Interview

« L’ASSE paie plus de charges patronales que l’ensemble des clubs de Bundesliga »

ligue 1 cotisations patronales bruno belgodère
Ville de Saint-Etienne - CC BY-SA 4.0

Dans un univers de plus en plus concurrentiel, les grands clubs européens livrent de féroces batailles pour recruter les rares « Marquee Players » disponibles sur le marché. Et dans ce contexte de compétition internationale, les moindres détails comptent, y compris les sujets d’ordre fiscal et social. Le régime fiscal et social français constitue-t-il un gros frein à l’arrivée de grandes stars internationales en Ligue 1 ? Bruno Belgodère, Co-Dirigeant du syndicat Première Ligue, a répondu à nos questions.

Aujourd’hui, les plus grands clubs européens se retrouvent en compétition pour attirer les « Marquee Players », qui représentent à la fois des atouts sportifs et de précieux actifs marketing. La France dispose-t-elle aujourd’hui de dispositifs fiscaux/sociaux aidant les clubs de L1 à attirer les meilleurs joueurs de la planète ? L’allongement du régime d’impatriation ou encore l’entrée en vigueur effective du « droit à l’image » constituent-ils des outils suffisants pour lutter face aux autres championnats européens ?

Le football professionnel représente aujourd’hui plus de 37 000 emplois en France, dont plus de 7 500 emplois directs. Le football professionnel cultive la particularité d’être une économie d’ancrage local insérée dans un environnement concurrentiel international. A la différence d’autres secteurs économiques, nous ne pouvons pas externaliser le coût du travail. Cet inconvénient constitue également un avantage pour la société ! Les clubs sont d’importants créateurs d’emplois locaux, de manière directe et indirecte.

Les pouvoirs publics prennent peu en compte les spécificités liées au secteur footballistique. De manière générale, les clubs professionnels des sports collectifs sont traités comme des entreprises lambdas. Alors que les entreprises du spectacle ou du secteur culturel perçoivent de nombreuses aides pour favoriser leur développement, le football professionnel n’est pas logé à la même enseigne en France.

Le football est un sport de spectacle qui a besoin de talents. Des talents sportifs, c’est-à-dire les fameux « Marquee Players » mais aussi opérationnels évoluant dans les secteurs du numérique, de la finance, du marketing, du juridique… L’effort supplémentaire porté sur les talents sportifs – en raison notamment de charges patronales très élevées en France – peut empêcher les clubs, in fine, de renforcer leurs structures administratives pour favoriser le développement de leurs activités.

L'accès à la totalité de l'article est réservé à nos abonnés Ecofoot Premium


Pas encore abonné à Ecofoot Premium ? S'abonner à Ecofoot Premium, c'est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot en ligne
  • Recevoir chaque semaine notre magazine numérique avec nos meilleurs contenus en version enrichie
  • Soutenir le développement d'un média que vous appréciez


  • Articles populaires

    To Top

    Send this to a friend

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer