Stratégie

Frédéric Thiriez renonce à briguer un nouveau mandat à la tête de la LFP

Lors d’un entretien accordé à nos confrères de L’Equipe, le président de la LFP, Frédéric Thiriez, a annoncé de façon surprenante qu’il ne se présenterait pas à la prochaine élection du président de la Ligue qui se déroulera en novembre prochain. Explications…

La nouvelle a raisonné comme un coup de tonnerre au sein du football professionnel français. Alors qu’il se bat toujours sur tous les fronts pour tenter de mener à bout ses différents combats, Frédéric Thiriez ne devrait pas se présenter à sa propre succession en novembre prochain pour briguer un nouveau mandat de président de la LFP. Après 14 ans de services, ce dernier préfère se retirer à la fin de l’année sans donner de raisons précises quant à sa décision.

« Cela fera 14 ans. C’est beaucoup. Quatorze ans, ça suffit. Ça suffit pour la Ligue sans doute, et aussi pour moi […] J’ai d’autres choses dans ma vie. J’ai envie de me consacrer davantage à mon activité d’avocat et à mes autres passions, la musique, le théâtre, l’écriture, la montagne… » a alors indiqué l’actuel président de la LFP.

Contesté depuis plusieurs mois par l’intégralité des présidents de L2 et un certain nombre de présidents de L1, la peur de perdre cette prochaine élection n’est pas l’élément qui a déclenché sa décision selon ses propos. Néanmoins, la contestation s’est renforcée au cours des derniers mois à la suite des différents procès perdus par la LFP concernant la réforme du système de promotions/relégations ou encore la subvention accordée au syndicat Premier Ligue au détriment de l’UCPF.

Alors que les objectifs annoncés au sein du plan Foot Pro 2012 n’ont pas été accomplis – la Ligue 1 a surtout déçu au niveau des performances européennes – Frédéric Thiriez préfère jeter un regard positif sur son bilan, estimant avoir tout fait pour favoriser la croissance économique du football professionnel français. « La Ligue 1 est passée de 230 M€ de recettes TV, en 2001-02, à 800 M€ en 2019-20. Je ne sais pas s’il y a beaucoup d’entreprises, en France, dont les deux tiers du chiffre d’affaires sont sécurisés sur les 5 ans à venir. Et surtout, il y a les stades : nous avons enfin un parc d’enceintes modernes » a alors précisé Frédéric Thiriez.

Pour le moment, les noms des candidats à sa succession ne sont pas encore connus. Le football professionnel français planche actuellement sur le recrutement d’un directeur général de la LFP, qui possèdera des pouvoirs élargis notamment sur les sujets économiques. Didier Quillot, ancien patron d’Orange, fait figure de favori pour cette fonction. Avec le réaménagement du poste de directeur général, la fonction de président de la LFP devrait évoluer vers un rôle moins opérationnel et plus axer sur la communication. Michel Denisot est un profil qui plait à plusieurs dirigeants de L1 mais il ne semble pas réellement séduit par cette opportunité pour le moment.

Concernant Frédéric Thiriez, il dit vouloir se retirer du monde du football français à la fin de l’année. Même s’il laisse la porte entrouverte concernant l’attribution d’un rôle de promotion du ballon rond hexagonal à l’international. Enfin, il assure qu’il ne cherchera pas à prendre la succession de Noël Le Graët à la tête de la FFF lors des prochaines élections qui se dérouleront dans un an…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire foot-business. 


Source photo à la Une : © Capture vidéo BFMTV (Youtube)

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer