Cesson Rennes Handball
Interview

Actionnariat populaire – Episode 2 : Cesson Rennes

Photo : Icon Sport

En proie à d’importantes difficultés financières en raison de la crise sanitaire, le club de Cesson Rennes Métropole Handball fait appel à la solidarité de sa communauté en lançant dernièrement sa campagne de financement participatif. Une opération qui pourrait constituer une première étape vers un solide projet d’actionnariat populaire, permettant de pérenniser le modèle économique du club tout en intégrant au mieux les différentes parties prenantes à la vie du CRMHB. Stéphane Clémenceau, Président du club breton, revient sur les difficultés traversées en cette saison particulière tout en se projetant sur le modèle économique de demain de Cesson Rennes. Propos recueillis par Lucas Morel.

L’opération « Sauvons le CRMHB » a été lancée en novembre 2020 par votre club. Pouvez-vous revenir sur les grandes lignes de cette initiative ? 

Le 4 novembre dernier, le gouvernement a prononcé des mesures de restrictions entraînant l’organisation des rencontres professionnelles à huis clos. La Ligue Nationale de Handball (LNH) a bien évidemment dû suivre les consignes.

A la suite de ces annonces, notre club a imaginé les pertes prévisionnelles liées à ces nouvelles mesures et se devait de réagir puisque nous avions l’intégralité des charges à honorer sans nos recettes « matchday ». Effectivement, le modèle économique de Cesson Rennes Métropole Handball repose à 80 % sur des fonds privés, principalement la billetterie et les partenariats privés. Pour notre club, les revenus liés à la billetterie grand public et aux hospitalités en jour de match représentent 400 000 € par saison (ndlr : montant comprenant seulement la billetterie en jour de match et n’intégrant pas les partenariats à l’année).

Face à ce constat, nous avons dû trouver des solutions pour répondre à cette baisse conséquente de revenus. L’idée de recourir au financement participatif, plus communément surnommé « crowdfunding » est devenue une réalité. Nous avons été les premiers dans le handball à lancer ce type d’opération durant la crise sanitaire. J’étais particulièrement sensible durant le début de cette opération à montrer au plus grand nombre comment le club élaborait son budget à n + 1 : à quelle temporalité, avec quelles subventions, quels partenariats privés, la billetterie, les droits TV… C’était une opportunité pour nous de partager avec les fans le fonctionnement global d’un club comme le nôtre qui est une société à part entière.

Avec l’ensemble des parties prenantes du club, nous avons donc opté pour un financement participatif via cinq formules de 15 à 500 euros, pour sauver le Cesson Rennes Métropole HB et plus largement le handball dans notre région. En effet au travers de cette action nous souhaitons constituer un fonds de solidarité à destination du handball breton.

Selon le montant versé, le donateur aura son nom gravé sur « le mur des Irréductibles » dans le hall de notre salle GLAZ Arena, un maillot officiel… Et nos plus généreux donateurs pourront vivre une expérience en inside lors d’un jour de match avec un accès aux coulisses du club.

L’objectif de ce financement participatif était de récolter 100 000 €. Ce seuil a-t-il été atteint ? Combien de donateurs ont participé à cette opération ? Quelles sont les principales motivations des donateurs ?  

L'accès à la totalité de l'article est réservé à nos abonnés Ecofoot Premium


Pas encore abonné à Ecofoot Premium ? S'abonner à Ecofoot Premium, c'est :

  • Accéder à 100% des contenus Ecofoot en ligne
  • Recevoir en avant-première nos magazines numériques
  • Soutenir le développement d'un média que vous appréciez


  • Magazine N°76


    Actionnariat populaire – Episode 2 : Cesson Rennes
    To Top

    Send this to a friend