esport investissement sponsoring
Marketing

L’esport, un terrain de jeu de plus en plus séduisant pour les marques

RedBull Content Pool - Icon Sport

Face à l’engouement croissant des jeunes générations pour la pratique et la consommation de contenus esport, de plus en plus de poids lourds de l’économie française décident d’investir en sponsoring auprès des équipes et organisateurs des principales compétitions. Une tendance qui favorise la montée en puissance et la structuration du secteur même si des réticences subsistent chez certains annonceurs, en raison de la complexité de l’écosystème esport ou encore de certains clichés et stéréotypes accolés aux jeux vidéo. Décryptage.

« Il y a un engagement autour de l’équipe qui est sans commune mesure par rapport à ce qu’on a pu voir dans le passé et sur ce que l’on peut voir actuellement sur le marché. Nous en avons fait l’expérience lors du lancement et de l’annonce du partenariat. Les chiffres sont absolument étonnants. L’accueil qu’Orange a reçu en tant que sponsor, c’est du jamais vu ! » Les mots prononcés par Stéphane Tardivel, lors d’un entretien accordé à nos confrères de News Tank, résument à eux seuls l’enthousiasme qui règne actuellement sur le marché de l’esport français. Le patron du sponsoring d’Orange a littéralement été bluffé par les premières retombées de l’accord commercial noué avec la Karmine Corp, officialisé le 08 janvier dernier. La seule annonce du partenariat a permis au compte Rush Esport, lancé par Orange et dédié à l’esport, de gagner près de 7 000 followers sur Twitter.

Même si Orange n’est pas un nouveau venu sur la scène esportive française, ce partenariat majeur de deux saisons conclu avec l’équipe dirigée par Kamel « Kameto » Kebir et Amine « Prime » Mekri illustre le dynamisme commercial retrouvé d’un secteur qui, contrairement aux apparences, n’a pas été épargné par la crise sanitaire. Après avoir subi 6 à 8 mois difficiles à compter de mars 2020 – en raison du gel des investissements des annonceurs liés aux incertitudes provoquées par la pandémie de Covid-19 – les principaux acteurs retrouvent des couleurs en séduisant à nouveau les marques. Outre l’accord noué avec Orange, la KCorp est également parvenue à attirer Michelin dans ses filets durant l’été 2021 tandis que Team Vitality a dernièrement annoncé la conclusion d’un important partenariat avec Tezos, acteur de l’univers de la blockchain.

« Investir dans l’esport permet de faire rayonner son image de marque auprès des nouvelles générations »

Nicolas Besombes – Vice-Président – France Esports

« L’an dernier, nous avons organisé l’eLigue 1 sans sponsor. Mais c’était une volonté forte de la LFP de maintenir la compétition. La tendance est désormais de nouveau positive. Nous allons prochainement annoncer un gros partenariat. Il y a un véritable redémarrage des activités » nous confirme Sébastien Vandame, Directeur des Partenariats de la LFP, organisatrice de l’eLigue 1, compétition française de référence sur FIFA. En plus des signatures à venir, la LFP a également annoncé au mois de novembre dernier la prolongation et l’extension du contrat de naming avec Uber Eats à l’eLigue 1 pour les deux prochaines éditions, renvoyant alors un autre signal positif.

Les principaux acteurs du secteur ne manquent plus d’atouts pour encourager les marques à réaliser un premier investissement dans l’esport. Selon la dernière édition du baromètre France Esports, l’Hexagone réunit désormais 9,4 millions de consommateurs ou de pratiquants d’esport, un marché en progression de 20% sur un an ! En plus de sa forte croissance, l’esport rassemble des communautés difficilement atteignables pour les marques via leurs leviers marketing traditionnels.

« Les communautés intéressées par l’esport sont majoritairement composées de Millenials et de membres de la GenZ. Les 12-35 ans adoptent des habitudes de consommation des médias très différentes des générations précédentes. Ils se détournent peu à peu des médias traditionnels tels que la télévision ou la radio et consomment de moins en moins des programmes en linéaire. Ils sont plutôt habitués à consulter des vidéos à la demande ou à regarder des contenus sur des plateformes telles que Youtube ou Twitch. Les marques rencontrent des difficultés à s’adresser à ces nouvelles générations via les canaux classiques. Investir dans l’esport permet de contourner ces difficultés et de faire rayonner leur image auprès des nouvelles générations » analyse Nicolas Besombes, Vice-Président de France Esports.

L’esport, un terreau fertile aux activations

Envie de lire cet article en intégralité ? Devenir membre d'Ecofoot Premium, c'est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot en ligne
  • Consulter nos magazines numériques
  • Soutenir le développement d'un média singulier


  • Les professionnels recommandent Ecofoot

    "La force d’Ecofoot est la précision des contenus et leur utilité pour chacun des acteurs de l’écosystème du sport francophone"

    Jérémy Moulard - Sport Management Researcher - Université de Lausanne

    Déjà abonné à Ecofoot Premium ?


    Magazine N°88


    L’esport, un terrain de jeu de plus en plus séduisant pour les marques

    To Top
    Send this to a friend