Géopolitique

Le Royaume-Uni candidat à l’organisation de la Coupe du Monde 2030 ?

royaume uni candidature coupe du monde 2030
Shutterstock.com

Malgré un cuisant échec subi dans la course à l’organisation de la Coupe du Monde 2018, la Fédération Anglaise (FA) s’apprêterait à monter un dossier de candidature pour héberger la compétition en 2030. Un dossier qui devrait inclure les autres fédérations du Royaume-Uni. Décryptage.

L’envolée des coûts liée à l’élargissement du format de la compétition ne semble pas réduire l’appétit des nations pour organiser la plus prestigieuse des compétitions sportives. Et la possibilité d’organiser l’édition du centenaire de la Coupe du Monde constitue un argument supplémentaire attisant un peu plus la concurrence.

Ainsi, la Fédération Anglaise s’apprête à lancer une étude de faisabilité concernant le montage d’un dossier de candidature pour héberger l’édition 2030 de la Coupe du Monde. Un dossier que la FA compte mener de concert avec les autres fédérations du Royaume-Uni, c’est-à-dire le Pays de Galles, l’Ecosse et l’Irlande du Nord.

« Ce travail sera réalisé durant la saison à venir et aucune décision définitive ne sera prise avant 2019 » a tenu néanmoins à préciser Greg Clarke, Président de la Fédération Anglaise, afin d’éviter tout excès d’enthousiasme au sujet d’une candidature britannique.

« Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir. Mais cela constituerait une opportunité exceptionnelle d’organiser l’édition du centenaire de la Coupe du Monde au sein des nations mères de la discipline » a dernièrement commenté de façon plus enthousiaste Jonathan Ford, patron de la fédération galloise de football. Tout en rappelant également que la décision finale n’interviendrait pas avant 2019.

Une candidature britannique : un bon signal pour la FIFA ?

N’ayant plus organisé de compétitions footballistiques majeures sur son territoire depuis l’EURO 1996, les dirigeants du football britannique semblent plutôt enclins à accueillir à nouveau un tournoi footballistique d’ampleur. D’autant que les investissements en infrastructures ne devraient pas être conséquents.

Disposant déjà d’un important parc de stades, le Royaume-Uni l’a enrichi et modernisé au cours des dernières années, grâce notamment à l’accueil de grands événements sportifs à l’image des Jeux Olympiques de Londres de 2012. Le pays organisera également une dizaine de rencontres de l’EURO 2020 dont notamment les demi-finales et la finale qui seront disputées à Wembley.

Cette candidature du Royaume-Uni pourrait également être soutenue par les autorités politiques, appréciant un dossier porté par tous les territoires du pays. Une candidature qui pourrait unir l’ensemble du pays autour d’un même projet après avoir connu quelques tensions notamment en raison du vote du Brexit.

Enfin, la FIFA verrait également d’un bon œil le montage d’un dossier de candidature du Royaume-Uni. Excédé d’avoir perdu l’organisation de la Coupe du Monde 2018 face à la Russie, de nombreux journalistes et responsables du football britannique avaient alors émis des soupçons quant à la probité du scrutin. La volonté du Royaume-Uni d’organiser à nouveau la plus grande compétition footballistique pourrait alors être interprétée comme un signal de changement de gouvernance réussi à la tête de la fédération internationale. Vice-Président de la FIFA, David Gill a encouragé à plusieurs reprises le Royaume-Uni à se lancer dans la bataille.

Le Royaume-Uni devrait affronter une rude concurrence

Si le Royaume-Uni prenait la décision de se lancer dans la course à l’organisation du Mondial 2030, la bataille ne serait pas gagnée d’avance. Le pays pourrait affronter une autre candidature (semi)-européenne. En effet, des tractations auraient lieu au sujet du montage d’un dossier commun entre le Maroc, l’Espagne et le Portugal.

L’autre client sérieux est la candidature commune présentée par l’Argentine, l’Uruguay et le Paraguay. Déjà désigné comme le grand favori du scrutin, le projet sud-américain dispose de sérieux atouts dans sa manche. Outre l’aspect symbolique – l’organisation de la Coupe du Monde du centenaire sur le même territoire que la première édition – le trio aurait déjà réuni les votes de l’ensemble du CONMEBOL et de la CONCACAF.

Toutefois, le dossier présente également d’importantes faiblesses. Disposant d’un parc de stades vétustes, les trois pays devront investir massivement pour moderniser leurs différentes enceintes. Et face à la crise économique traversée par certains pays – dont l’Argentine – les différentes fédérations pourraient se trouver démunies face aux montants nécessaires pour répondre au cahier des charges de la FIFA.

Enfin, la grande surprise pourrait provenir de la Chine. N’ayant pas encore candidaté officiellement, l’Empire du Milieu aspire à organiser une Coupe du Monde à moyen terme. Et le pays sait déployer les moyens nécessaires quand il souhaite parvenir à ses fins.

La course à l’organisation de la Coupe du Monde 2030 risque d’être mouvementée…

To Top

Send this to a friend