européen alimente le nouveau courant du naming. Le Spartak Moscou a conclu un accord avec un partenaire financier pour baptiser son nouveau stade en construction.

Son nom sera l’Otkrytie Arena. Il s’agit du nouveau stade construit à Moscou par le club du Spartak. Le nom officiel a été confirmé cette semaine par le patron du Spartak, Leonid Fedun. M. Fedun, également gérant de la société LukOil en Russie, a dévoilé les détails du partenariat financier derrière le nom du nouveau stade.

Otkrytie naming

L’Otkrytie Arena est en cours de construction. Son inauguration pourrait intervenir durant l’été 2013.

Otkrytie est une banque russe, partenaire de longue date du Spartak. La banque a décidé d’apposer le nom de sa marque au nouveau stade d’une capacité de 45 000 places. Pour cela, elle a déboursé 30 millions d’euros. L’accord porte sur 6 ans, ce qui donne une somme de 5 millions d’euros par saison. Le Spartak devrait inaugurer son nouveau stade très rapidement.

Le phénomène du naming se propage à travers l’Europe

La Russie inaugure, à travers le Spartak, le principe du naming. Celui-ci est né en Angleterre. Aujourd’hui, Arsenal par exemple possède un accord financier avec la compagnie aérienne Emirates pour le nom de son stade. L’accord s’élève à 185 millions d’euros pour 5 saisons, soit 37 millions d’euros par saison. Mais ce partenariat n’englobe pas uniquement l’activité de naming : Emirates est également le sponsor maillot des Gunners.

La pratique est également parvenue en France avec la signature entre le club du Mans et la société MMA pour le nom du nouveau stade « MMA Arena ». L’accord porte sur une durée de 10 ans contre un chèque d’un million d’euros par an. Etant donné la situation économique et sportive du club manceau, il n’est pas certain que MMA ait réalisé une affaire.

Plus récemment, le naming peut être source de conflits. Le deuxième actionnaire du club du LOSC, Partouche, menace de se désengager car la municipalité refuse sa proposition financière de naming du nouveau stade. Un désaccord de 500 000 euros par saison a mis le feu aux poudres entre les deux partis.

Le président du Spartak, Leonid Fedun, a conclu son intervention en indiquant que ce partenariat permettra à son club d’être en totale conformité avec le fair-play financier instauré par Michel Platini.

Google Plus

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer