Interviews

R. Laplanche : « Marcelo Bielsa a une idée unique du football »

Marcelo Bielsa interview Romain Laplanche
Maxisport / Shutterstock.com

A l’occasion de la sortie du Mystère Bielsa chez Solar, Romain Laplanche nous a accordé une entrevue pour mieux comprendre la genèse de son livre et la fascination qu’occasionne Marcelo Bielsa, l’entraîneur du LOSC. Propos recueillis par Quentin Migliarini, Ruben Slagter et Jean-Baptiste Guégan.

Qu’est-ce qui vous a amené à écrire un livre sur Marcelo Bielsa alors qu’un autre livre avait été publié sur le personnage ?

Malgré son départ de l’OM en août 2015, je me suis rendu compte dès l’hiver 2016 que les mêmes idées reçues circulaient toujours à son sujet. Et étant donné que c’est un entraîneur que je suivais depuis pas mal de temps, que j’avais lu à peu près tout ce qui était possible de lire à son sujet et que je disposais d’archives sur son passé, j’ai pensé à écrire ce livre pour que le lectorat puisse le cerner du mieux possible, donner des clés, des éléments suffisants pour le connaître le plus parfaitement possible.

En revanche, le but affiché n’était pas d’être dans l’éloge mais au contraire de proposer un regard distancié. M’appuyer sur les sources était la meilleure manière pour être le plus juste. Mon livre et celui de Thomas Goubin sont deux livres complémentaires, je pense. C’est d’ailleurs ce qu’on me dit souvent.

L’idée d’écrire germait depuis longtemps dans votre esprit ou a-t-il fallu que Marcelo Bielsa quitte l’OM ?

Jamais je n’aurais pensé écrire ce livre il y a encore un an et demi. Avant l’hiver 2016, et même au moment où Marcelo Bielsa occupait encore ses fonctions à l’OM, ça ne m’a jamais traversé l’esprit. Jamais. C’est la redondance des contresens et des idées reçues au fil des mois qui m’a convaincu. Parce qu’on n’est pas là devant n’importe quel entraîneur.

Pourquoi n’utilisez-vous pas de sources de première main pour votre livre ? Est-ce une contrainte qui s’est imposée ou une volonté de votre part ?

C’était volontaire. En dehors du fait que Bielsa n’accorde plus d’entretien individuel à la presse depuis 1998, mon objectif était de proposer un panorama complet de son travail, de sa période où il prend en mains l’équipe de l’université de Buenos Aires jusqu’à aujourd’hui. Son jeu, ses principes tactiques, son particularisme dans le travail au quotidien et dans sa manière d’être ou encore son parcours de joueur avant de se destiner au métier d’entraîneur. Pour tout cela, j’avais la matière suffisante pour faire ce travail élémentaire. Pour autant, j’avais un objectif initial : interroger Gérard Lopez pour qu’il évoque son rapport intime avec lui, mais ça n’a pas pu se faire malheureusement. J’ai donc concentré mon attention sur la matière que j’avais à disposition.

Bielsa n’accorde plus d’entretien individuel à la presse depuis 1998Click to Tweet

Le portrait que vous brossez de Marcelo Bielsa est assez ambitieux. On entre littéralement dans la tête et les obsessions du coach argentin. Quels retours avez-vous eus de la part de ceux qui vous ont lu ?

Les retours que j’ai eus sont assez unanimes et très positifs. On me dit très souvent “je n’étais pas pro-Bielsa, mais j’ai appris beaucoup de choses grâce à votre livre” ou bien, “j’étais pro-Bielsa, mais je n’ai pas décelé de ton partisan et complaisant”. Ce qui m’a fait plaisir dans la plupart de ces retours, c’est que l’on reconnaisse le travail de distanciation vis-à-vis de l’homme que j’ai voulu mettre en avant.

A la lecture de votre livre, on comprend plusieurs choses. Tout d’abord, Bielsa apparaît comme un intellectuel du football. Il pense le football autrement. Il le vit de manière absolue. Vous abordez aussi avec subtilité et précision ses limites psychologiques. Avez-vous eu à un moment donné, l’ambition de définir son caractère psychologique ?

Pour tout vous dire, j’avais demandé à mon éditeur quelle était la pertinence de faire intervenir un psychologue pour éclairer son profil. J’ai même pensé à un psychiatre.

Le Mystère Bielsa

Après le premier chapitre consacré à son parcours entre sa démission de l’OM et son arrivée à Lille, il était question de proposer un chapitre sur cette question. J’avais des coordonnées de spécialistes mais après mûre réflexion, je me suis dit qu’on risquait d’être davantage dans le portrait de comptoir qu’autre chose. Autre problème : il fallait que le professionnel connaisse Bielsa. Non seulement qu’il le connaisse mais peut-être encore mieux que tout autre entraîneur compte tenu de sa personnalité complexe. C’est un cas d’étude. Et parallèlement, comme j’avais déjà opté pour une intervention de Florent Toniutti, excellent sur l’aspect tactique, il aurait fallu que le psychologue choisi soit aussi bon sur le sujet. Donc j’ai préféré ne pas aller plus loin.

Votre livre est très documenté et extrêmement sourcé…

J’étais un peu mal à l’aise par rapport à ça justement. J’aurais pu manquer de crédibilité par rapport à l’absence de sources de première main. Je me devais de compenser et de sur-investir ce champ. D’où la nécessité d’énormément documenter mon propos.

Êtes-vous vous-même pro-Bielsa ?

Oui et non. Je suis son travail parce qu’il a une idée unique du football et une influence certaine sur ce sport. C’est un entraîneur qui me fascine depuis 2007 et la campagne de qualifications pour le Mondial 2010 menée avec le Chili. Mais je suis pro-Bielsa comme je suis pro-Simeone, pro-Guardiola, pro-Conte, pro-Sarri… Des entraîneurs qui ont chacun leur idée sur le jeu, un discours bien à eux, des méthodes particulières qui leur sont propres et le terrain est l’aboutissement de cette réflexion en amont sur le jeu. Ces dernières années, en dehors de l’Athletic et de l’évolution du Chili de Bielsa à Sampaoli, j’ai adoré l’Atlético de Simeone et le travail de Conte à la Juve et avec l’Italie. Incroyable ce que fait Conte avec l’Italie à l’Euro…

Bielsa a une idée unique du football et une influence certaine sur ce sportClick to Tweet

Florent Toniutti intervient dans l’ouvrage. Jusqu’où vous-a-t-il accompagné dans la conception du Mystère Bielsa ?

Sur la partie tactique, je tenais à interviewer Florent parce qu’il était plus légitime que moi pour évoquer ce sujet. Je ne me voyais pas aborder ce chapitre sans son intervention. Je savais aussi que Florent avait suivi l’Athletic Bilbao à l’époque où Bielsa y était, donc c’était d’autant plus pertinent. Il avait aussi le recul nécessaire, ce regard extérieur pour analyser à la fois le travail réalisé à l’Athletic, mais aussi celui réalisé à l’OM. Et puis quand tu apprécies le travail d’un entraîneur, tu as souvent tendance à enjoliver les choses. Donc j’ai sollicité Florent pour qu’il permette de pointer les failles du jeu de Bielsa, d’expliciter ses limites tactiques. Son intervention était capitale pour le livre parce que je pense que ça ajoute de la pertinence et de l’équilibre au propos général.

La deuxième partie de l’interview de Romain Laplanche sera publiée demain.

L’ouvrage Le Mystère Bielsa écrit par Romain Laplanche est disponible sur Amazon

Propos recueillis par Quentin Migliarini , Ruben Slagter et Jean-Baptiste Guégan 

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer