Economie milan ac finalisation vente

Publié le 16 mars, 2017 | par Anthony Alyce

La vente du Milan AC fortement compromise ?

Alors que la date de conclusion de la transaction a été repoussée à plusieurs reprises, un partenaire appartenant au consortium Sino-Europe Sports a annoncé sa volonté de se retirer du projet.

Le Milan AC basculera-t-il un jour sous pavillon chinois ? Alors qu’un accord avait été annoncé dès le mois d’août dernier entre la société Fininvest et le consortium chinois Sino-Europe Sports concernant la vente du club lombard, les deux entités ne sont toujours pas parvenues à boucler l’opération.

Selon les termes initiaux de l’accord, Sino-Europe Sports s’était engagé à racheter 99,93% du capital social du Milan AC à la société contrôlée par Silvio Berlusconi contre un investissement de l’ordre de 520 M€. A cela, le groupe chinois s’était également engagé à reprendre à son compte 220 M€ de dettes et à injecter rapidement 350 M€ pour améliorer la compétitivité du club.

Alors que le bouclage de la transaction devait avoir lieu en fin d’année 2016, la date a été sans cesse repoussée par les différentes parties. Début mars, Silvio Berlusconi s’est à nouveau exprimé pour évoquer un nouveau report à une date ultérieure sans donner de précision.

En coulisse, Sino-Europe Sports éprouverait les pires difficultés à faire sortir de Chine les capitaux nécessaires pour boucler une telle opération. Alors que le gouvernement chinois fait actuellement pression pour réduire la fuite de capitaux, ce dernier se montrerait notamment hostile à une telle transaction.

Si Sino-Europe Sports a déjà déboursé 200 M€ à Fininvest pour valider leurs différents accords, le groupe chinois étudie diverses pistes pour réunir au plus vite les fonds manquants. Dernièrement, le consortium aurait notamment envisagé d’utiliser des fonds disponibles hors de Chine afin de boucler une telle opération.

Milan AC : un partenaire abandonne le projet de rachat

Toutefois, l’affaire semble un peu plus se compliquer pour SES. D’après les informations rapportées par Bloomberg, l’entité financière Haixia Capital Management, partenaire de ce projet de reprise, aurait dernièrement décidé d’abandonner une telle transaction face à l’hostilité affichée par le gouvernement chinois.




Si ce retrait constitue un coup dur pour les différentes parties, SES et Fininvest n’auraient pas abandonné leurs discussions. Silvio Berlusconi serait prêt à accorder un nouveau délai d’un mois à condition que SES verse une nouvelle traite de 100 M€ non-remboursable. Une solution à laquelle SES serait favorable.

Le blocage réalisé par le gouvernement chinois concernant la sortie de capitaux ne constitue pas une grande première. Dernièrement, le géant chinois Wanda a été contraint d’abandonner son projet de rachat du groupe américain Dick Clark Productions, organisateur notamment des Golden Globes, contre un investissement de 1 Md$. Fininvest et SES sont prévenus…

Source photo à la Une : Flickr.com (robin bosCC BY 2.0)


A propos du contributeur / de la contributrice

Spécialiste des problématiques sport-business, j'interviens régulièrement pour différents médias sur des sujets liés à l'économie du football. Entrepreneur & Fondateur d'Ecofoot.fr



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Back to Top ↑