Economie

L’Olympique de Marseille accuse plus de 40 M€ de pertes !

olympique marseille résultat net déficitaire
katatonia82 / Shutterstock.com

Sans surprise, le premier exercice de l’ère McCourt s’est soldé par un résultat lourdement déficitaire pour le club phocéen. Il faudra du temps et boucler certaines négociations pour que la nouvelle direction olympienne parvienne à rétablir l’équilibre budgétaire du club.

La publication des comptes du club phocéen était très attendue en raison des changements actionnariaux intervenus en fin d’année 2016. D’après les derniers documents comptables déposés au Tribunal de Commerce, la SASP Olympique de Marseille a enregistré un résultat net déficitaire à hauteur de… 42,4 M€ lors de l’exercice 2016-17 !

Un déficit important, qui est bien supérieur aux pertes enregistrées lors de l’exercice 2015-16. Lors de la dernière saison complète de la famille Louis-Dreyfus à la tête du club, l’Olympique de Marseille avait alors enregistré un résultat net négatif à hauteur de 1,2 M€.

Un résultat lourdement négatif qui a eu des conséquences immédiates sur le bilan du club : l’Olympique de Marseille affichait ainsi au 30 juin dernier des capitaux propres négatifs de l’ordre de 46,7 M€.

Néanmoins, l’actionnaire majoritaire a déjà pris ses dispositions pour remédier à cette situation : une augmentation de capital a été réalisée suite à l’exercice 2016-17 déficitaire enregistré. Un apport qui permet à l’OM d’enregistrer à nouveau des capitaux propres positifs supérieurs à 56 M€.

Concernant la structure du compte de résultat, la seule différence majeure entre le dernier exercice de l’ère Louis-Dreyfus et le premier exercice du règne McCourt se situe au niveau de la politique adoptée sur le marché des transferts. Tandis qu’en 2015-16, l’OM avait beaucoup vendu pour combler son déficit d’exploitation, le club phocéen n’a pas opéré de ventes majeures en 2016-17 pour résorber ses pertes.

En revanche, et de façon assez étonnante compte tenu des premiers investissements réalisés, les charges d’exploitation de l’Olympique de Marseille n’ont pas explosé au cours du dernier exercice. Au contraire, elles ont même diminué par rapport à la saison 2015-16. La masse salariale a notamment baissé de 5 M€. La subvention accordée à OM Association (-1,3 M€), les frais d’organisation de rencontres (- 1 M€) et la meilleure maîtrise des frais de déplacement (-1,6 M€) ont également contribué à cette baisse de charges.

Du côté des revenus d’exploitation, l’Olympique de Marseille enregistre une légère baisse par rapport à la saison 2015-16, en raison notamment de sa non-participation à une compétition européenne. L’OM a enregistré des recettes à hauteur de 108,5 M€ en 2016-17 contre 110 M€ lors de la saison précédente.

Ainsi, d’après les éléments comptables publiés, la nouvelle direction de l’Olympique de Marseille n’est pas encore parvenue à transformer le modèle économique du club phocéen. La seule différence notable se situe au niveau de la politique sportive : avec le soutien de son actionnaire, l’OM a orchestré une politique de relance visant à améliorer sa compétitivité sportive.

Il faudra du temps à l’Olympique de Marseille pour récolter les fruits de cette politique de relance. Des premiers résultats concrets seront notamment observables lors des prochains exercices, au niveau notamment de l’accroissement des revenus de sponsoring. Orange a contracté un contrat de sponsoring maillot en cet exercice 2017-18 et Puma deviendra le nouvel équipementier du club l’an prochain. Un accord qui pourrait également avoir des effets positifs au niveau des recettes de merchandising. A terme, l’OM aura également besoin d’une exploitation élargie de l’Orange Vélodrome pour augmenter significativement ses revenus matchday. D’où l’importante négociation menée actuellement avec AREMA. Une participation récurrente à la Champions League semble également impérative pour valider le modèle mis en place par la nouvelle direction.

En attendant, le club phocéen va devoir justifier devant les experts de l’UEFA ses déficits supérieurs aux niveaux tolérés par les règlements du fair-play financier. Dans le document comptable publié par l’OM, il y est notamment indiqué la prise de contacts pour nouer un « Voluntary Agreement » ou un « Settlement Agreement » avec la fédération européenne. Selon les informations véhiculées par la presse française, la direction phocéenne aurait plutôt penché pour la deuxième option au cours des dernières semaines.

NB : les chiffres révélés au sein de cet article concernent exclusivement la SASP Olympique de Marseille. Les données qui seront publiées prochainement par la DNCG au sujet du club différeront légèrement car ils prendront également en compte les activités des entités liées au club, dont notamment l’association

Articles populaires

To Top
Tweetez19
Partagez26
Partagez44

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer