Interviews

Interview exclusive du service communication du Paris FC

interview exclusive Paris FC

Ecofoot.fr a eu la chance la semaine dernière de se rendre au siège social du Paris FC, situé dans le XIIIème arrondissement afin de rencontrer l’équipe communication du club. Composée de quatre collaborateurs, ils nous ont longuement exposé la stratégie digitale du Paris FC avant d’évoquer d’autres thèmes importants de la vie du club comme la formation et les spécificités du championnat de National. Plongez dans l’intimité du Paris FC :

Bonjour à toute l’équipe du Paris FC. Pouvez-vous nous présenter vos parcours et vos fonctions au sein du Paris FC ?

Je suis Alexandre Synoradzki, responsable administratif du club. Je suis en charge de la communication en compagnie de mes trois collaborateurs.

Au sein de l’équipe, nous avons Arnaud Vallette, au club depuis un an. Il travaille sur différents projets liés au développement du club. Cela concerne autant l’univers commercial que la communication. Et actuellement, il s’occupe notamment de la sortie d’un nouveau site web pour le club avec une plateforme plus communautaire.

Dans l’équipe, nous avons également Madina Bello. Elle est actuellement étudiante en master 1 Management du Sport à Lille. Ses missions au Paris FC sont réalisées dans le cadre d’un stage de six mois. Madina s’occupe surtout de la partie administrative même si elle est amenée à réaliser certaines missions en communication.

Enfin, Kévin Briand nous a rejoints il y a quelques semaines. Il est actuellement étudiant à l’ISCOM en Master 1 et ses missions au sein du Paris FC sont également réalisées dans le cadre d’un stage de six mois. Elles concernent surtout le community management du club. En parallèle de ses activités au Paris FC, Kévin est également community manager pour le club de l’EA Guingamp à titre bénévole. Il gère la page Facebook du club breton depuis maintenant un an et demi et la page Twitter depuis six mois.

Quel est l’objectif principal du site internet du Paris FC ?

Par le passé, nous avions d’autres outils (format papier, envoi de newsletters) que nous avons abandonnés. Aujourd’hui, le site internet constitue la base de diffusion de notre communication. Il relaie la position officielle du club sur tous les sujets liés au Paris FC. Malheureusement, notre site actuel ne nous permet pas de réaliser tous ce qu’on voudrait mettre en place. C’est pour cela que nous réalisons actuellement une refonte totale de notre plateforme.

Les autres supports digitaux de communication, c’est-à-dire les réseaux sociaux, sont des outils annexes. Ces outils nous permettent de relayer l’actualité du club avec un ton plus libre tout en étant plus réactif dans le traitement de l’information.

Combien de temps s’écoule entre la validation d’une information et la publication sur le site officiel ?

Il n’y a pas de délai référence, cela dépend du type d’informations. S’il y a un événement important au sein du club – je pense notamment à l’arrivée de Jacques Santini au sein du club la saison dernière – les différents éléments de communication sont préparés à l’avance et nous pouvons publier l’information dans l’heure. Après, en règle générale, 24 heures s’écoulent entre la récolte d’informations et la publication sur le site officiel.

Pourquoi songez-vous à refondre le site officiel du club ?

Actuellement, sur le site, hormis quelques actualités, nous avons beaucoup de contenus statiques. Désormais, on souhaite mettre plus en avant l’ensemble des résultats de toutes nos catégories. Nous avons au sein du club plus de 30 équipes (toutes catégories confondues) dont chacune possède une page Facebook mais sans lien avec le site officiel.  Nous voulons également mettre en avant la formation qui est un axe fort du club ainsi que nos projets sociaux.

Par ailleurs, nous souhaitons rendre notre nouveau site plus vivant par la publication de contenus liés à des événements commentés en direct. Pour cela, nous y intégrerons des modules sociaux tels Instagram. Ainsi, via un hashtag, un représentant du club pourra commenter le déroulement d’une rencontre en direct tout en étant relayé sur le site officiel.

Pour le développement de la nouvelle plateforme, nous avons choisi d’utiliser le CMS WordPress. Notre CMS actuel qui gère notre site internet a été créé par une agence et n’est utilisé que par une poignée d’entreprises. Le produit n’est pas forcément à jour et nous n’avons pas la main dessus pour réaliser les développements que nous souhaitons. Le backoffice ne permet pas de gérer l’intégration de modules sociaux.

Cette nouvelle version du site internet doit être déployée au grand public le 30 juin prochain. Après, le déploiement se fera progressivement avec la priorité mise pour les fonctionnalités liées à notre équipe première.

Certaines missions sont-elles externalisées ?

L’essentiel des tâches est réalisé par nous quatre. Le président de l’association Paris FC, Bruno Fuchs, possède une agence de communication et peut nous conférer de précieux conseils lorsque nous en avons besoin. Il nous a notamment aiguillés dans le choix du CMS pour le développement de notre nouveau site. Nous avons aussi un photographe bénévole au sein du Paris FC.

Après, au sein du club, nous essayons au maximum de mobiliser les parents-dirigeants (ndlr : bénévoles du club) pour récupérer un maximum d’informations sur nos différentes équipes. Dernièrement, nous avons publié un article sur nos U10 qui sont qualifiés pour l’Euro Poussins et nous n’avions pas de photos pour illustrer nos informations. Nous avons alors sollicité les parents pour récupérer leurs clichés. Ainsi, le but est de construire un réseau pyramidal facilitant la transmission d’informations de la part de nos bénévoles.

Quelle est l’audience mensuelle du site officiel du club ?

Actuellement, nous enregistrons 18 000 visites par mois pour 12 000 visiteurs uniques. Et nous approchons les 70 000 pages vues. Pour vous illustrer notre évolution, en septembre dernier, nous enregistrions 9 000 visites pour 40 000 pages vues. Nous avons donc doublé notre audience en l’espace de six mois.

Cette augmentation de l’audience est notamment due à la mise en place de plan de communication. Avant, nous ne tenions pas un programme précis dans l’animation du site internet. Aujourd’hui, c’est le cas avec le relais systématique d’informations en avant et en après-match. Kévin réalise en plus un bon travail sur les réseaux sociaux lors de ces moments stratégiques. Cela constitue un appel d’air pour l’audience du site. Cet impact est clairement visible dans les sources de trafic du site : quand Facebook ne représentait que 5 à 6% du trafic entrant sur notre site officiel, les réseaux sociaux ont désormais franchi la barre des 10%.

Les résultats sportifs peuvent-ils expliquer cette hausse d’audience ?

Clairement, les bons résultats sportifs du club sont essentiels à la croissance de notre notoriété. Nous l’observons à tous les niveaux et pas uniquement sur le web. Nos affluences moyennes au stade sont bien meilleures que celles de l’an dernier.

Aujourd’hui, notre public au stade est surtout constitué de licenciés (ndlr : le Paris FC comporte plus de 800 licenciés) et de gens du quartier. Alors que les personnes qui se rendent sur notre site internet proviennent de la région parisienne au sens large. Et le travail réalisé sur les réseaux sociaux permet d’élargir encore davantage notre audience. L’idée de construction d’un deuxième grand club à Paris attire sur le web une audience régionale élargie. Mais pour poursuivre cette progression, les bons résultats sportifs sont indispensables.

Connaissez-vous des pics d’audience à certains moments précis de la saison ?

Nous connaissons actuellement un pic d’audience avec l’organisation des journées de détection. La page la plus consultée actuellement est « Comment nous rejoindre ? » qui explique l’ensemble de la procédure pour participer à nos journées de détection de jeunes talents.

Le Paris FC est connu pour être un brillant club formateur. Cette notoriété provoque un afflux important de personnes en Ile-de-France souhaitant se renseigner pour inscrire leurs enfants à nos journées de détection.

Cet afflux d’audience reçu par le site web au sujet des journées de détection provient-il de la notoriété construite par le club autour de la formation ou certains dispositifs webmarketing comme le SEO expliquent ce phénomène ?

Le SEO n’explique pas forcément cette hausse d’audience à ce moment précis. Au niveau des mots-clés, nous sommes battus par le PSG qui ressort devant nous dans les résultats de recherches.

Cette hausse d’audience provient réellement de la réputation de club formateur construite par le club depuis maintenant plusieurs années. Nos résultats au sein des équipes élites parlent pour nous. Nos équipes de jeunes participent à de nombreux tournois internationaux ce qui renforcent la notoriété de notre formation. Les gens qui nous trouvent ont le désir de s’inscrire au sein du Paris FC.

Aujourd’hui, notre but n’est pas de lancer de campagnes webmarketing pour attirer plus de candidats au sein de nos journées de détection. Nous sommes déjà très sélectifs : chaque année, nous prenons environ 3 à 4% des candidats pour les intégrer dans nos équipes de jeunes.

A l’avenir, nous pensons que tout ce qui concerne les sites de recrutement pour jeunes footballeurs avec possibilité d’y intégrer des CV vidéo vont se développer sur la toile car la demande est de plus en plus forte. Beaucoup de jeunes footballeurs essaient de se mettre en avant pour trouver un club et faire carrière.

Hormis les réseaux sociaux, travaillez-vous d’autres leviers webmarketing afin d’accroitre l’audience du site officiel ?

 A l’avenir, il faudrait qu’on travaille en étroite collaboration avec nos partenaires. Nous pensons notamment à la Fédération Française de Football, la Ligue… Nous avons tendance à ne pas effectuer de lien avec ces partenaires.

Plus globalement, nous n’avons pas lancé de politique de partenariat cette saison à cause de notre repêchage tardif en championnat de National l’été dernier. Sportivement, nous devions évoluer en 2013-14 en CFA mais les rétrogradations administratives nous ont permis d’être réintégrés à la dernière minute au sein du championnat de National. Ainsi, nous n’avons aucun sponsor sur notre maillot. Et nous ne vendons aucun espace print. Comme partenaire, nous avons juste Orange qui sponsorise nos journées de détection au niveau de la formation. Cette stratégie de partenariats sera relancée à l’issue de la saison avec notamment la possibilité d’avoir des échanges de visibilité web.

Ensuite, concernant les autres leviers webmarketing, nous avons naturellement de bonnes positions dans les moteurs de recherches. Sans travailler spécifiquement le SEO, nous avons une bonne note au niveau du ranking Google. Après, tant que nous n’aurons pas de boutique en ligne ou de billetterie, nous ne déploierons pas de moyens importants concernant toute stratégie de référencement.

Dans la conception de votre nouveau site, avez-vous réfléchi à l’intégration d’espaces publicitaires ?

Oui, nous avons prévu d’insérer des encarts au sein de la Home Page. Nous souhaitons également développer un espace dédié aux partenaires. Actuellement, nous avons seulement un bandeau présent en bas de page. Dans la nouvelle maquette, le but est d’intégrer les partenaires de manière intelligente. Nous ne souhaitons pas uniquement relayer leur logo. Les partenaires pourront expliquer pourquoi ils ont décidé de s’associer au Paris FC.

Aujourd’hui, nous n’avons pas prévu d’avoir recours à des régies publicitaires web classiques type Google. Dans l’idéal, on va plutôt chercher à conclure des partenariats avec des acteurs locaux.

Projetez-vous d’ouvrir une boutique en ligne ?

Actuellement, nous n’avons pas de boutique physique. Il s’agit avant tout d’un problème structurel et non d’une problématique liée au web. Nous n’avons pas de produits à commercialiser. Il faut qu’on commence par recréer une ligne de produits aux couleurs du club.

Par le passé, nous avions une boutique en ligne. Mais le service n’était pas forcément au point : certains clients recevaient leurs produits plus de trois mois après leur commande. On a donc préféré arrêter le service.

Le premier projet est de relancer une boutique physique – avec une commercialisation de nos produits au siège ainsi qu’au stade – nous permettant de nous rôder aux différents process ainsi qu’à la gestion des stocks. Une fois que nous aurons acquis de l’expérience, nous développerons notre boutique en ligne qui sera plus aisée à mettre en place au sein de notre nouvelle version du site officiel.

Avez-vous un projet de billetterie en ligne ?

Aujourd’hui, nous avons un formulaire en ligne pour les abonnements mais il ne fonctionne pas spécialement. Cette saison, nous avons une soixantaine d’abonnés qui ont tous souscrit sur place, au sein du siège social du club ou directement au stade.

Aujourd’hui, nous voyons que nous ne remplissons pas notre stade. Nous avons une affluence moyenne de 400 spectateurs alors que le stade Déjerine possède une capacité de 1 000 places. Or, les principaux avantages de la billetterie en ligne sont étroitement liés au volume. L’utilisation de la billetterie online permet d’anticiper son achat avant que la rencontre ne se joue à guichet fermé. Elle permet aussi d’éviter de faire la queue les jours de match. Nos volumes sont pour le moment trop petits pour justifier l’intérêt d’une boutique en ligne. Il n’y a pas de temps d’attente à Déjerine pour nos supporters.  L’an dernier, quand nous évoluions à Charléty, nous avions instauré un service de billetterie en ligne. Nous n’avions vendu qu’une cinquantaine de billets sur l’ensemble de la saison !

stade charléty

Lors de la saison 2012-13, le Paris FC recevait ses adversaires au stade Charléty. Depuis, le club est revenu au stade Déjerine.

En plus de cela, nous pratiquons une tarification basse de l’ordre de 5€. Or, lors de l’instauration d’une billetterie en ligne, les opérateurs prennent des commissions sur la vente de billets. Avec une tarification aussi basse, il n’est pas possible de préserver des marges.

Le nouveau projet de site internet contient-il une dimension mobile ?

La nouvelle version du site sera directement consultable depuis les appareils mobiles. Il s’agissait d’un paramètre important de notre cahier des charges. Nous enregistrons aujourd’hui environ 20% de notre audience web qui provient des mobiles. Nous avons alors choisi un thème WordPress en responsive design qui permet un affichage optimisé du site sur tous les équipements (desktop, mobile, tablette).

Nous avons effectué ce choix car, en interne, nous n’avons pas forcément les compétences techniques pour créer des applications mobiles. Et c’est d’autant plus pratique pour les internautes. Ils n’ont pas besoin de télécharger une application pour accéder aux informations sur le Paris FC.

Cependant, dans un futur plus lointain, nous ne nous interdisons pas de développer une application contenant les fonctionnalités de base du site officiel et nous permettant d’envoyer des notifications Push lors d’actualités importantes à relayer.

Quels sont les réseaux sociaux travaillés par le club ?

Pour le moment, le Paris FC est présent sur Facebook et Twitter. Et, avec l’arrivée du nouveau site, nous avons le projet d’ouvrir un compte sur Instagram.

Sur Facebook, l’objectif principal est le relais d’informations. On prend soin particulièrement de relayer les informations présentes sur le site officiel. Après, nous essayons de mettre en place des dispositifs permettant d’encourager l’engagement de notre communauté. Cela se traduit par la création de quizz, la demande de pronostics pour les rencontres à venir… Depuis quelques semaines, nous proposons également aux fans de poser des questions aux joueurs de l’effectif. Aujourd’hui, cela reste difficile car il y a assez peu d’interaction au sein de la page Facebook. Mais nous mettons tout en œuvre pour faire comprendre aux supporters qu’ils peuvent s’exprimer sur la page du club et que nous sommes à leur écoute. Bien évidemment, ces dispositifs ayant pour objectif de créer un lien plus fort entre les supporters et le club mettront un peu de temps pour être pleinement efficaces.

Sur Twitter, nous travaillons plus dans l’instantané. Nous avons mis en place dernièrement les commentaires de match en live comme cela se pratique déjà dans de nombreux clubs de Ligue 1 et Ligue 2. Cela permet aux gens qui ne sont pas présents au stade de connaitre l’évolution de la rencontre en direct. L’objectif est aussi de repérer les influenceurs pour créer une relation avec eux dans le long terme.

Sur les différents réseaux sociaux, nous faisons le choix de répondre aux commentaires des supporters. Même s’ils peuvent être parfois virulents. Nous cherchons toujours à établir un dialogue constructif afin de répondre aux attentes des supporters.

L’animation des réseaux sociaux se fait-elle autour de l’équipe première ou toutes les catégories du Paris FC sont-elles intégrées au dispositif ?

Concernant les autres catégories du club, nous relayons les grosses actualités. Par exemple, nous n’hésitons pas à communiquer sur nos résultats en coupe Gambardella. Mais il est vrai que l’essentiel de l’actualité relayée concerne l’équipe première.

Avez-vous une stratégie de recrutement sur les réseaux sociaux afin de faire grandir la communauté autour du Paris FC ?

Clairement, la sortie du nouveau site officiel permettra de dynamiser le recrutement sur nos différents réseaux sociaux. Ces derniers seront plus mis en avant. Par exemple, nous imaginons insérer un fil d’actualités Twitter au sein du site officiel au lieu du simple bouton d’ajout du compte. Un dispositif qui devrait à la fois augmenter le recrutement ainsi que les interactions.

Nous pensons également relancer certaines opérations comme le fait de gagner des lots par pallier de recrutement. Par exemple, sur Facebook, nous pouvons imaginer offrir un maillot du club au 7000ème fan. Nous envisageons également d’organiser des concours photos sur Facebook afin d’encourager la portée virale de notre page.

Aujourd’hui, en termes de recrutement, nous somme sur une volumétrie de 150 fans Facebook et 50 followers Twitter par semaine.

Quelles sont les ambitions sportives du Paris FC pour cette fin de saison ?

Objectivement, nous n’avons pas une équipe pour monter en Ligue 2 cette saison. A la base, nous avions construit une équipe pour évoluer en CFA (ndlr : rétrogradation sportive l’an dernier avec un repêchage administratif) et qui fait un excellent parcours en National. Nous avons l’impression d’être une équipe de CFA qui serait sur une dynamique de remontée.

L’an dernier, nous avons connu des moments très difficiles avec des joueurs qui ont vécu de nombreuses galères. Donc aujourd’hui, nous sommes très contents d’évoluer à ce niveau. Comme le dit le coach, nous allons essayer de rester invaincu en cette fin de saison. Mais aujourd’hui, la Ligue 2 est hors de portée du club et ce n’est pas réaliste.

Quelles sont les ambitions à moyen terme du Paris FC ?

Dès la saison prochaine, l’ambition du club sera d’accrocher le podium pour pouvoir monter en Ligue 2. Pour assouvir nos ambitions, les actionnaires du club ont prévu une augmentation du budget. Cette augmentation servira à renforcer notre effectif actuel. Nous rechercherons à attirer des joueurs ayant déjà connu la Ligue 2 ou ayant vécu une montée.

Puis nous misons également sur une certaine stabilité, notamment au niveau du staff technique et sportif. L’équipe ne sera pas renouvelée à 100%. Nous allons travailler dans une certaine continuité pour poursuivre la dynamique d’ascension.

Dernièrement, notre président Pierre Ferracci est intervenu à l’occasion d’un débat autour d’un deuxième club à Paris. Au cours de ce débat, il a affirmé que le championnat de National est un mouroir. Le National est une division où l’exposition médiatique est modeste et où la masse salariale est importante car tous les joueurs doivent être sous contrat. Il s’agit sportivement d’un des championnats les plus difficiles d’Europe avec quatre descentes sur dix-huit clubs. En plus de cela, nous avons chaque saison trois formations professionnelles qui redescendent et qui conservent leur statut. Il s’agit d’un championnat où il est très difficile de s’en sortir. Nous sommes aujourd’hui le plus vieux club de ce championnat et nous voulons enfin franchir cette étape pour valider le travail accompli. Le passage au statut de professionnel permettra de débloquer un certain nombre de mécanismes qui aideront au développement du club. Ces mécanismes concernent notamment la monétisation de notre bon système de formation.

Un club de National perçoit-il des droits TV ?

Ma Chaine Sport possède un partenariat conclu avec la Fédération pour diffuser 20 rencontres du championnat de National durant la saison. Mais nous ne percevons pas de droits TV. Le deal conclu entre Ma Chaine Sport et la Fédération sert apparemment de test. D’un côté, Ma Chaine Sport évalue sa rentabilité avant de débourser de l’argent pour acquérir les droits TV (ndlr : la retransmission des rencontres engendre des coûts relativement importants pour la chaine). De l’autre côté, la Fédération profite de ce test pour développer l’exposition médiatique du championnat de National.

Allez-vous vous appuyer sur vos jeunes talents formés au club pour assouvir votre ambition d’accession en Ligue 2 ?

Le problème est qu’aujourd’hui, nous n’avons pas les ressources juridiques et financières pour conserver tous nos jeunes talents formés au club. Et ce problème ne concerne pas uniquement les U17 ou U19. Les jeunes générations sont également touchées.

Nous sommes considérés parmi les meilleurs de France au sein des générations U12 ou U13. Mais les meilleurs éléments partent ensuite dans les clubs professionnels car nous n’avons pas les moyens pour les retenir. Nous ne possédons pas de centre de formation à proprement parler comme c’est le cas au sein des clubs professionnels.

Et au niveau des U19, nous sommes dans l’obligation de proposer un contrat fédéral aux éléments que nous souhaitons conserver au sein de notre effectif avec une contrainte financière lourde. Du coup, actuellement, dans notre effectif, nous n’avons que trois joueurs formés au club. Mais nous n’avons pas les moyens de faire plus aujourd’hui.

Existe-t-il aujourd’hui en National des clubs autant axés sur la formation que le Paris FC ?

Sincèrement, en National, nous sommes le club le plus à la pointe au niveau de la formation. Nous possédons une académie qui fournit des cours aux joueurs en plus des entrainements. C’est tout un travail en amont que nous souhaitons valoriser en montant en Ligue 2.

Jean-Marc Guillou a-t-il pu transmettre un savoir-faire lors de son passage au sein du Paris FC ?

Lors de sa venue au Paris FC, Jean-Marc Guillou n’a pas apporté de staff en provenance de ses académies. La collaboration fut un échec et s’est terminée à la fin de la saison.

Site officiel du Paris FC : http://www.parisfootballclub.com

Page Facebook du club : https://www.facebook.com/parisfc

Page Twitter du club : https://twitter.com/PFC_officiel

Google Plus

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Articles populaires

To Top

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer