Economie

Real Madrid-Liverpool : une finale qui vaut de l’or !

real madrid liverpool finale or
Chris Ricco / Shutterstock.com

Attendue par tous les amoureux du foot, la finale de Champions League entre le Real Madrid et Liverpool s’annonce grandiose samedi. Grandiose, mais aussi et surtout génératrice d’une incroyable économie. Le point.

Qui dit finale de Ligue des Champions dit forcément suspense, passion, spectacle, prestige et bien sûr argent. Vous n’êtes pas sans le savoir, la plus grande des compétitions européennes est source chaque saison d’une économie pharamineuse, dont profitent différents acteurs, des clubs aux institutions en passant par les chaînes de télévision, sponsors et autres sites de paris sportifs. Disputée ce samedi sur la pelouse du Stade Olympique de Kiev, la finale de l’édition 2017-2018 n’échappe bien entendu pas à la règle et sera à n’en pas douter une véritable mine d’or pour beaucoup de parties prenantes. A commencer par les clubs concernés.

Ecofoot.fr a besoin de vous !

Pour maintenir sa qualité rédactionnelle et l'accès au plus grand nombre, Ecofoot.fr a besoin de votre soutien financier. Sans vous, l'aventure d'un média indépendant ne peut exister !

Pour seulement 3€, vous permettrez de pérenniser Ecofoot tout en recevant une contrepartie intéressante. Paiement sécurisé via Paypal.




Real-Liverpool : 15,5 millions d’euros à aller chercher

Alors qu’ils ont déjà remporté près de 40 millions d’euros chacun grâce à leurs performances lors de l’exercice actuel, les clubs de la Mersey et de Madrid ont en effet l’opportunité de glaner 15,5 millions d’euros supplémentaires samedi, en cas de victoire finale en Ukraine. Sans compter les revenus liés aux droits TV, l’institution qui sortira vainqueur de la finale aura donc glané au total plus de 55 millions d’euros de primes sportives grâce au tournoi, soit le budget du Stade Rennais en 2017-2018 pour vous donner un ordre d’idée. Ajoutez à cela la valorisation de certains de leurs joueurs – Mohamed Salah a vu sa valeur passer de 35 à près de 100 millions d’euros par exemple – et vous obtenez un véritable jackpot pour les trésoriers des clubs.

Les chaînes TV en profitent…

Derrière les clubs, les chaînes de télévision du monde entier seront sans doute les grands gagnants de ce duel entre les Reds et les Merengue. Se battant à coups de millions d’euros pour obtenir les droits de diffusion de la compétition, les médias payants (BeIN Sports en France) vont en effet profiter de l’attrait de la finale pour faire payer le prix fort aux annonceurs. Si la chaîne d’origine qatarie n’a pas dévoilé ses chiffres, on sait par exemple que 30 secondes de publicité coûtaient l’an dernier près de 100.000€ chez C8, seul diffuseur « gratuit » de l’événement. Quand on sait qu’un bon quart d’heure de publicité est en moyenne au programme lors d’une telle rencontre, le calcul est vite fait : 3 millions d’euros seront visés samedi par la chaîne du groupe Canal. Ne soyez donc pas surpris de ne voir apparaître que de grandes marques, le garage du coin n’a aucune chance.

…les Bookmakers aussi !

En compagnie des chaînes TV, les sites de paris sportifs devraient eux aussi se régaler en cette fin de semaine. De plus en plus nombreux en France et sans cesse en train d’innover pour attirer le joueur potentiel – près de 1000€ d’offres de bienvenue quand on prend en compte l’ensemble des bonus – les Zebet, Winamax et compagnie vont eux aussi avoir leur part du gâteau Ligue des Champions samedi. Selon les derniers rapports de l’ARJEL, organisation qui régule les jeux et paris en ligne français, plus de 140 millions d’euros sont ainsi amassés par les opérateurs sur une saison de Champions League, dont 4 à 5 sur la seule finale. Si vous êtes vous-même parieur pensez-y donc samedi, les vrais gagnants de l’affaire seront bel et bien les bookmakers.

Hôtellerie et Restauration : l’Ukraine se frotte les mains

Enfin, quand on sort de nos contrées françaises, la ville de Kiev sera bien entendu, elle aussi, l’une des gagnantes de la finale Real Madrid – Liverpool. Bien que cette dernière doive supporter bon nombre de dépenses liées à la sécurité et à l’organisation de l’événement, les revenus attendus dans le secteur du tourisme devraient largement couvrir le tout, et mieux encore. Il n’y a d’ailleurs qu’à faire le tour des hôtels ou des offres Airbnb : les prix s’envolent pour un séjour en cette fin de semaine. Pour des chambres coûtant une trentaine d’euros en moyenne en temps habituels, des tarifs de 2000 à 3500 euros sont en effet pratiqués dans la plupart des hôtels de la capitale ukrainienne. Alors bien entendu, ces tarifs auront de quoi refroidir bon nombre de supporteurs anglais ou espagnols, mais si l’on prend en compte le caractère passionnel de la soirée, on comprend vite que les établissements seront quoi qu’il arrive gagnants de l’accueil du match final. Quand on vous dit que la Ligue des Champions est une poule aux œufs d’or, ce n’est pas pour rien !

Articles populaires

To Top

Send this to a friend

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer