Economie

Pays de Galles : la fédération surfe sur le succès de l’Euro

revenus fédération galloise de football
Vlad1988 / Shutterstock.com

Bien qu’ayant échoué à se qualifier pour la Coupe du Monde 2018 en Russie, malgré un groupe de qualification plutôt accessible (Serbie, Irlande, Autriche), la fédération galloise de football se porte financièrement bien. Et sa participation à l’Euro 2016 en est en grande partie responsable. Décryptage par Emmanuel Mériaux.

La troisième plus ancienne fédération de football, fondée en 1876 après ses homologues anglaise et écossaise, est en bonne santé. C’est en tout cas ce que laissent transparaitre ses comptes : alors que l’institution galloise parvenait à équilibrer ses comptes entre 2012 et 2015, son niveau de revenus a explosé avec sa récente participation à l’Euro 2016 organisé en France.

Si ses dépenses ont également augmenté dans le même temps, avec des frais de participation à l’évènement inévitables, leur proportion reste évidemment bien en deçà des sommes récupérées par le demi-finaliste surprise de la compétition.

Avec des revenus très nettement inférieurs à ceux des nations majeures – à titre de comparaison, la FFF s’est approchée des 180 M€ lors de la saison 15/16 –, le Pays de Galles a donc vu ses comptes faire un bond avec une telle performance. Alors qu’ils dépassaient timidement les 10 M£ en 14/15, ils ont donc grimpé jusqu’à 21 M£ (23,5 M€) en 15/16, avant de se maintenir à un niveau élevé en 16/17, avec 17 M£ (19 M€). Etant une organisation à but non-lucratif, l’ensemble de ces revenus ont naturellement bénéficié au football gallois.

Pays de Galles : l’Euro 2016 pèse plus que l’ensemble des autres revenus annuels

Comptabilisés sur deux exercices différents – la compétition s’étant étendue de juin à juillet 2016 – les revenus de l’Euro 2016, une fois rassemblés, représentent près de 15 M£. Avec un tel montant, on s’aperçoit donc que cette seule source de revenus dépasse largement le niveau d’un budget « classique » de la fédération galloise !




 

Si l’on met de côté ces rentrées d’argent liées au championnat d’Europe, les revenus se situent aux alentours de 11,5 M£, pour la saison 15/16 comme pour la saison 16/17. Une bonne performance lorsque l’on sait que l’équipe nationale galloise a joué deux matchs de moins lors de cette dernière saison, hors Euro 2016, par rapport à la précédente. Cette donnée a notamment été compensée par l’attractivité nouvelle de l’équipe envers les sponsors, suite à ses performances continentales.

En ayant organisé l’Euro féminin U19 en 2013, la Super Coupe d’Europe en 2014 – dans un Cardiff City Stadium rénové et à guichets fermés – ainsi que les finales féminine et masculine de Ligue des Champions 2017, la fédération galloise est active sur tous les fronts. La création du Dragon Park à Newport en 2013, pour 5 M£, va dans ce sens : ce Centre National du Développement du Football a en effet pour but de développer les catégories jeunes (Espoirs et autres) ainsi que l’équipe nationale féminine galloise. Avec pour devise « Gorau Chwarae Cyd Chwarae », que l’on peut traduire par « Plus Forts Ensemble », la fédération de football du Pays de Galles ne semble donc oublier personne.

Par Emmanuel Mériaux 

Articles populaires

To Top
Tweetez4
Partagez9
Partagez4

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer