Economie

Pourquoi la vente de Payet à West Ham ne serait pas une bonne affaire pour l’OM ?

Alors que l’OM a officiellement accepté la dernière offre de transfert émise par West Ham United pour acheter Dimitri Payet, la direction a donné aujourd’hui publiquement sa version des faits en publiant un communiqué officiel. Le club n’est pas vendeur mais il ne peut suivre la proposition salariale émise au joueur par le club londonien. Une situation complexe retournée en campagne de communication par l’état-major marseillais. Explications…

Le feuilleton Dimitri Payet n’en est peut-être qu’à ses débuts. Alors que L’Equipe annonçait hier en milieu de journée l’accord conclu entre West Ham United et l’Olympique de Marseille au sujet du transfert du meilleur passeur 2014-15 du championnat de France, la direction a tenu à réagir publiquement à cette annonce.

Si l’OM a confirmé avoir accepté l’offre de West Ham United, la direction indique également qu’elle ne souhaite pas se séparer de son joueur sous contrat jusqu’en juin 2017. Néanmoins, elle ne peut satisfaire les exigences financières demandées par les représentants du joueur, à savoir un alignement immédiat sur la proposition salariale émise par West Ham. « Maintenant que les représentants de Dimitri Payet ont cette offre, ils veulent une augmentation considérable pour rester à Marseille. Cela représente au total 18 M€ d’engagements pour l’OM » a alors indiqué Vincent Labrune dans l’édition du jour du quotidien L’Equipe.

Embarqué dans une politique de réduction salariale afin de diminuer les déficits du club, Vincent Labrune ne souhaite en aucun cas accorder à Dimitri Payet un salaire de star de Premier League. Dimitri Payet aurait reçu de la part de West Ham United une proposition de 2,5 M€ de salaire net fixe annuel, assortie de primes de performances très importantes.

Néanmoins, si l’OM ne peut s’aligner, le club tente de jouer le tout pour le tout en retournant la situation via une stratégie de communication bien rodée. En effet, la direction communique ouvertement sur le sujet en demandant au joueur de faire le choix entre un club qu’il apprécie et… l’argent ! Une méthode qui a peu de chance de convaincre le joueur, qui doit s’envoler aujourd’hui pour Londres, mais qui a le mérite de d’essayer de dédouaner la direction auprès des supporters au sujet de cette transaction.

Abonnement Ecofoot Premium – S’abonner à notre version premium, c’est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot
  • Bénéficier de nos meilleurs contenus au format magazine
  • Soutenir le développement d’un média que vous appréciez




  • L’OM devra tout de même vendre un autre élément avant le 30 juin

    Si l’Olympique de Marseille n’a pas confirmé le montant réel de l’offre émise par West Ham United pour enrôler Dimitri Payet, la presse française et anglaise s’accordent sur une transaction autour de 15 M€. En cas de confirmation de ce montant, l’OM ne ferait clairement pas une excellente affaire.

    payet om

    Payet a débarqué à l’OM lors de la saison 2013-14 en provenance du LOSC.

    Acheté au LOSC en 2013-14 contre un investissement de 9 M€, le club avait alors fait signer un contrat de 4 ans au joueur. Comptablement, le club aurait actuellement amorti seulement 4,5 M€ concernant le coût du transfert. En cas de vente à 15 M€, l’OM enregistrerait une plus-value comptable de seulement 10,5 M€. Un montant qui est clairement insuffisant par rapport aux engagements tenus envers la DNCG et qui obligera l’OM à se séparer d’un autre joueur avant le 30 juin. « Il faut qu’on fasse 20 M€ de plus-value au 30 juin prochain » a ainsi confirmé Vincent Labrune dans les colonnes de L’Equipe.

    En plus d’une lourde perte sportive, l’OM devra donc se séparer d’un autre élément important dans l’urgence pour respecter ses engagements devant la LFP. Ainsi, la vente de Dimitri Payet ne remet nullement en cause le départ de Giannelli Imbula. Clairement, la cession de Payet à ce tarif ne constitue pas une bonne nouvelle pour un club qui ne pourra le remplacer par un joueur confirmé en raison d’une marge financière limitée lors de ce mercato estival. Alors que les ventes d’abonnements ont du mal à décoller du côté de la Canebière, le club phocéen aura intérêt à s’activer du côté des arrivées et à obtenir des résultats rapidement afin de ne pas subir une baisse des revenus de billetterie lors de la saison 2015-16.

    * estimation

    Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 

    Articles populaires

    To Top

    Send this to a friend

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer