Economie

« La fiscalité influence les décisions de carrière »

LivePhotoSport.it - Shutterstock.com

Alors que la concurrence fiscale s’intensifie entre Etats européens pour attirer les riches contribuables sur leur territoire, cette évolution a-t-elle un impact sur la compétitivité des clubs de football à l’échelle continentale ? Pour mieux répondre à cette question, Ecofoot.fr s’est entretenu avec Luc Arrondel, Directeur de Recherche au CNRS et Co-Auteur de l’ouvrage « L’argent du football ».

Les dirigeants du football professionnel français pointent régulièrement du doigt l’impact du modèle social et fiscal français sur la compétitivité de la Ligue 1. Un rapport dernièrement produit par le syndicat Première Ligue met en avant le très haut niveau de cotisations patronales supporté par les clubs de L1. Le modèle social & fiscal français constitue-t-il vraiment un « boulet » pour le foot français ? Ce modèle ne présente-t-il pas également des avantages pour le ballon rond hexagonal ?

Remettons cette revendication en perspective et dans un contexte économique global. Les taux de prélèvement, qui sont effectivement plus élevés en France que dans les autres pays du Big Five concerne toute l’Economie et non spécifiquement celle du football. Cette situation est expliquée en partie par la diversité des modèles sociaux en Europe, basés à des degrés divers sur le marché, la famille et l’Etat – selon la typologie du sociologue G. Esping-Andersen. Ce triptyque explique que les Etats-Providence en Europe sont plus ou moins généreux selon les pays. Prenons l’exemple des retraites : elles sont organisées par l’Etat en France selon un système par répartition. Au Royaume-Uni elles sont davantage basées sur l’initiative individuelle et un système par capitalisation.

Les salaires dans le sport de haut niveau en général, dans le football en particulier, que ce soit en France ou dans les autres pays du Big Five, sont en moyenne les plus élevés parmi les plus hautes rémunérations. Ils sont par exemple deux fois plus élevés que ceux des dirigeants d’entreprise. Le salaire moyen annuel en France des footballeurs est d’environ 1 120 000 euros brut en 2018 (selon le Global Sports Salary Survey), montant élevé mais trois fois moins qu’en Premier League. Les footballeurs français font donc partie des 0,1% les plus riches en revenus et c’est le cas pour les joueurs de foot de l’ensemble des championnats du Big five. Il existe bien sûr de fortes disparités entre footballeurs où les inégalités demeurent très fortes : le salaire brut annuel moyen au PSG était d’environ 7 250 000 euros, le salaire médian de la Ligue 1 d’environ 460 000 euros et les 10% des joueurs du championnat français les mieux payés touchaient plus de 50% du total.

L'accès à la totalité de l'article est réservé à nos abonnés Ecofoot Premium


Pas encore abonné à Ecofoot Premium ? S'abonner à Ecofoot Premium, c'est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot en ligne
  • Recevoir chaque semaine notre magazine numérique
  • Soutenir le développement d'un média que vous appréciez


  • Magazine N°53


    « La fiscalité influence les décisions de carrière »

    Articles populaires

    To Top

    Send this to a friend

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer