format compétitions
Economie

« La réduction de la L1 à 18 clubs est justifiable sur le plan économique »

Icon Sport

Faut-il resserrer son championnat pour en améliorer automatiquement sa compétitivité ? La Ligue de Football Professionnel a dernièrement tranché cette question en votant en faveur d’une Ligue 1 à 18 clubs à partir de la saison 2023-24. Une décision, poussée par certaines parties prenantes dont des diffuseurs, qui doit également contribuer au renforcement de l’attractivité du championnat français. Jean-François Brocard, Economiste du Sport au CDES Limoges, analyse les motivations ayant poussé la LFP à prendre une telle décision tout en évoquant les liens entre format d’une compétition et niveau de compétitivité. Entretien.

L’Assemblée Générale de la LFP a acté début juin le passage d’une Ligue 1 à 18 clubs à compter de la saison 2023-24. Quelles sont les motivations d’une telle décision ? Ce changement de format peut-il à lui seul renforcer la compétitivité de l’élite du football professionnel français ?

On peut appréhender votre question de deux manières. Il y a la vision positive : cette décision découlerait d’un long processus de réflexion avec une décision finale prise de manière concertée, réfléchie et qui s’inscrit dans une stratégie d’ensemble visant à rehausser la compétitivité de la Ligue 1. Et il y a une vision plus pessimiste, où l’urgence de la situation a conduit les décideurs du football professionnel français à réduire l’élite à 18 clubs sans définir une politique globale de développement.

Le périmètre de la compétition et le nombre d’équipes y participant constituent des éléments clés de la régulation sportive. D’ailleurs, certaines compétitions font régulièrement évoluer leur format. C’est le cas par exemple de la Major League Soccer : le championnat nord-américain intègre progressivement de nouvelles franchises. Et la direction de la MLS acte ses décisions en fonction de deux critères précis : la capacité d’une nouvelle franchise à générer un réel surplus de chiffre d’affaires pour la compétition et le maintien d’un certain équilibre compétitif.

En Europe et même en France, nous avons également de bons exemples en la matière. Grâce au travail mené par la Ligue Nationale de Rugby, le TOP 14 est devenu un véritable modèle en termes de régulation. La régulation économique et financière mise en place par la LNR, associée à un format de la compétition pertinent, renforcent l’intensité compétitive de l’élite du rugby professionnel français. Quasiment tous les matches revêtent un enjeu important. Et il est très difficile en début de saison de pronostiquer le futur champion. La phase de play-offs apporte une dose supplémentaire d’incertitude.

Pour en revenir au football professionnel français, la question liée au nombre de clubs composant la Ligue 1 est totalement légitime. D’autant que l’équilibre compétitif en L1 n’est pas bon depuis de nombreuses années. Le Paris Saint-Germain écrase régulièrement la compétition. Et le championnat est souvent composé d’un vrai ventre mou avec de nombreuses équipes qui ne jouent plus rien dès la mi-saison ! Ainsi, de nombreuses rencontres sans enjeu sont disputées lors de la phase retour. En se basant sur des critères purement économiques et d’intensité compétitive, une réduction de la Ligue 1 à 18 clubs est justifiable.

Cette décision prise par la LFP serait donc l’aboutissement d’une longue réflexion menée par les acteurs du football professionnel français…

L'accès à la totalité de l'article est réservé à nos abonnés Ecofoot Premium


Pas encore abonné à Ecofoot Premium ? S'abonner à Ecofoot Premium, c'est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot en ligne
  • Recevoir en avant-première nos magazines numériques
  • Soutenir le développement d'un média que vous appréciez


  • Magazine N°79


    « La réduction de la L1 à 18 clubs est justifiable sur le plan économique »
    To Top
    Send this to a friend