Economie

B. Desjardins : « Notre dossier de reprise de Vicenza Calcio est béton »

reprise vicenza calcio
Pottercomuneo - CC BY-SA 3.0

Alors que le club de Vicenza Calcio traverse une mauvaise passe sur le plan financier, un groupe d’investisseurs français réunis sous l’entité « Football ItalFrance Global Investments » s’active pour reprendre le club. Ecofoot.fr est parti à la rencontre de Brice Desjardins, Coordinateur Général de ce projet. Propos recueillis par Pierre Nicouleaud.

Pouvez-vous nous présenter le projet de reprise porté par Football ItalFrance Global Investments ?

Le Vicenza Calcio a été créé en 1902. Il est descendu la saison dernière en Série C. La majeure partie de son histoire est en Série B, même s’il a passé 30 ans en Série A. Il a gagné une Coppa Italia en 1997 et a joué une demi-finale de Coupe d’Europe.

Le club représente actuellement 6 000 abonnés, 100 salariés, et fédère une multitude de sponsors locaux. C’est énorme pour un club de ce niveau ! Pour finir, il n’a pas encore son nouveau stade. Les opportunités pour développer ses revenus sont colossales. C’est un grand club qui sommeille, il évolue dans une enceinte datant de 1936 !

Comment le club en est arrivé là ?

Les deux ex-présidents sont des businessmen, qui pensent que le foot est un business comme les autres. Ils ont réussi brillamment dans les affaires, et se disaient qu’ils allaient faire la même chose dans le football.

Mais ils ont oublié la partie technique. Ce qui n’enlève rien aux investissements consentis, et à l’amour qu’ils ont pour le club. Ils ont par exemple réussi à faire passer le déficit du club de 23 M€ à 13 M€ !

Comment comptez-vous procéder pour racheter le club ?

Actuellement, le club est à vendre pour un euro symbolique. Nous cherchons au plus vite 2 M€ pour le 15 décembre. En effet, c’est à cette date que des échéances importantes tombent (TVA, loyer du stade et salaires notamment).

Nous cherchons au plus vite 2 M€ pour le 15 décembreClick to Tweet

Cela fait 11 mois que nous travaillons sur ce projet de reprise. Notre dossier est béton. Il nous manque simplement un peu de liquidités pour réussir à boucler un budget de reprise, comprenant ces divers versements d’urgence !

Actuellement, un des deux présidents souhaite que son partenaire se désengage du club. Cette situation bloque les investissements, ce qui risque à terme de mener le club à la faillite !

L’avantage de notre structure est d’avoir un organigramme composé d’experts dans tous les domaines, à la fois sur la partie business et technique. Nous voulons préserver 115 ans d’histoire et écrire de nouvelles pages dans ce livre Biancorosso ! J’appelle tous les amoureux du football à nous aider !

Propos recueillis par Pierre Nicouleaud

Articles populaires

To Top
Tweetez5
Partagez70
Partagez112