Stratégie

Pourquoi l’agglomération parisienne ne compte-t-elle qu’un seul club de foot de très haut niveau ?

développement football pro agglomération parisienne
Aitormmfoto / Shutterstock.com

Alors que plusieurs clubs de haut niveau évoluent dans des métropoles comme Londres, Madrid, Barcelone, Manchester, Rome, Milan, Athènes ou encore Moscou ; l’agglomération parisienne ne compte qu’un seul club de haut niveau depuis plusieurs dizaines d’années, le Paris Saint-Germain. Pour mieux comprendre ce particularisme français, Ecofoot.fr est allé interroger Loïc Ravenel, Docteur en Géographie et Collaborateur Scientifique au Centre International d’Études du Sport.

Aujourd’hui, la plupart des grandes agglomérations européennes disposent de plusieurs clubs de football évoluant au plus haut niveau national. Une caractéristique qui n’est pas valable pour l’agglomération parisienne qui ne compte qu’un seul club en L1. Comment expliquez-vous cette singularité ?

Au cours de l’histoire, Paris n’a pas toujours compté qu’un seul club au plus haut niveau français. Des années 20 aux années 50, l’agglomération parisienne s’appuyait sur plusieurs clubs pour faire briller les couleurs de la capitale au plus haut niveau national.

La réduction du nombre de clubs parisiens au plus haut niveau va intervenir à partir des années 60-70. La France va alors adopter un modèle de développement du football qui ne favorisera pas l’éclosion de plusieurs clubs au sein d’un même territoire. Au début des années 70, Paris ne compte même plus un seul club au plus haut niveau ! D’où la création du Paris Saint-Germain.

En quoi le modèle français n’a pas favorisé l’éclosion de plusieurs clubs de haut niveau au sein d’une même agglomération ?

Abonnement Ecofoot Premium – S’abonner à notre version premium, c’est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot
  • Bénéficier de nos meilleurs contenus au format magazine
  • Soutenir le développement d’un média que vous appréciez




  • Contrairement à certains voisins européens, le football français n’a pu compter sur des capitaines d’industrie pour financer son développement. Ainsi, à partir des années 60, les municipalités et autres collectivités territoriales vont devenir les principaux financeurs du football français.

    Ces municipalités vont alors organiser des fusions entre les clubs d’une même ville pour donner naissance à un club phare. Ce mouvement n’est d’ailleurs par observable qu’à Paris. Dans d’autres villes françaises, comme à Lille par exemple, le club emblématique est issu de la fusion de plusieurs clubs de la métropole.

    Cette municipalisation du football à la Française a alors entraîné une diffusion de la discipline dans un certain nombre de villes plutôt que de concentrer le professionnalisme dans quelques grandes métropoles. Financement organisé par la puissance publique, les élus ont alors évité de favoriser la croissance de deux clubs professionnels d’une même discipline sur un même territoire.

    Ce financement public qui va prévaloir dans les années 70, 80 et au début des années 90 va alors favoriser des logiques d’équité territoriale. Dans un système capitalistique classique, le club est avant tout localisé là où il y a un marché. Une logique qui aurait dû être favorable à l’émergence de plusieurs clubs parisiens. Au lieu d’observer ce phénomène, la France va alors bénéficier d’une meilleure répartition de ses clubs professionnels sur l’ensemble de son territoire.

    Mais, depuis le milieu des années 90, le mode de financement des clubs professionnels a considérablement changé. Pourtant, aucun autre club parisien que le PSG n’a évolué en D1/L1 ?

    C’est vrai. Le financement des clubs par les municipalités va atteindre son paroxysme au début des années 90 avant que le législateur ne décide d’encadrer drastiquement les politiques de subventions afin de prévenir les abus.

    Néanmoins, les problématiques de financement des clubs professionnels – mais de manière indirecte – agitent toujours les débats des conseils municipaux, généraux et régionaux. Par exemple, les stades en France sont toujours gérés principalement par la puissance publique.

    Enfin, si le mode de financement des clubs français a bien changé depuis les années 90, on ne crée pas un grand club du jour au lendemain. Le poids de l’histoire compte dans le football professionnel. Et l’exemple du Matra Racing dont l’échec a été cuisant est là pour nous le rappeler !

    Dans vos travaux et interventions, vous évoquez également le paramètre culturel, qui empêche l’émergence d’un deuxième grand club à Paris…

    En France, nous avons une culture football qui est bien moindre et différente de celle de nos pays voisins. En Espagne, en Angleterre ou en Italie, supporter un club de football fait partie intégrante de son identité. A Madrid, on supporte soit le Real, soit l’Atletico, soit le Rayo Vallecano. Et ce supportariat est la traduction d’une histoire qui peut être familiale, de quartier, sociologique … Des histoires qui ont forgé une véritable identité à ces clubs et à leurs supporters

    En France, les relations de ce type sont bien moindres. Quelques clubs ont réussi à fédérer un engouement populaire comme Saint-Etienne dans les années 70, l’OM dans les années 90, puis l’OL (années 2000) et le PSG dans cette dernière décennie. Mais c’est une relation fondée avant tout sur la puissance sportive et sur la médiatisation qu’elle a suscitée. Sinon, les amateurs français de football supportent le club de leur ville. Et, même à ce niveau, c’est en train d’évoluer. Les jeunes générations ont tendance à supporter les gros clubs qui rayonnent à un niveau mondial. Une tendance qui conduit à supporter des clubs étrangers comme le FC Barcelone, le Real Madrid ou des clubs de Premier League. A ce niveau, le fan français de football ressemble plus à son homologue asiatique qu’à ses voisins européens.

    Cette absence de culture footballistique a compromis l’émergence d’un deuxième club de football à Paris. Dans les autres grandes villes européennes, les clubs ont pu se différencier par leur public, leur identité sociale… Un modèle difficilement reproductible en France.

    D’autres facteurs peuvent-ils expliquer l’absence d’un deuxième club d’importance au sein des agglomérations françaises ?

    La répartition démographique de la France constitue un autre frein. Hormis Paris, la France ne dispose pas d’une ville multimillionnaire. L’agglomération parisienne réunit une dizaine de millions d’habitants puis on tombe directement à des villes comme Lyon, Lille et Marseille qui comptent tout juste un peu plus d’un million d’habitants.

    L’organisation du territoire est différente chez nos voisins européens. En Espagne, Madrid compte 5 millions d’habitants et Barcelone réunit 4 millions de personnes. En Italie, Rome et Milan ont à peu près la même taille avec 3,5 millions d’habitants. Cela laisse de la place pour plusieurs clubs au sein d’une même agglomération.

    A l’échelle européenne, on considère qu’on retrouve un club de football professionnel par million d’habitants. Si on suit cette règle, seule Paris pourrait héberger plusieurs clubs au sein de son agglomération. Néanmoins, ce n’est pas une vérité absolue : les différents exemples corses nous l’ont rappelé au cours des dernières années !

    Dans un avenir proche, un deuxième grand club parisien peut-il émerger ?

    Tous les clubs qui ont eu cette ambition ont échoué. Prenons l’exemple du Matra Racing : à l’époque le projet semblait moderne et orienté business. Soutenu par un puissant actionnaire, le groupe Lagardère, le club va rapidement investir des sommes importantes pour faire venir des joueurs de talent. Mais les résultats sportifs ne vont pas suivre, ne permettant pas d’insuffler une dynamique. Le Matra n’attirera jamais les foules au stade. Et un mauvais alignement des planètes va conduire au dépôt du bilan du club.

    Lors de la construction puis de l’inauguration du Stade de France, élus et investisseurs cherchent à lancer un projet de grand club en Seine Saint-Denis. Plusieurs formations, végétant à l’époque en National, sont identifiées. Mais cela ne donnera rien. Dans le sud de Paris, Créteil va émerger mais sans pouvoir accéder plus haut qu’à la Ligue 2.

    Finalement, au cours des trente dernières années, aucun projet n’est parvenu à décoller. Et plusieurs raisons expliquent ce non-décollage. Premièrement, il n’est pas possible de créer un club professionnel ex nihilo conformément aux statuts de la Fédération Française de Football. Un investisseur intéressé par la perspective de devenir le deuxième grand club parisien doit donc prendre le contrôle d’un club existant et lui faire gravir les échelons progressivement. Si le foot français était amené un jour à lancer une ligue fermée, la donne pourrait alors changer.

    Le deuxième problème est la question du stade. Faire émerger un deuxième grand club à Paris nécessite la construction d’une nouvelle enceinte. Etant donné le prix de l’immobilier dans la capitale, cela parait difficile pour un investisseur de rentabiliser un tel projet ! Et je n’évoque même pas l’énergie nécessaire pour trouver un site, obtenir les autorisations… Un investisseur privé doit alors s’inscrire dans le très long terme avec une importante visibilité pour pouvoir se lancer dans une telle entreprise.

    Enfin, il faut créer une véritable culture-club autour de cette potentielle nouvelle formation pour générer de la passion. Bâtir un deuxième club à Paris, c’est une mission bien plus complexe que de racheter un club européen comme Manchester City FC ou encore le Milan AC !

    Dans un projet de second club parisien, il faut nécessairement tout créer : stade, image passion. C’est un projet titanesque ! L’investissement nécessaire semble beaucoup trop important par rapport aux retombées éventuelles. L’exemple du Paris Saint-Germain pourrait néanmoins encourager certains investisseurs à tenter une telle aventure. En misant massivement sur une politique de recrutement onéreuse, le club est parvenu à changer de dimension rapidement. Tant d’un point de vue sportif que marketing.

    Le projet d’un deuxième club parisien ne pourrait-il pas passer par des ambitions plus modestes avec comme premier objectif une pérennisation en Ligue 1 ?

    Oui et le Paris FC pourrait être ce club. Mais encore faut-il trouver un investisseur capable d’injecter des fonds dans une structure qui exploite un stade désuet pour la Ligue 1. Du côté de Créteil, le potentiel n’est également pas formidable. Le stade Duvauchelle est vétuste et même en Ligue 2, le club n’est jamais parvenu à attirer les foules. Enfin, il reste le Red Star. Mais le club ne dispose pas de stade lui permettant d’écrire une belle histoire en Ligue 1.

    Malgré leurs limites démographiques, les villes de Lyon ou Marseille ne seraient-elles pas mieux placées pour accueillir un deuxième club professionnel ?

    Non, pas du tout. La démographie et le tissu économique des deux villes sont trop faibles pour accueillir un deuxième club de Ligue 1. L’Olympique de Marseille et Lyonnais sont déjà quasiment au maximum de leur capacité sur leur territoire. Au niveau de la billetterie, les rencontres des deux clubs ne sont pas sold-out à tous les matchs, loin de là ! L’OL n’ouvre son stade en entier que lors des grandes affiches. Et l’Orange Vélodrome sonne creux lors des petites rencontres de L1.

    Au sein des villes de Lyon et de Marseille, le football professionnel n’a pas un potentiel de croissance démesuré. D’autant que la discipline souffre de la concurrence d’autres sports collectifs bien implantés, en raison du modèle de développement sportif français évoqué précédemment. D’un point de vue politique mais aussi diversité sportive, mieux vaut réunir au sein de son agglomération des clubs de haut niveau de disciplines différentes plutôt que de voir émerger un deuxième club de football professionnel.

    Cela ne veut pas dire que la Ligue 1 sera éternellement inaccessible à un deuxième club d’une ville comme Marseille ou Lyon. Un tel scénario n’est pas impossible. Mais le défi parait tout de même très difficile à relever. D’autant qu’aujourd’hui, ce deuxième club en capacité de rejoindre la L1 n’existe pas. Au cours des dernières années, des formations comme Lyon La Duchère ou encore Marseille Consolat sont parvenues au mieux à se hisser en National 1. Et compte tenu de leurs structures, cela sera difficile d’évoluer beaucoup plus haut dans un avenir proche.

    Articles populaires

    To Top

    Send this to a friend

    En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

    Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

    Fermer