football français crise
Interview

« Faire de la Ligue 1 la Silicon Valley du football »

REUTERS / GONZALO FUENTES - stock.adobe.com

Les nuages noirs s’amoncellent au-dessus de la tête du football professionnel français. En plus de supporter les lourdes conséquences financières de la crise sanitaire ; les clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 sont désormais privés de leurs recettes audiovisuelles en raison de la défaillance de Mediapro et de la volte-face de Canal +. N’est-ce pas le moment opportun pour le football hexagonal de faire son introspection pour réformer en profondeur son fonctionnement ? Enseignant en Philosophie et Auteur de plusieurs ouvrages sur le ballon rond dont Football à la française, Thibaud Leplat distille ses précieuses analyses sur l’état de santé du football français et sa nécessité de se réformer. Tout en dressant un comparatif avec certains de nos voisins européens. Entretien.

A partir de 2008, l’Espagne est l’un des pays européens les plus sévèrement touchés par la crise des subprimes puis des dettes souveraines. Une crise économique qui, par ricochet, touche également de nombreux clubs professionnels espagnols. Notamment ceux habitués à cumuler d’importants arriérés de paiement auprès des autorités sociales et fiscales. Pourtant, sur le plan sportif, cette période va s’avérer faste pour le football espagnol avec de très nombreux succès glanés par la sélection nationale et les différents clubs de Liga sur la scène européenne et mondiale. Comment expliquez-vous ce paradoxe ?

D’abord, il ne s’agit pas d’établir un lien de causalité directe entre la crise économique et les résultats sportifs exceptionnels des équipes et sélections espagnoles entre 2008 et 2014 – 20 titres majeurs dont 1 Mondial, 2 Euros et 6 Ligues des Champions. Les bons résultats sont aussi et surtout le fruit d’un travail en amont opéré dans les clubs et à la fédération autour d’Iñaki Saez et Ginés Melendez notamment.

Le football espagnol s’est structuré dès la fin des années 90. Son modèle d’organisation du football d’élite – création d’un « Clairefontaine » espagnol notamment – n’y est évidemment pas pour rien. Mais ce qui fait l’originalité du modèle espagnol c’est la place accordée au jeu. Si les structures ont été en partie copiées sur la France, les modèles de jeu, en revanche ont été créés à partir des multiples influences des cultures locales – rôle central du FC Barcelone notamment, apport de l’Amérique Latine, proximité du Portugal. C’est donc l’aspect sportif qui a commandé toute la restructuration.

L'accès à la totalité de l'article est réservé à nos abonnés Ecofoot Premium


Pas encore abonné à Ecofoot Premium ? S'abonner à Ecofoot Premium, c'est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot en ligne
  • Recevoir en avant-première nos magazines numériques
  • Soutenir le développement d'un média que vous appréciez


  • Magazine N°73


    « Faire de la Ligue 1 la Silicon Valley du football »
    To Top

    Send this to a friend