Edito

La suspension de Philou sur Twitter : un scandale !

suspension compte twitter philou
Capture d'écran Twitter

Nouveau rendez-vous sur Ecofoot.fr ! Chaque lundi, Pierre Rondeau, Economiste du Sport, publiera un éditorial sur un fait d’actualité. Pour cette première, Pierre a décidé de revenir sur la suspension momentanée du compte Twitter de Philou, adepte des gifs humoristiques concernant notamment la Ligue 1.

Ce matin, lundi 29 janvier, tout internet était en émoi : le célèbre compte de Philippe, alias Philou, a été suspendu par twitter ! Le célèbre réseau social venait de recevoir une alerte de la part de la société gérant les droits d’auteur de la LFP pour utilisation abusive de ses droits à l’image.

En effet, le « roi du GIF » s’était fait connaître, depuis 2011, en postant, de façon régulière et continue, des séquences drôles, marquantes, hilarantes et absurdes des matchs de Ligue 1. C’est très simple, il égayait nos week-ends grâce à ses posts et ses commentaires, il offrait un regard vif et divertissant à des rencontres parfois ennuyeuses et laborieuses.

Plus de 100 000 personnes le suivaient sur twitter. Chacun de ses tweets était relayé des milliers de fois et offrait une visibilité sans précédent à notre cher et tendre championnat national. Avec ironie et plaisanterie, Philou produisait une vision alternative aux standards normatifs des médias mainstream.

Nous avions besoin de ses posts et, encore aujourd’hui, nous ne pouvons pas nous en passer. Sa suspension par twitter, qui certes n’a pas duré longtemps, a été vue comme un affront et une humiliation par sa communauté. La force du football-business, de l’argent-roi et de la domination des puissants l’ont emporté sur le sport-champêtre, taquin et malicieux, celui des quartiers, des villages, des bars, des rendez-vous entre potes, des déconnades sur le canapé, devant la télé, du sport humain et généreux.

La LFP était peut-être dans son bon droit. Philou n’avait pas, et n’aura peut-être jamais, des accords pour la récupération et la retransmission des images de la ligue 1. Et alors ? Cela leur donnaient-ils le droit de se mettre à dos toute une communauté et de passer pour les affreux méchants propriétaires, ignorant les besoins de ses fans ?

Ne tombons pas ici dans une rhétorique gauchisante, considérant que le foot doit appartenir au peuple. Mais soutenons l’idée que Philou participait directement à la valorisation digitale de la Ligue 1 et donc, indirectement, à la force de la marque LFP.

Avoir pris le risque de sanctionner Philou c’est s’être mis à dos des centaines de milliers de personnes qui vont persister dans leur raisonnement du « tous pourris ». Un GIF moquant une action de jeu, dénonçant une décision arbitrale ou dévoilant des choix tactiques obscurs, cela ne dessert pas l’intérêt particulier de la ligue mais renforce l’intérêt collectif, le sentiment d’appartenance à un même groupe.

[ssp id= »102029299″ embed= »true » width= »100% »]

Nous moquer des autres, c’est aussi accepter de nous moquer de nous, nous fans de la ligue 1, de ses failles, de ses déboires et de ses erreurs. Cela renforce la cohésion, la fraternité et la solidarité. Nous sommes tous des fans de Tony Chapron, de Nolan Roux ou de Pascal Dupraz. Nous moquer c’est aussi parler, c’est aussi relayer, c’est aussi créer un inconscient collectif.

Nous aimons la ligue 1, la LFP, Canal + et BeIn Sport aussi pour toutes ces raisons. Même si les matchs du samedi soir sont parfois ennuyeux, sont parfois un supplice à regarder, nous continuons, à chaque fois, chaque semaine, à rallumer notre téléviseur et à les suivre. Et chaque mois, le prélèvement de Canal et de BeIN arrive, sans que nous nous plaignions.

Parce que nous sommes fans de la ligue 1. Et de Philou.

Donc arrêtons la polémique, libérez Philou, libérez le football, libérez le championnat.

Par Pierre Rondeau

To Top

Send this to a friend