Economie

L’Udinese Calcio est-il en train de changer de modèle économique ?

modèle financier udinese calcio

Alors que l’Udinese Calcio a pendant longtemps basé ses succès sportifs et financiers sur son savoir-faire en matière de trading de joueurs, le club connait actuellement des difficultés à maintenir sa compétitivité sportive tout en accusant d’importants déficits comptables. Une tendance inquiétante mais qui s’explique par une modification de son modèle économique. Explications…

Après avoir terminé les deux exercices précédents de Serie A aux 13ème et 16ème rangs, l’Udinese Calcio connait une nouvelle saison difficile en cet exercice 2015-16. Le club du Frioul n’a toujours pas assuré son maintien à 4 journées de la fin et le club pointe à une inquiétante 16ème place, comptant seulement 5 points d’avance sur le premier relégable. Si le club ne devrait pas descendre en Serie B à l’issue de la saison, l’Udinese flirte depuis plusieurs saisons avec la zone rouge alors qu’il se battait régulièrement pour une qualification européenne il y a encore quelques saisons.

Et la dégringolade de l’Udinese ne concerne pas uniquement le domaine sportif. Habituellement bon élève de Serie A, la formation de la famille Pozzo vient de dévoiler un deuxième exercice comptable négatif consécutif. Ainsi, lors de la saison 2014-15, le club a accusé un résultat net négatif de l’ordre de 5,959 M€ alors que le club avait déjà subi des pertes à hauteur de 12 M€ lors de la saison précédente !

Si ce revirement de situation sportif et comptable est alarmant, plusieurs éléments expliquent un phénomène qui ne devrait être que conjoncturel. Le plus important d’entre eux est la décision prise par le propriétaire du club en juillet 2012, Giampaolo Pozzo, d’acquérir la propriété de stade du Frioul pour 99 ans afin de pouvoir entamer les travaux de rénovation souhaités.

Le livre de la semaine

Nationalité et équité dans le football

Cette opération a ainsi pénalisé durant plusieurs saisons deux importants centres de profits du club : la billetterie et les revenus commerciaux. Contraint de fermer plusieurs parties de son stade en raison des travaux de modernisation, l’Udinese Calcio a ainsi accusé une chute importante de ses revenus opérationnels au cours des dernières saisons, revenant à un niveau similaire à celui de la saison 2009-10 (autour de 44 M€).

Outre la baisse des revenus opérationnels, l’Udinese a également dû alourdir son niveau d’endettement pour finaliser le rachat de son enceinte et les travaux de modernisation. Opération évaluée à 25 M€, la dette brute du club est passée de 25,7 M€ à 60,4 M€ entre 2012 et 2015. Cela a évidemment impacté les comptes du club. Nulle en 2011, la gestion financière représente désormais une charge de l’ordre de 2,5 M€ par exercice.

Enfin, l’Udinese Calcio a également toujours compté sur ses juteuses opérations réalisées sur le marché des transferts pour équilibrer ses bilans. Modèle pénalisé par une contraction des revenus opérationnels, il a été beaucoup moins efficient au cours des dernières saisons. De plus, un changement de modèle d’amortissement comptable concernant l’acquisition de joueurs opéré dans le bilan comptable 2014-15 provoque une diminution du résultat positif de la balance des transferts. En effet, le club a préféré basculer sur un modèle d’amortissement dégressif plutôt que d’utiliser la méthode classique linéaire, entraînant une surcharge de l’ordre de 12 M€ dans les comptes du dernier exercice.

Néanmoins, si l’Udinese Calcio souffre dans cette période de transition, le club devrait rapidement retrouver la voie des profits et une nouvelle compétitivité sportive lors des saisons à venir. En janvier dernier, face à la Juventus, le club du Frioul a inauguré sa nouvelle enceinte de 25 100 places assises dont il est désormais propriétaire jusqu’en 2112. Le club va alors pouvoir relancer sa croissance des revenus de billetterie et commerciaux. De plus, en appliquant un modèle d’amortissement dégressif concernant le trading de joueurs, l’Udinese devrait subir rapidement une baisse significative de ses dotations aux amortissements à condition que le club ne fasse pas de folies lors du prochain mercato.

Clairement, l’Udinese devrait bénéficier d’un potentiel financier assez important pour se réinstaller dans le top 10 de Serie A lors des saisons à venir. D’autant que de nouveaux investisseurs chinois devraient acquérir 15 à 20% du capital social du club dans les mois à venir. L’Udinese devrait disposer de ressources nécessaires pour retrouver l’efficacité de son modèle de trading de joueurs tout en conservant ses pépites un peu plus longtemps grâce au surplus de recettes dégagées. Néanmoins, le club devra tout de même faire attention à sauver sa place en Serie A lors de cet exercice 2015-16…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire 


Source photo à la Une : © Wikipedia.org (Matteo.favi)

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer