Economie

West Ham United engrange des profits

Malgré un modèle économique en pleine mutation dans l’attente du déménagement de stade, la direction de West Ham United est déjà parvenue à atteindre les profits lors des deux derniers exercices. De solides résultats financiers qui permettent de conforter les hautes ambitions sportives du club lors des saisons à venir. Explications…

« Raisonnablement, d’ici 5 ans, nous espérons taper à la porte d’une qualification européenne et rivaliser avec des clubs comme Chelsea, Manchester United, Manchester City, Arsenal et Liverpool. Nous souhaitons que le Big 5 jette un coup d’œil dans le rétroviseur. » C’est en ces termes qu’un des actionnaires principaux de West Ham United, David Gold, a décrit dernièrement les ambitions à moyen terme du club londonien. Néanmoins, tant que le club n’aura pas déménagé au sein du Stade Olympique – le début de son exploitation est prévu pour la saison 2016-17 – l’état-major de West Ham United vise uniquement un maintien tranquille parmi l’élite anglaise.

Si le club londonien a complètement réussi son début de saison 2015-16 – à l’image de la saison dernière avant de littéralement s’effondrer en deuxième partie d’exercice pour terminer à une anonyme 12ème place – West Ham United est également parvenu à rétablir ses finances avant son déménagement dans l’enceinte olympique. Après avoir accumulé des pertes financières supérieures à 143 M£ sur la période 2006-13, West Ham vient de dévoiler un deuxième exercice consécutif bénéficiaire lors de la saison 2014-15.

Ainsi, le club a enregistré un résultat avant impôt positif de 3 M£ lors du dernier exercice. Un bon bilan qui s’appuie essentiellement sur un chiffre d’affaires opérationnel record, dépassant pour la première fois la barre des 120 M£. En 7 ans, le club est parvenu à accroître ses revenus de l’ordre de 59%. Cependant, le résultat est tout de même inférieur aux bénéfices enregistrés lors de la saison 2013-14 : le club avait alors enregistré un résultat comptable positif de l’ordre de 10,3 M£. Cette différence s’explique par une augmentation des charges opérationnelles supérieures aux revenus. La masse salariale a notamment progressé de 13,8% entre les deux saisons pour atteindre 72,7 M£. Les autres dépenses opérationnelles ont également subi une hausse supérieure à 10% entre les deux exercices.

Néanmoins, West Ham United est parvenu à développer un modèle économique bénéficiaire depuis deux ans sans compter sur une balance positive des transferts. Fidèle à sa stratégie, le club continue à accumuler les déficits de sa balance année après année afin d’éviter de se séparer de ses meilleurs éléments. Une excellente stratégie sur le plan sportif mais qui peut comporter quelques risques d’un point de vue financier. Le club devrait ainsi renouer avec les déficits lors de l’exercice 2015-16, dus notamment aux importants investissements réalisés sur le marché des transferts pour sécuriser la place de West Ham en Premier League avant la forte inflation des droits TV de Premier League et son entrée dans le nouveau stade.

Si la hausse des revenus de West Ham United est essentiellement basée sur la progression des droits TV de Premier League au cours des dernières années, le club mise fortement sur le déménagement au sein du Stade Olympique à partir de la saison prochaine pour considérablement dynamiser ses autres sources de recettes. Une perspective qui a déjà permis au club, en cette saison 2015-16, de renégocier certains contrats de sponsoring à la hausse. Ainsi, Betway, qui s’est engagé en début d’année 2015 en tant que sponsor maillot, a accepté de débourser 20 M£ pour s’associer avec les Hammers pour trois ans. L’équipementier Umbro, qui est également arrivé au club en début de saison, s’est engagé pour 5 ans avec West Ham en déboursant une somme avoisinant 6 M£ par exercice. Ces deux nouveaux contrats constituent une forte inflation par rapport aux engagements précédents : Alpari investissait seulement 3 M£ par saison tandis qu’Adidas déboursait une somme de 2 M£.

Si de nombreux clubs de Premier League misent sur l’accroissement de leur internationalisation pour développer leurs revenus, West Ham United a fait le choix d’un autre modèle basé sur l’utilisation d’un stade ultra-moderne. Propriétaire de son enceinte de Boleyn Ground, les Hammers ont décidé de s’en séparer pour exploiter le Stade Olympique de Londres. Si le club déboursera 2 M£ par an de loyer – en plus d’un investissement initial de 15 M£ – West Ham United devrait être en capacité de largement récupérer son investissement via l’accroissement des revenus de billetterie et d’hospitalités. Néanmoins, le club londonien a encore du chemin pour rattraper le niveau de recettes générées par les clubs du Big 5 de Premier League…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter foot-business. 


Source photo à la Une : © Whufc.com

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer