Economie

L’UCPF souhaite centraliser la commercialisation des espaces publicitaires

Pour optimiser les revenus publicitaires des clubs de Ligue 1 et Ligue 2, l’UCPF a décidé de s’associer avec le groupe Omnicom Media Group pour centraliser les offres de différents clubs au sein d’une même régie. Une initiative qui a reçu un accueil enthousiaste de nombreux dirigeants mais qui suscite encore la défiance des gros clubs français…

Ces derniers temps, les différents acteurs du football français ont énormément évoqué les droits TV ou encore les recettes de billetterie pour optimiser les revenus des clubs professionnels. En revanche, les recettes commerciales ont été peu mises sur le devant de la scène. Totalement éclipsé par le dernier appel d’offres des droits de la Ligue 1 ou encore par l’étude menée sur les publics des enceintes françaises ; la cellule marketing de l’UCPF (syndicat des clubs) a travaillé activement en coulisse pour bonifier cette source de revenus.

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Bruno Belgodère, actuel directeur financier et marketing de l’UCPF, a exposé au grand public via un communiqué, son projet de centraliser les différents emplacements publicitaires des clubs professionnels au sein d’une même régie. Et cette dernière a même déjà été sélectionnée : il s’agira d’Omnicom Media Group (OMG).

Les espaces « communication » des clubs perçus comme de véritables médias

L’idée, selon Bruno Belgodère, est de profiter de la puissance d’un grand acteur du secteur pour optimiser les revenus commerciaux des clubs de Ligue 1 et Ligue 2. La centralisation auprès d’un seul prestataire permet également aux clubs d’être considéré comme un média à part entière : « Tout est parti d’une réflexion menée il y a un an et demi à propos des stades. Deux dimensions avaient été mises en exergue : il s’agit d’un espace de consommation mais aussi de communication. Pourquoi, alors, ne pas les positionner comme des médias à part entière, une brique supplémentaire pour les annonceurs et aller au-delà de leur commercialisation habituelle. OMG a tout de suite saisi l’enjeu » a ainsi expliqué Bruno Belgodère aux Echos.

Les espaces commerciaux concernés par le dispositif seraient la panneautique, les écrans géants, les encarts sur les supports digitaux ou encore les spots publicitaires au sein des chaines officielles des clubs.  Souvent, ces espaces sont pour le moment vendus à des acteurs locaux par les différentes régies des clubs. Avec une offre centralisée, ils pourraient désormais intéresser des annonceurs souhaitant avoir une portée nationale. Des acteurs de la grande distribution se seraient déjà manifestés pour bénéficier de cette offre. De plus, les clubs pourraient profiter de la puissance d’Omnicom Media Group pour séduire de nouveaux annonceurs. Cette offre serait pleinement intégrée dans les plans médias proposés par l’agence.

Les grands clubs de Ligue 1 ne sont pas encore intéressés par cette offre

Aujourd’hui, Bruno Belgodère ne souhaite pas communiquer sur le nom des clubs participant à ce projet. Il évoque des raisons de confidentialité car certaines négociations sont actuellement en cours. 19 formations professionnelles auraient rejoint le dispositif.

Cependant, le projet peinerait à séduire les grands clubs français profitant déjà d’une exposition nationale conséquente. Cette tendance expliquerait pourquoi l’UCPF ne souhaite pas communiquer le nom des clubs. En effet, le PSG n’est pour le moment pas intéressé par l’initiative. Aujourd’hui, le club parisien profite d’une exposition assez puissante pour ne pas avoir besoin de centraliser ses espaces.

Nasser Al Khelaifi

Nasser Al Khelaifi, président du PSG, ne souhaite pas participer à l’initiative instaurée par l’UCPF. Le club est aujourd’hui assez puissant pour commercialiser ses espaces publicitaires tout seul.

Mais le Paris Saint-Germain n’est pas un cas isolé. L’AS Monaco ne participerait pas non plus au dispositif. D’autres clubs comme les Girondins de Bordeaux – bénéficiant déjà du réseau publicitaire de M6 – ne paraissent pas séduits par l’initiative. Ainsi, cette centralisation conçue conjointement par l’UCPF et OMG perdrait de son attractivité aux yeux des annonceurs si les clubs les plus médiatiques ne participaient pas au projet.

L’agenda de Bruno Belgodère risque d’être surchargé lors des prochaines semaines. Il aura la lourde tache de convaincre les clubs puissants d’intégrer le dispositif. Il devra très certainement leur prouver l’utilité de cette centralisation en chiffrant un gain potentiel de chiffre d’affaires en matière de revenus sponsoring.

Google Plus

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer