changement logo interview
Interview

« Le logo parfait n’existe pas »

ph.FAB / Shutterstock.com

Une refonte de logotype est toujours un projet délicat à mener pour une organisation sportive. Trouver le bon compromis pour remplir ses objectifs marketing tout en satisfaisant l’ensemble des parties prenantes rend la tâche de création du nouveau logo difficile. Pourtant, certains clubs parviennent à trouver un certain équilibre en dévoilant un nouveau blason contentant l’essentiel des composantes de leur écosystème. Lors d’un entretien accordé à Ecofoot, Arthur Champolion, Graphiste Freelance ayant notamment collaboré avec la Fédération Française de Football ou encore le Red Star FC, livre ses analyses d’expert à ce sujet.

Plusieurs clubs professionnels européens ont choisi dernièrement de refondre leur identité graphique en optant pour un logotype épuré sortant complètement des codes traditionnels du football, à l’image de la Juventus, du FC Nantes ou encore du Stade de Reims. Que vous inspire de tels choix artistiques ? Sont-ils guidés par une volonté de redynamiser l’image du club ou par des considérations commerciales ?

D’un point de vue artistique, les trois clubs que vous citez ont effectivement décidé de s’affranchir des règles classiques de l’identité visuelle de leur championnat, à savoir, intégrer leurs éléments dans des cercles ou des blasons aux formes communes.

En France, seuls l’OGC Nice et l’Olympique de Marseille sortent du lot avec des formes particulières. Il existe donc bel et bien, inconsciemment, une sorte de culture graphique, dont personne n’a jugé utile de s’affranchir. À contrario, en Angleterre, une bonne partie des clubs ont des logos plus singuliers, et donc facilement identifiables, tout comme en Allemagne et en Espagne.

En tant que graphiste, je ne peux que saluer la prise de risque sur la refonte d’identité visuelle ! Même si les clubs cités ont finalement collé aux nouveaux standards ébauchés par la Juventus…

Ancien vs nouveau logo – Juventus

Comme dans toute entreprise, un changement de logo implique une refonte complète des supports de communication, de visibilité… Cela explique parfois les sommes astronomiques annoncées. Il semble donc évident que cette décision soit guidée par des considérations commerciales. On peut même parler d’investissement : les décisionnaires évaluent en amont les retombées d’un tel projet, notamment au niveau du merchandising. Ces considérations commerciales ne sont pas à opposer à la volonté de redynamiser l’image du club, bien au contraire, tout est lié.

Pour la Juventus, le lancement du nouveau logo avait été l’occasion pour le club d’inviter de nombreuses personnalités, jusque-là étrangères au club turinois, transformant le club en marque « lifestyle » et dopant les ventes de maillots. Et la signature de Cristiano Ronaldo l’été suivant a constitué le dernier coup de plumeau permettant de dépoussiérer l’identité de la Vieille Dame.

D’autres clubs ont cherché à refondre leur logotype en conservant certains codes liés à l’univers footballistique ou encore à leur territoire, à l’image du choix opéré par les Girondins de Bordeaux. Toutefois, ce nouveau logo a tout de même suscité d’importantes critiques, émises notamment par les ultras du club aquitain. Comprenez-vous la démarche de la nouvelle direction des Girondins ? Les critiques sur ce nouveau logo sont-elles justifiées ?

L'accès à la totalité de l'article est réservé à nos abonnés Ecofoot Premium


Pas encore abonné à Ecofoot Premium ? S'abonner à Ecofoot Premium, c'est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot en ligne
  • Recevoir en avant-première nos magazines numériques
  • Soutenir le développement d'un média que vous appréciez


  • Magazine N°70


    « Le logo parfait n’existe pas »
    To Top

    Send this to a friend