Interview

« Nous avons toujours été prudents dans la construction de notre budget »

© SA Stade Brestois 29

Alors qu’une majorité des dirigeants de Ligue 1 et Ligue 2 envisagent actuellement de multiples scénarios pour reprendre la saison 2019-20 dans les meilleures conditions possibles ; le Stade Brestois a adopté une position singulière au cours des dernières semaines en parlant ouvertement d’un arrêt définitif de l’exercice en cours. Lors d’un entretien exclusif accordé à Ecofoot, Pascal Robert, Directeur Général du Stade Brestois 29, revient sur les conséquences de cette suspension des compétitions sur les activités du club breton tout en expliquant la position défendue par son Président, Denis Le Saint.

Quelles sont les conséquences de la suspension des compétitions sur les activités du Stade Brestois ?

Les conséquences sont nombreuses. Lors de l’annonce des mesures de confinement par le gouvernement, notre première priorité a été la gestion de nos salariés. Nous avons pris nos dispositions en interne pour nous réorganiser au mieux. Les joueurs de l’effectif professionnel et le staff technique ont été mis en congés payés entre le 16 et le 23 mars. Puis, ils ont basculé sous le régime du chômage partiel. Concernant la formation, les éducateurs ont été immédiatement placés en chômage partiel. Nos jeunes pensionnaires du centre de formation sont rentrés chez eux. Enfin, concernant nos salariés administratifs, tous les bureaux ont été fermés. Néanmoins, certains services à l’image de la comptabilité continuent de travailler à temps plein ou presque. Une activité nécessaire pour gérer certains dossiers administratifs qui sont nombreux en cette période particulière.

Sur le plan économique, quel est le manque à gagner pour le Stade Brestois en cette période de suspension des compétitions ?

Les pertes de chiffre d’affaires sont de deux natures. Il y a tout d’abord la question des droits TV. L’échéance du mois d’avril n’a pas été réglée par les diffuseurs de Ligue 1. Nous pensions, pourtant, percevoir une partie de la somme car certaines rencontres correspondant à cette tranche de paiement ont été jouées et diffusées. Mais pour le moment, Canal + et BeIN Sports ont refusé de payer la totalité de cette traite (ndlr : un accord a finalement été trouvé vendredi avec le Groupe Canal + pour régler la facture des matchs joués. Et un autre accord a également été trouvé avec BeIN Sports). Et ils risquent d’adopter la même posture pour l’échéance de juin si nous ne reprenons pas la compétition.

Ensuite, nous subissons un manque à gagner au niveau des recettes de billetterie. Par ricochet, nos partenaires et abonnés pourraient nous demander un dédommagement si nous venions à ne pas terminer la saison 2019-20. Jusqu’à présent, nous avons disputé 14 rencontres à domicile sur 19. Nous allons sans doute ouvrir des discussions une fois que la décision définitive de la LFP sera communiquée quant à l’issue de cette saison 2019-20. Et si cela venait à ne pas reprendre, cela serait bien qu’une position commune aux 20 clubs de Ligue 1 soit adoptée en matière d’indemnisation des partenaires et abonnés.

En cette période difficile, les mesures gouvernementales vous aident-elles à tenir le choc ?

L'accès à la totalité de l'article est réservé à nos abonnés Ecofoot Premium


Pas encore abonné à Ecofoot Premium ? S'abonner à Ecofoot Premium, c'est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot en ligne
  • Recevoir en avant-première nos magazines numériques
  • Soutenir le développement d'un média que vous appréciez


  • Magazine N°68


    « Nous avons toujours été prudents dans la construction de notre budget »
    To Top

    Send this to a friend