Union Saint-Gilloise B Corp
Environnement / Social

Royale Union Saint-Gilloise, club certifié B Corp

Photo Belga - Icon Sport

En obtenant un score de 88 points, la Royale Union Saint-Gilloise est devenue au mois de décembre dernier le premier club du football européen à obtenir la certification B Corp. Une reconnaissance qui illustre le gros travail entrepris par le club de Jupiler Pro League au cours des dernières saisons pour mieux prendre en compte les enjeux sociaux et environnementaux dans son fonctionnement. Lors d’un entretien accordé à Ecofoot.fr, Raphaële Moeremans, Head of Sustainability de l’Union Saint-Gilloise, revient sur les motivations ayant poussé le club belge à obtenir cette certification tout en faisant un premier point sur les retombées. Interview.

La Royale Union Saint-Gilloise est l’une des premières organisations sportives à obtenir la certification B Corp. Pourquoi le club s’est-il engagé dans une telle démarche ?

Pour marquer notre engagement pour la durabilité. La certification B Corp est très complète car elle englobe à la fois des critères d’impact social, environnemental et de bonne gouvernance.

Nous nous sommes engagés dans cette démarche au moment où le club a été promu en D1. On a donc dû à ce moment-là fortement se développer en tant qu’entreprise. La démarche B Corp a ainsi guidé notre développement professionnel selon un référentiel de bonnes pratiques.

Pouvez-vous décrire le processus d’obtention de la certification B Corp ? Quelles étapes avez-vous dû suivre ?

Nous avons mis près de 2 ans et demi pour obtenir la certification B Corp. La première étape consiste à répondre à différents questionnaires en auto-assessment. Il y a tout d’abord le B Impact Assessment pour lequel nous devons fournir des réponses à des questions concernant nos activités – mécanismes de gouvernance, processus de ressources humaines, mesures environnementales et sociales… Puis il faut également répondre au Disclosure Qestionnaire qui vise à dresser le profil d’entreprise (secteur d’activité, liste des différents sites…). Cette première étape a duré environ 5 mois.

« Initier cette procédure de labélisation, cela a été vraiment bénéfique dans la structuration de notre fonctionnement »

Ces informations sont ensuite analysées par B Lab. Puis vient la phase d’évaluation qui permet à B Lab de confirmer l’éligibilité de l’entreprise par rapport aux informations fournies. Enfin, la vérification est la dernière étape avant la certification et consiste en la révision avec un analyste de B Lab d’une série de réponses fournies plus tôt dans le processus.

Opérationnellement, comment avez-vous relevé le défi pour répondre aux exigences de la certification B Corp ?

Royale Union Saint-Gilloise, club certifié B Corp
To Top
Send this to a friend