Interviews

A. Revello : « Le Festival International Espoirs de Provence crée 1 M€ de retombées économiques sur le territoire des Bouches-du-Rhône »

interview alain revello organisateur festival international espoirs provence
Festival International Espoirs de Provence

Le Festival International Espoirs de Provence – anciennement appelé Tournoi de Toulon – rassemblant chaque année les meilleures sélections espoirs, a vu passer de nombreuses pépites en devenir au fil des éditions. Alors que la 46ème édition du tournoi démarrera le 26 mai prochain, Ecofoot.fr s’est entretenu avec Alain Revello, Organisateur du Tournoi, au sujet de l’évolution de la compétition et de son modèle économique. Propos recueillis par Pierre Nicouleaud.

Comment est né le Festival International Espoirs de Toulon ?

C’est mon père, Maurice Revello qui l’a créé en 1967. À l’époque, la catégorie « Espoirs » n’existait pas. On passait directement des Juniors aux Seniors. Il voulait donc mettre en avant cette tranche d’âge. Il souhaitait aussi remercier les clubs qui l’avaient accueilli lors de tournois à l’étranger.

Le tournoi est devenu annuel en 1974, avec 4 clubs et 4 sélections nationales, puis uniquement avec des équipes nationales à partir de l’année suivante.

Mon père est décédé en 2016, le tournoi porte son nom depuis. Et Il a dernièrement changé de nom pour une autre raison, car nous ne jouons plus de matchs dans le Var. Les pouvoirs publics du département n’ont pas pris la mesure de cet événement international. Ils nous ont également refusé le fait de jouer la finale au stade Mayol.

Nous avons donc décidé de nous tourner vers les Bouches-du-Rhône. Le tournoi Maurice Revello est donc devenu le Festival International Espoirs de Provence.

Quel est le modèle économique du tournoi ?

Nous avons constitué une SAS car nous vendons les droits TV de l’événement. Jusqu’en 2022, ils sont la propriété de Pitch International, qui est une société anglaise. Elle s’occupe ensuite de les revendre aux diffuseurs.

Nous sommes tout de même affiliés à la Fédération Française de Football via le club porteur du projet : le Racing FC Toulon.

Aujourd’hui, notre chiffre d’affaires dépasse les 500 000€ annuel. Cet événement crée également 1 M€ de retombées économiques sur le territoire des Bouches-du-Rhône.

Nous nous développons également chez les filles avec le lancement cette année de la Sud Ladies Cup. Quatre équipes qualifiées pour la Coupe du Monde 2018 des U20, organisée en France, seront présentes : la France, l’Allemagne, les Etats-Unis et Haïti. Rendez-vous du 5 au 10 juin à Salon de Provence.

De nombreuses sélections asiatiques sont invitées cette année au Festival International Espoirs de Provence. Est-ce un choix de votre part ?

Oui, tout à fait ! Car le Tournoi met tout simplement en valeur ce que le grand public découvre plus tard. Nous souhaitons être des précurseurs. L’année dernière nous avions invité l’Indonésie et Cuba entre autres.

Nous avons aussi un contrat moral avec Japon : nous les invitons pour qu’ils préparent au mieux les JO 2020, même chose pour le Qatar avec la Coupe du Monde en 2022.

Nous pensons aussi que l’Asie est le territoire de demain. Ils sont friands de ce type de tournoi, et plus travailleurs que les autres. Toutes ces raisons nous poussent à les faire revenir.

Quelle est la plus belle anecdote liée au Tournoi ?

Il y en a plusieurs. En 1975, par exemple, l’Argentine est venue jouer le tournoi, dans l’optique de préparer leur Coupe du Monde en 1978. Le sélectionneur n’était autre que Luis César Menotti. Avec Passarella, Tarantini, Gallego et consorts, ils ont battu la France de Maxime Bossis en finale !

Un autre grand souvenir remonte à 2003. Lors de cette édition, Javier Mascherano et Cristiano Ronaldo ont joué l’un contre l’autre. Large victoire en match de poule pour le Portugal : 3-0. À l’issue du tournoi, Cristiano Ronaldo signe à Manchester United car un recruteur des Red Devils l’avait vu et avait confirmé à Sir Alex Ferguson qu’il était un joueur de grand talent.

On peut aussi citer le Mexique en 2012 qui vient pour préparer les Jeux Olympiques de Londres. La sélection remporte les 2 compétitions. À l’époque le meilleur joueur du Tournoi est Herrera, futur joueur du FC Porto notamment.

Propos recueillis par Pierre Nicouleaud

Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer