Interviews

« Dans l’ensemble, les sportifs de haut niveau sont mal conseillés »

interview pierre nicouleaud managementsportif

Ecofoot.fr a eu la chance cette semaine de s’entretenir avec Pierre Nicouleaud, co-fondateur de l’agence Management-sportif.com. Au cours de cette interview, nous sommes revenus sur les spécificités liées à la gestion financière d’un sportif de haut niveau…

Pierre, pouvez-vous vous présenter aux lecteurs d’Ecofoot.fr ?

Je suis diplômé du programme « Création et management d’entreprise » de l’Ecole Atlantique de Commerce faisant partie d’Audencia Group. Je suis également très impliqué dans le milieu associatif, notamment au sein de mon club de football, où j’exerce de multiples fonctions. J’ai eu l’occasion de réaliser de nombreuses missions dans le milieu du sport business (responsable de communication de la Footbreizh Académie, responsable commercial de footamateur.fr …). Enfin, j’ai achevé mes études par l’obtention d’un Master en Management des Organisations Sportives.

En quoi consiste le projet Management-sportif.com ?

J’ai eu l’idée de monter ce projet avec Benjamin Carval, le co-fondateur. Nous nous sommes rencontrés lors de nos études supérieures. Nous souhaitions alors mettre en commun des compétences d’expert en gestion de patrimoine à destination des sportifs avec un réseau permettant un service à 360°.

Nous avons constaté un vrai manque pour les « petits athlètes ». Dans l’ensemble les sportifs de haut niveau sont mal conseillés et leur entourage n’est pas spécialiste dans ce domaine. Grâce à la réunion de nos compétences nous apportons une expertise concernant la gestion de patrimoine et de carrière. Car les 2 sujets sont étroitement liés. Je vous conseille d’ailleurs un très bon article publié dernièrement par L’Equipe sur la dépression des footballeurs après avoir raccroché les crampons…

Au sein de nos activités, nous ciblons principalement les sportifs de haut niveau, tous sports confondus. Et nous souhaitons aussi accompagner les clubs, grâce à des conférences, afin qu’ils forment au mieux leurs joueurs pour gagner en efficacité sur le terrain.

Enfin notre business model est celui de conseillers-courtiers. Nous sommes rémunérés par les partenaires financiers et immobiliers de manière transparente. Cette double casquette de conseiller courtier, nous permet une transparence totale avec nos clients, et est un gage de performance.

Le secteur de la gestion de patrimoine pour sportifs professionnels est-il concurrentiel ?

Attention, il ne faut pas confondre les sportifs professionnels et les sportifs de haut niveau. On compte environ 14 000 sportifs de haut niveau en France mais une minorité est professionnelle. C’est un secteur concurrentiel, mais nous n’avons pas pour ambition d’être banquier ou assureur du client. Nous avons vocation à devenir le conseiller de ceux que nous accompagnons, pour donner une vision globale et stratégique. Nous mettons en place une stratégie de carrière et financière personnalisée. Certains joueurs ont la chance d’avoir un entourage sain et de bon conseil mais ça ne concerne pas une majorité de cas.

Travaillez-vous avec des agents de joueurs dans la prospection de nouveaux clients ?

Oui nous mettons en place des partenariats avec des agents qui ont la même vision du milieu : saine et sur du long terme avec leurs clients. Nous ne sommes pas là pour vendre du rêve, mais pour former et conseiller les sportifs.

Quelles sont les spécificités de la gestion financière d’un sportif de haut niveau ? Et comment Management-sportif.com peut répondre aux différentes problématiques ?

« La rémunération sportive est courte dans le temps »

La rémunération sportive est courte dans le temps. Une carrière dure entre 10 et 15 ans. En ce sens il faut l’intégrer dans la stratégie patrimoniale. Pour certains les rémunérations sont rapidement très élevées, malgré leur jeune âge… Donc il faut apprendre à gérer son argent comme un adulte et faire attention aux tentations. En ce qui concerne le financement d’un projet immobilier, il ne faut pas faire n’importe quoi, ne pas surinvestir, au risque de se retrouver en faillite si la carrière s’arrête nette … L’exemple de Kévin Anin est parlant à ce sujet.

Mais nous aidons aussi ceux qui ont du mal à boucler leurs fins de mois, en mettant en place des stratégies de placement à long terme, leur permettant d’avoir un capital plus important au moment de débuter leur après-carrière.

Quels sont les conseils que vous prodiguez à un jeune footballeur signant son premier contrat professionnel ?

Surtout, de garder la tête froide, ce n’est que le début. Ce n’est pas parce que vous avez un contrat que vous allez jouer. Faites vos preuves sur le terrain, mais aussi en dehors, en adoptant un comportement irréprochable. Je prends souvent la métaphore du bac. Le bac ne sert qu’à avoir le droit de continuer des études supérieures. Cela ne donne pas un emploi dès qu’on l’obtient. Nous personnalisons nos conseils en fonction du sportif que nous accompagnons. Il faut bien cerner sa personnalité afin de l’aider à devenir meilleur dans les aspects sportifs, mais surtout humains.

Les jeunes joueurs aspirant à devenir professionnel en France reçoivent-ils des conseils d’ordre financier au sein des centres de formation ou auprès d’autres organismes ?

Certains clubs le font, comme le Stade Rennais, mais c’est trop peu. C’est en ce sens que nous comptons mettre en place des conférences adaptées à ce public. Nous prévoyons également de mener ce même type d’actions auprès des clubs amateurs, au sein desquels les joueurs possèdent des contrats fédéraux. Car au-delà de leur patrimoine et de leur carrière sportive, c’est de leur vie d’homme ou de femme que l’on parle. Par exemple, il faut les sensibiliser au choix d’un régime matrimonial adapté, les conseiller sur la protection de leurs enfants …

Selon une étude menée par l’association Xpro en 2013, 2 joueurs de Premier League sur 5 se retrouvent ruinés dans les 5 ans qui suivent leur retraite sportive ! Que vous inspire ce ratio aussi élevé ?

À la base, c’est un défaut d’éducation. Les sportifs, une fois leur carrière achevée, ont un niveau de vie en baisse. Surtout en Premier League où les salaires sont astronomiques. Il faut mettre en place une stratégie patrimoniale pour diversifier les sources de revenus, en créant une entreprise … tout en maitrisant le risque. Il faut anticiper son après-carrière très tôt. Paradoxalement, nous remarquons que les sportifs possédant les plus fortes rémunérations ont également la plus forte propension à connaître des problèmes financiers. Car ceux qui gagnent beaucoup moins se projettent plus vite dans leur après-carrière, ils ont plus la tête sur les épaules et ont moins de risque d’être ruinés. Néanmoins, il existe de très bons exemples de gestion patrimoniale à l’image du joueur d’Arsenal FC, Mathieu Flamini.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les activités de Management-sportif.com, n’hésitez pas à suivre le compte Twitter de Pierre Nicouleaud
 

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire foot-business. 

Articles populaires

To Top
Tweetez
Partagez5
Partagez24

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer