Stratégie

Tokyo Sexwale peut-il créer la surprise à l’élection présidentielle de la FIFA ?

Candidat surprise à l’élection présidentielle de la FIFA, l’homme d’affaires sud-africain Tokyo Sexwale poursuit son entreprise de séduction auprès des différentes fédérations internationales. Une campagne qui rencontre un franc succès, faisant de Tokyo Sexwale un outsider de taille pour l’élection du 26 février prochain…

Tokyo Sexwale n’est pas le candidat à l’élection présidentielle de la FIFA le plus connu dans la sphère footballistique. Un désavantage que l’homme d’affaires et politique sud-africain cherche à transformer en atout dans un contexte où il ne fait pas bon de révéler des relations intimes avec un Comité Exécutif dans le viseur des autorités suisses et américaines.

Si Sexwale n’a jamais joué un rôle majeur dans la gouvernance du football mondial jusqu’à présent, ce dernier s’appuie sur son passé atypique pour faire campagne en essayant d’incarner le candidat du changement. Ayant passé une partie de sa vie en prison aux côtés de Nelson Mandela dans son pays natal, Sexwale cherche à s’incarner en homme de pensées capable de prendre les décisions justes afin de réformer dans le bon sens la FIFA.

« En prison, vous ne pouvez rien faire donc vous pensez. Après deux jours, deux ans ou dix ans de discussions avec les détenus, vous apprenez à confronter vos opinions et aussi à en changer. Vous accumulez beaucoup de réflexions et de bonnes idées. Une fois dehors, dans le vrai monde, vous voulez agir, agir, agir et prendre des décisions » a ainsi indiqué le dirigeant sud-africain dans une interview publiée dans l’édition du jour de L’Equipe.

Outre ses expériences peu banales, Tokyo Sexwale cherche également à mettre en avant ses actions économiques et sociales d’envergure menées au sein du ballon rond afin de montrer ses capacités à diriger tout en étant un homme de dialogue. Le candidat sud-africain a notamment piloté le comité d’organisation de la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud, événement célébré comme un grand succès par les grands dirigeants du ballon rond de l’époque même si l’impact économique sur le pays est contestable. Sexwale est également ambassadeur de la FIFA contre le racisme depuis de nombreuses années et il a été missionné dernièrement pour ouvrir un dialogue entre les fédérations israélienne et palestinienne de football. Son travail a toujours été salué par ses pairs.

En plus de son passé et de ses missions réussies dans le monde du football, Tokyo Sexwale a été un des premiers candidats à dévoiler son programme en s’appuyant sur une réforme phare : la possibilité pour les équipes nationales d’afficher des sponsors sur leur tenue officielle. Contrairement aux critiques grand public émises à l’encontre de cette initiative, Tokyo Sexwale décrit cette mesure comme une réforme sociale permettant aux petites fédérations de bénéficier de moyens financiers supplémentaires.

« Les grosses et riches fédérations n’ont peut-être pas besoin de revenus additionnels mais pour les pays en développement, cette réforme peut complètement changer leur quotidien. Quand vous vous rendez dans des pays comme le Lesotho, le Swaziland, le Tchad, Haïti ou encore le Nepal, la gestion financière n’est pas la même que dans les grosses fédérations. Ces fédérations n’ont pas beaucoup de moyens pour travailler et toutes les initiatives sont bonnes pour elles pour développer le football » a ainsi dernièrement indiqué Tokyo Sexwale à nos confrères de la BBC.

Néanmoins, Tokyo Sexwale ne souhaite pas imposer à tout prix cette réforme. Un vote, dont les modalités ne sont pas encore connues, serait organisé à ce sujet s’il venait à être élu. Dans l’idéal, Sexwale souhaiterait donner le choix aux fédérations d’appliquer ou non cette mesure et de cesser cette dictature du maillot vierge de sponsor. A demi-mot, Sexwale s’oppose à l’hypocrisie des dirigeants actuels de la FIFA qui interdisent le sponsoring maillot des équipes nationales pour des motivations exclusivement économiques. Une interdiction qui permet de valoriser les sponsors officiels de l’institution afin de générer davantage de recettes.

Les positions tenues dernièrement par Tokyo Sexwale parviennent à convaincre de plus en plus de présidents de fédérations. En coulisse, de nombreux patrons de fédérations africaines commenceraient à réviser leurs positions en se ralliant à sa cause. Alors que l’incertitude règne au sujet de la candidature de Michel Platini, certaines fédérations européennes suivraient également les propositions de Sexwale, seul candidat non-européen à la présidence à tenir un discours qui n’offense pas la puissance de l’UEFA.

En quelques semaines, Tokyo Sexwale est passé du candidat méconnu à l’outsider de la prochaine élection présidentielle de la FIFA qui se tiendra le 26 février prochain…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 


Source photo à la Une : © Sportingnews.com

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez6
Partagez3

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer