Economie

Le modèle de développement de la Juventus remis en cause ?

modèle juventus déficit
cristiano barni / Shutterstock.com

La direction du club transalpin a révélé hier les premiers éléments de son bilan comptable 2017-18. Et les comptes de la Vieille Dame ont viré au rouge lors du dernier exercice. Décryptage.

Le modèle de développement turinois doit-il être remis en cause ? Hier, la direction de la Juventus a dévoilé les grandes lignes de ses états financiers concernant l’exercice 2017-18. Et le club turinois affiche un résultat net déficitaire de l’ordre de… 19,2 M€ !

Un montant qui n’intègre nullement le transfert de Cristiano Ronaldo – qui sera comptabilisé dans les comptes 2018-19 du club – et qui tranche par rapport aux saisons précédentes. De 2014 à 2017, le champion d’Italie n’a cessé d’engranger des profits, affichant même un résultat positif supérieur à 40 M€ lors de l’exercice 2016-17. En seulement un exercice, la Juventus a dégradé son résultat net de plus de 60 M€.

Un déficit programmé par la direction de la Juventus ?

Ce résultat déficitaire est notamment lié à une contraction de chiffre d’affaires subie par le club transalpin. Alors que la Juventus était parvenue à générer des recettes à hauteur de 562,7 M€ en 2016-17 ; le club a enregistré une baisse de 10% de ses revenus, parvenant de justesse à maintenir son CA au-dessus de la barre des 500 M€.

Malgré les nouveaux succès glanés sur le plan national, les performances moins probantes enregistrées sur la scène européenne ont affecté les revenus générés par le club. En effet, la Vieille Dame accuse des revenus télévisuels inférieurs de plus de 30 M€ par rapport à l’exercice précédent, en raison notamment d’un parcours en Champions League moins brillant.

Au-delà de la contraction des revenus télévisuels, la Juventus a également dû affronter une baisse importante de ses recettes liées à la vente de joueurs. Alors que la vente de Paul Pogba – comptabilisée dans les comptes 2016-17 du club – avait notamment permis à la Juventus d’afficher plus de 150 M€ de plus-values comptables liées à la cession de joueurs ; ce poste de revenus n’affiche « que » 102 M€ de recettes en cet exercice 2017-18.

En parallèle de cette baisse de revenus, la Juventus n’a pas réalisé assez d’efforts au niveau du réajustement de ses charges pour équilibrer ses comptes. Malgré une légère baisse de sa masse salariale – de l’ordre de 2 M€ – le club turinois a tout de même enregistré un déficit d’exploitation de l’ordre de 1 M€.

La Juventus dégrade son bilan

Ce résultat significativement négatif a eu des conséquences sur le bilan du club. Présentant plus de 90 M€ de fonds propres à l’issue de l’exercice 2016-17, les capitaux propres de la Vieille Dame ont fondu à l’issue de la dernière saison écoulée. La Juventus affiche désormais 72 M€ de fonds propres.

Le club turinois a également laissé s’envoler son niveau d’endettement. Alors que les Bianconeri présentaient une dette nette à hauteur de 162,5 M€ au 30 juin 2017 ; cette dernière a franchi la barre des 300 M€ à l’issue du dernier exercice ! Une augmentation qui est expliquée par le club par un cash-flow négatif issu des activités opérationnelles et financières et par les dépenses de transfert.

Toutefois, malgré cette dégradation du bilan, les investisseurs semblent toujours croire dans le modèle de la Juventus. Conservant toujours de solides capitaux propres et un niveau d’endettement modéré ; le titre boursier de la Juventus a continué son ascension en cette fin de semaine malgré les résultats dévoilés par le club. L’effet Ronaldo est visiblement plus fort que tout !

To Top
Send this to a friend