MHSC féminin
Interview

« Miser sur le football féminin, c’est investir pour demain ! »

Icon Sport

Place forte du football féminin français depuis deux décennies, le MHSC ne doit pas ses bonnes performances en D1 Arkema au hasard. Ayant investi dans le football féminin au tournant des années 2000, le club héraultais n’a cessé d’engager des moyens pour développer la compétitivité de son équipe. Lors d’un entretien accordé à Ecofoot, Jean-Louis Saez, Directeur Sportif du MHSC Féminin, décrit la politique de développement portée par le club pailladin tout en dévoilant ses réflexions concernant l’évolution du football féminin français de haut niveau. Propos recueillis par Lucas Morel.

La section féminine du MHSC fait partie des équipes ambitieuses de D1 Arkema, terminant très régulièrement dans le TOP 5 du championnat. Quels sont les facteurs contribuant à ces bonnes performances sportives ? Quelle place occupe la section féminine dans le plan de développement du MHSC ?

Les bonnes performances de la section féminine du MHSC s’expliquent par la ferme volonté de la famille Nicollin de développer la pratique du football féminin au sein du club. Louis Nicollin a d’ailleurs été le premier dirigeant d’un club professionnel français à lancer une section féminine dès 2001 ! Puis le club a immédiatement entrepris un recrutement ambitieux en faisant notamment signer plusieurs internationales à l’image d’Hoda Lattaf en 2001 ou encore de Sonia Bompastor en 2002. Camille Abily a également signé au club en 2003. Ces signatures ont fortement contribué à développer la notoriété du MHSC féminin.

La section féminine a toujours bénéficié d’une attention importante de la part de nos dirigeants. Laurent Nicollin a poursuivi ce travail de structuration. Un tel choix stratégique explique les bons résultats obtenus par le club ces dernières saisons.

Depuis la saison 2019-20, le groupe Canal + diffuse l’intégralité du championnat de D1 Arkema sur ses antennes. Êtes-vous satisfait de la couverture médiatique du championnat ?

Le groupe Canal + investit des moyens conséquents pour optimiser la diffusion de la D1 Arkema sur ses antennes en déployant un important dispositif de caméras, en produisant des magazines dédiés au championnat et en faisant intervenir des journalistes et consultants de haut niveau. Cela contribue à renforcer l’attractivité de la D1 Arkema et du football féminin français de haut niveau. Quand Canal + a commencé à investir dans le football français masculin, à partir du milieu des années 80, la D1 a alors rapidement connu un véritable décollage économique avec la redistribution de droits TV conséquents ! Tous les acteurs du football féminin français espèrent bien sûr un scénario similaire pour la D1 Arkema. Lors de cette saison 2020-21, tous les matches de D1 Arkema ont été diffusés sur Canal +, Canal + Sport ou Foot +. L’arrivée de Canal + en tant que diffuseur donne l’opportunité de mettre en exergue le travail réalisé au sein des différents clubs à travers des reportages, des magazines hebdomadaires tels que D1 Le Mag. C’est positif pour l’évolution de la discipline.

La prochaine étape consiste à attirer davantage de spectateurs dans les différentes enceintes de D1 Arkema. Cela permettrait de renforcer le modèle économique des différents clubs et cela contribuerait également à améliorer la qualité du produit télévisuel. Chaque année, j’observe une progression constante en matière de qualité de jeu. Les joueuses ont beaucoup progressé sur le plan athlétique et technique. Les clubs mettent à disposition des infrastructures de plus en plus perfectionnées pour permettre aux joueuses de s’entrainer dans les meilleures conditions possibles. Cela permet de rehausser le niveau de performance. Au MHSC, les joueuses bénéficient désormais des GPS permettant de suivre au mieux leurs performances individuelles. Un fonctionnement qui est calqué sur les méthodes employées pour l’équipe professionnelle masculine. C’est une évolution très intéressante. La D1 Arkema doit tendre vers un tel niveau de professionnalisme pour renforcer son attractivité.

Quels sont les arguments exposés par le MHSC pour convaincre les partenaires commerciaux d’investir dans le football féminin ?

L'accès à la totalité de l'article est réservé à nos abonnés Ecofoot Premium


Pas encore abonné à Ecofoot Premium ? S'abonner à Ecofoot Premium, c'est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot en ligne
  • Recevoir en avant-première nos magazines numériques
  • Soutenir le développement d'un média que vous appréciez


  • Magazine N°78


    « Miser sur le football féminin, c’est investir pour demain ! »
    To Top
    Send this to a friend