Economie dotations coupe de france 2015-16

Publié le 4 janvier, 2016 | par Anthony Alyce

Quelles sont les dotations de la Coupe de France ?

Doyenne des compétitions, la Coupe de France offre un spectacle indémodable perpétuant la tradition d’un ou plusieurs petits poucets parvenant à cumuler les exploits afin d’éliminer plusieurs équipes professionnelles. Outre la mise en lumière de certains clubs amateurs, la compétition peut également s’avérer lucrative, même pour des clubs de Ligue 1 auteurs de bons parcours…

Il est coutume de dire que la Coupe de la Ligue est davantage rémunératrice que la Coupe de France. Pourtant, cette affirmation n’est pas totalement exacte. Le vainqueur de la Coupe de France 2015-16 empochera une dotation minimum de 1,96 M€ contre 1,720 M€ pour la formation triomphant en Coupe de la Ligue. Et encore, l’enveloppe financière sera plus importante si le vainqueur de la plus ancienne des compétitions françaises n’est pas issu de la Ligue 1.

Ainsi, contrairement à la Coupe de la Ligue, les primes sont cumulatives au sein de la Coupe de France en fonction des tours franchis. Et les dotations sont distribuées à partir d’une qualification pour le 6ème tour de la compétition. Si les premiers tours rémunérés ne représentent pas une grosse enveloppe pour les formations professionnelles, ils constituent en revanche une rentrée non-négligeable pour les clubs amateurs dont les budgets n’excèdent jamais la barre du million d’euros.

Et la compétition peut devenir franchement intéressante pour les petits poucets capables de réaliser de multiples exploits afin d’atteindre les derniers tours de la compétition. En plus de cumuler les primes sportives, les clubs perçoivent automatiquement 50% des recettes de billetterie générées par l’événement. Certains clubs professionnels ont même pour habitude de laisser l’intégralité de la cagnotte au club amateur qui a pris soin de recevoir dans les meilleures conditions possibles son invité. Néanmoins, cette coutume n’est pas une règle officielle et elle engendre parfois quelques conflits trouvant une caisse de résonnance dans les médias.

Le paiement des différentes primes sportives est assuré par les recettes commerciales et télévisuelles générées par la compétition. Les groupes France Télévisions et Eurosport se partageront ainsi la diffusion de la compétition jusqu’à l’issue de l’édition 2017-18. Néanmoins, avec le renforcement de la concurrence au sein du marché audiovisuel français, la Coupe de France pourrait subir une nouvelle hausse importante de ses droits TV lors du prochain appel d’offres. Une augmentation qui sera alors profitable à l’ensemble du football français, via la redistribution de primes sportives encore plus intéressantes. Néanmoins, la hausse de recettes pourrait être réalisée au détriment d’une diminution de la part des matchs diffusés chez les opérateurs gratuits…

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire foot-business. 


Source photo à la Une : © ASSE – Association Sportive de Saint-Etienne (Facebook)


A propos du contributeur / de la contributrice

Spécialiste des problématiques sport-business, j'interviens régulièrement pour différents médias sur des sujets liés à l'économie du football. Entrepreneur & Fondateur d'Ecofoot.fr



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Back to Top ↑