Droits TV

Süper Lig : Digitürk achète les droits TV 2017-2022 pour 590 M$ !

recettes-tv-super-lig

Dans un contexte politique pour le moins compliqué, les droits TV du championnat turc ont été attribués au géant Digitürk, propriété du groupe qatari BeIN Sports. Si le nom de l’acquéreur était attendu, le montant de la vente représente une petite surprise, à hauteur de 590 M$ par an pour les 5 prochaines saisons.

Enfin une bonne nouvelle pour les clubs turcs ! Entre des résultats mitigés en compétitions européennes, des nouveaux stades qui peinent à se remplir et un contexte politique extrêmement tendu, les écuries de Süper Lig avaient de quoi s’inquiéter dernièrement. Et c’est donc le soulagement qui prédomine aujourd’hui, avec l’annonce de la vente des droits TV domestiques pour un montant record de 500 M$ + TVA à 18% – soit 590 M$ – par saison jusqu’en 2022.

Les droits étaient mis en vente sous forme de packages : le package principal (A), donnant droit à la retransmission en direct de toutes les rencontres du championnat de Turquie ; le package B, permettant de diffuser les résumés des matchs ; le package C, pour les droits mobile et internet ; et enfin l’offre D, regroupant les trois précédents packages. Les trois premiers étaient évalués respectivement à 425 M$, 45 M$ et 15 M$ hors TVA et l’exclusivité totale, à savoir le package D, à 495 M$ hors TVA.

Les droits TV ont donc été bien vendus par rapport à leur valeur estimée, mais également par rapport au contrat précédent. Ce dernier s’élevait ainsi à 362 M€ par sur la période 2014-2017. Il s’agit donc d’une hausse de 65% (!), d’autant plus impressionnante lorsque l’on sait que seuls deux médias ont souhaité participer à l’appel d’offres : Digitürk, donc, mais également Turkcell dont l’offre n’aura pas été retenue pour le package C.

La Süper Lig se classe au 6ème rang européen en termes de recettes TV

Avec cette hausse conséquente, le championnat turc consolide donc sa 6ème place au classement des droits TV domestiques européens. Le gap le séparant du 5eme du classement est toujours important puisque les droits de la Ligue 1 ont été attribués pour 725 M€, mais le championnat russe est encore un peu plus distancé avec sa centaine de million d’euros par saison jusqu’en 2018.

Les clubs turcs peuvent donc à nouveau regarder l’avenir avec confiance. Ces revenus devraient grandement les aider à redresser la barre financièrement et donc à respecter les réglementations du Fair-Play Financier, dont Galatasaray a été la victime cette année. De même, la compétitivité du championnat devrait être améliorée, permettant ainsi à ses clubs d’enregistrer de meilleures performances sur la scène européenne, bénéficiant alors des importants revenus redistribués par l’UEFA. Un cercle vertueux semble donc se dessiner.

Si vous souhaitez prolonger la discussion, n’hésitez pas à suivre le compte Twitter d’Emmanuel Mériaux

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez plus à vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire [mc4wp_form]


Source photo à la Une : Wikipedia.org (UltraslansiCC BY-SA 4.0)

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer