Stratégie

Le football grec échappe à une lourde sanction

Alors que la sélection nationale et les différents clubs du championnat grec étaient menacés par une exclusion temporaire des compétitions internationales pour ingérence du gouvernement Tsipras, tout devrait finalement rentrer dans l’ordre lors des semaines à venir. Néanmoins, le gouvernement et la fédération grecque de football doivent encore se mettre d’accord sur certains sujets. Explications…

Tout a commencé le 02 mars dernier lors d’une opposition réunissant le PAOK Salonique à l’Olympiakos à l’occasion de la demi-finale aller de Coupe de Grèce. Cette rencontre, opposant deux grands noms du football grec, n’a pu aller à son terme en raison des comportements violents manifestés par les supporters en tribune. Les officiels ont alors décidé de reporter le match à une date ultérieure.

Entre temps, le gouvernement grec par l’intermédiaire de son vice-ministre des sports Stavros Kontonis, a décidé de se saisir de ce dossier afin de prendre des mesures exemplaires à l’encontre des dérives violentes observées depuis quelques années au sein du football hellénique. Après plusieurs concertations avec différents membres du gouvernement, Stavros Kontonis a tout simplement annoncé son intention d’annuler l’édition 2015-16 de la Coupe de Grèce.

Cette décision, même si elle n’a jamais été prise officiellement, a fait bondir la fédération grecque de football, craignant une sanction de la FIFA et de l’UEFA pour ingérence gouvernementale dans les affaires footballistiques du pays. Un procédé contre lequel la fédération internationale ne tolère aucune exception, n’hésitant pas à suspendre les fédérations des Etats ne respectant pas cette indépendance.

D’ailleurs, plusieurs officiels de l’UEFA et de la FIFA se sont déplacés le 29 mars dernier pour faire un point sur la situation avec le gouvernement Tsipras et la fédération grecque. Lors de cette réunion, la FIFA a tout simplement ordonné la reprise des rencontres de Coupe de Grèce avant le 15 avril prochain, sous peine de dégainer de lourdes sanctions à l’encontre du football grec.

Après plusieurs semaines d’intenses négociations, il semblerait que Stavros Kontonis et Giorgos Girtzikis, président de la fédération grecque de football, aient trouvé un compromis pour pouvoir redémarrer la compétition au plus vite et éviter de lourdes sanctions. La nouvelle a été annoncée par Kostakis Koutsokoumnis, président de la fédération chypriote de football et membre de la FIFA ayant joué un rôle de médiateur dans ce dossier complexe. « Nous sommes parvenus à obtenir un accord et il existe un compromis pour que la Coupe de Grèce redémarre bientôt » a alors indiqué le dirigeant chypriote.

D’après les informations ébruitées dans la presse grecque, les rencontres à venir devraient se jouer à Athènes à huis-clos. Pour le moment, aucune décision n’est arrêtée concernant une reprise de la compétition au niveau des demi-finales ou de la finale. Néanmoins, la fédération grecque doit impérativement donner des garanties de reprise de la compétition à la FIFA avant vendredi. Sinon, elle s’expose à l’exclusion de sa sélection lors des prochains éliminatoires de la Coupe du Monde et de ses clubs aux prochaines éditions des coupes continentales. Dans un pays où le football revêt toujours une grande importance malgré la crise économique, cette décision tomberait comme un nouveau coup de massue pour le peuple grec…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire 


Source photo à la Une : © Olympiacos FC (Facebook)

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez
Partagez

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer