Stratégie

Quelle est la stratégie 2015-16 de la Fiorentina ?

Arrivé en juillet dernier à la tête de la Fiorentina, l’ex entraineur du FC Bâle Paulo Sousa se poserait déjà des questions sur les ambitions sportives de la Viola concernant la saison 2015-16. Le mercato mené actuellement par ses dirigeants ne rassure guère le technicien portugais. Explications…

Mais quelle est la politique de recrutement de la Fiorentina lors de ce mercato estival 2015 ? Alors que la Viola a réalisé une belle saison 2014-15 sous la houlette de Vincenzo Montella, se battant jusqu’au bout pour une place qualificative pour la C1, la direction a souhaité procéder à de nombreux changements au cours de l’intersaison.

Outre le remplacement de Montella par Sousa, la Fiorentina a laissé partir de nombreux cadres de son effectif lors de cette période des transferts. L’avant-centre allemand Mario Gomez a été prêté au Besiktas. Le milieu de terrain Alberto Aquilani est parti libre au Sporting CP. Il en va de même pour Neto qui a signé libre à la Juventus. Sans oublier les fins de prêt de Salah, Richards ou encore Gilardino.

Enfin, les supporters florentins ont appris dernièrement avec stupeur la cession du défenseur international monténégrin Stefan Savic à l’Atletico Madrid contre une indemnité de 12 M€. Et ces derniers ne sont peut-être pas au bout de leurs peines : les rumeurs d’un retour de l’ailier espagnol Joaquin au Betis Seville se sont intensifiées au cours des derniers jours.

La Fiorentina a besoin d’alléger sa masse salariale

Au rayon des arrivées, les noms sont moins ronflants du côté de la Viola. Si la signature de Mario Suarez en provenance de l’Atletico constitue la tête d’affiche du recrutement florentin, l’arrivée de Nikola Kalinic en provenance de Dniepropetrovsk est l’autre unique attraction du mercato de la Fiorentina pour le moment. Et comme le fait remarquer l’analyste italien Luca Marotta dans les colonnes de nos confrères de Calciomercato, il s’agit de joueurs provenant de clubs qui ne surpaient pas leurs éléments.

Car le problème de la Fiorentina est bel et bien économique. Après avoir accusé plus de 37 M€ de pertes financières lors de l’exercice 2014, le club a une obligation de rééquilibrer ses comptes sur l’année civile 2015 pour ne pas subir les foudres du fair-play financier. D’autant que le club, à l’image de l’OM en France, a échoué dans sa quête d’une qualification pour la C1 qui lui aurait permis de générer des revenus additionnels à hauteur de 30 M€.

mario gomez départ fiorentina

Les départs des gros salaires de l’effectif tels que Mario Gomez permettront à la Fiorentina de réduire ses coûts opérationnels

Devant une masse salariale représentant plus de 85% des revenus opérationnels du club en 2014, la Fiorentina est désormais obligée de réduire la voilure pour retrouver l’équilibre budgétaire. Une situation qui passe forcément par une réduction de la compétitivité sportive en se séparant des joueurs les mieux rémunérés de l’effectif.

Outre les aspects ponctuels liés au fair-play financier, le propriétaire de la Fiorentina, Andrea Della Valle, compte rapidement trouver un modèle d’autofinancement sur la durée pour son club. En plus du travail immédiat mené sur la masse salariale, il évalue également les différentes pistes pour développer significativement les revenus du club. La construction d’un nouveau stade est notamment à l’étude.

Mais pour le moment, les supporters de la Fiorentina devront certainement se contenter d’ambitions modérées pour la saison à venir…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer